16 août 2007

Josef et Vladimir vont en bateau

    De l'excellent Marc Dugain(voir Edgar le magnifique) voici Une exécution ordinaire.Dugain est en France un de mes auteurs favoris car cet homme n'a  pas peur de confronter le destin de quelques-uns avec un pays,mêlant pour le meilleur de la fiction la grande histoire et les petits tracas de chacun.Très intelligemment construit l'intrigue à trois temps d'Une exécution ordinaire nous glace calmement la peau comme au fond d'une isba près de la Mer de Barents. La première partie nous présente le sympathique Joseph Djougachvili bien malade et ayant recours au service d'une urologue magnétiseuse,mère et grand-mère de deux des héros de ce livre.La description de la rencontre entre Staline et Olga est remarquable de précision et déboulonne l'homme de fer qui ne le sera jamais assez, déboulonné.

      Le reste est tout aussi passionnant avec les premières armes d'un futur président de la Fédération de Russie post-eltsinienne devenue difficilement fédérable d'ailleurs. Portrait d'un jeune Poutine,déjà sec et déjà peu affable.Et puis ressurgit le drame intime d'une famille russe à peu près ordinaire,comme l'exécution du même nom,avec un petit-fils officier sous-marinier à bord de l'Oscar.Marc Dugain n'est pas historien se penchant sur les cinquante dernières années de la Russie sous ses différentes formes, mais romancier qui insuffle à ses personnages, fictifs, réels,ou fictifs ayant autant de chair et de sang que les vrais,une vie propre et complexe,qui nous aide à mieux comprendre cet apocalyptique continent qui a su engendrer Staline et Dostoïevski,les purges et Soljenytsine,l'histoire officielle et Pasternak,le goulag et Rostropovitch.

     La Grande Guerre et l'Amérique de la CIA avaient été le théâtre des très bons romans de Marc Dugain La chambre des officiers et La malédiction d'Edgar.Guerre Froide, Tchétchénie et catastrophe du Koursk tiennent lieu de décor pour ce livre haletant,pas nombriliste mais au contraire éclatant par son universalité qui dépasse de loin les tristes cimetières de bateaux de ces mers du Nord où seule la vodka surnage.

Posté par EEGUAB à 08:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :