15 janvier 2014

Virginia, Valentyne et moi

VIRGINIA

                                     Valentyne a sûrement aimé Virginia. Ce court roman de 120 pages n'est peut-être pour moi que le seuil de la maison Grondahl, qui me donne bien envie d'en savoir plus sur cet auteur danois. Une adolescente pendant les années de guerre sur une plage près de Copenhague. Elle est la fille d'une couturière  invitée par une des clientes de sa mère à passer l'été dans leur maison de campagne, plus sûre en raison des bombes qui menacent le pays. Un aviateur anglais abattu et qui se cache et le neveu de ses hôtes, plus jeune de deux ans et vite troublé par la jeune fille complètent la distribution. Laquelle jeune fille est émue par l'étranger en ces circonstances d'inquiétude et d'incertitude. Il ne se passera pas grand-chose certes et pourtant l'homme comme la jeune fille ne se remettront jamais tout à fait de ce fugace frôlement. Quant au neveu on peut imaginer que lui aussi, sa vie durant, peut-être...

                                    Que restera-t-il de ces instants où le délicieux s'est conjugué au douloureux? La prose de Jens Christian Grondahl est tout en légèreté, comme éthérée, comme une minime évanescence d'un tabac fin. Ces moments si particuliers auront déterminé une grande partie de leur existence, mais sans avoir l'air d'y toucher,et pour faire ressentir cet esprit il faut un fameux talent de conteur, discret et efficace. Paris, des décennies plus tard, une rencontre aura lieu, même pas décevante, comme étrangère. N'avaient-ils que rêvé? Reste un été lointain, tout petit principe d'une guerre elle-même presque absente. Reste un été, oui, et reste un étui, parfum, envol, embol. Ne vous privez pas de 120 pages superbes. Il s'appelle Jens Christian Grondahl et j'ai aimé son livre. J'aimerais que  La jument verte de Val l'ait aimé elle aussi. J'aimerais mieux.

                                         

 

 

 

Posté par EEGUAB à 06:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,