27 septembre 2012

Des mots,une histoire: Justice

                  Infatigable dans sa passion pour l'écriture Olivia a cueilli cette semaine pour Des mots,une histoire 75: idole-cocon-interminable-inavoué-permis-machine-chemise-voilure(ou voile)-zinc-dogmatique-poursuite-foie-autorisation-écrire-souvenir-cyanure-palétuvier. 

plumedesmotsunehistoire5

                  Manifestement ce voyage en Moldaquie,sans même les autorisations de base,qui,autant qu'il puisse s'en souvenir dans sa geôle de Slovapelsk,étaient au nombre de onze,n'avait pas été une bonne idée.Quel guêpier l'attendait après cet interminable et cauchemardesque voyage en train dans cette kafkaïenne Europe qui exigerait un permis pour se rendre au famélique wagon-restaurant?Pour retrouver sa belle mais fantomatique slavo-bucovinienne il avait fourbi ses maigres armes afin de persuader les pointilleux fonctionnaires de son caractère inoffensif et de sa sympathie  pour l'idole locale,le brave général Stamaofy.Brave mais sourcilleux malgré le parti-pris de bonhomie affiché sur les énormes calicots omniprésents,en chemise kaki,légendé d'un "votre père à tous" malgré tout plus dogmatique que familier.

                Il n'était plus temps de faire machine arrière.Depuis que deux hommes en sombre,plutôt mutiques mais déterminés, l'avaient prié de quitter le zinc de cet obscur ersatz de bar sans finir son café insipide,tout s'était passé si vite.Nulle poursuite dans les rues de la sinistre et méfiante capitale,on n'était pas dans un roman de Greene.Une voiture couleur de deuil,une campagne devinée à travers un bandeau ,une crainte inavouée,le visage de sa mère sur les bords de l'Oise et la terreur de ne pouvoir même écrire.Ou comment passer en quelques dizaines d'heures d'un doux et un peu lourd cocon gentiment bourgeois à ce no man's land de bande dessinée des pires heures de la Guerre Froide.

              De tout cela il n'était plus question.Sauver sa peau,car tout pouvait arriver ici,on en était là.Une démarche au couloir, quelques ordres, de ceux qu'on croit comprendre qu'il soient en serbo-croate ou en ouolof.Verrous qui ferraillent.La dernière fois qu'il avait entendu ça c'était dans l'intro du We love you des Stones.Un coup au foie,sa chambre d'ado,les voiles,les palétuviers.Et comme une réminiscence des films sur la Résistance,le cyanure,bon sang,le cyanure...au cinéma.

http://youtu.be/hK2nzWui28Y  We love you  Rolling Stones (1967)

Posté par EEGUAB à 21:59 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,