06 février 2014

La poésie du jeudi, William Wordsworth

chromo-oiseau-couronnc3a9-ana-rosa1

                                    Me la jouant un peu bilingue j'ai cette semaine eu comme un goût d'Albion, certes un peu revisité par Hollywood. Rares sont les films portant en titre une phrase d'un poème. Il y en a quelques-uns cependant dont ce magnifique film d'Elia Kazan avec Natalie Wood, qui conclut ainsi La fièvre dans le sang, banal titre français de Splendour in the grass. A déguster de préférence en V.O., un oeil sur la traduction.  Merci à Asphodèle qui chaque quinzaine me donne envie de piocher quelques lignes dans L'Internationale de la Poésie, puisse-t-elle demain,être le genre humain.

Though nothing can bring back the hour

Of splendour in the grass,of glory in the flower

We will grieve not, rather find

Strength in what remains behind

 Bien que rien ne puisse ramener le temps

De l'éclat de l'herbe, de la splendeur des fleurs 

Nous ne nous lamenterons pas,

Mais puiserons des forces dans ce qui en subsiste.

William Wordsworth (1770-1850)

                                             

 

                                      

 

 

 

 

 

 

.

Posté par EEGUAB à 08:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04 février 2014

J'ai huit ans, et là c'est vrai

220px-Asphodelus_ramosus7 Oui j'ai huit ans  aujourd'hui et, blog de mon état, je voulais saluer tous ceux qui m'ont rendu visite

BISON souvent ou rarement ou même une seule fois, commentant ou non.

lorelei Qu'ils sachent que ce fut un plaisir de les recevoir.

rica-saone-lyon-rhone-saone Huit ans aussi pour huit blogueurs, souvent blogueuses,

la_jument_clip_image002 que je tiens à remercier tout particulièrement et chaleureusement de leur présence.

1311507-Maison_de_Montaigne_à_Bordeaux Grace à eux la vie est un peu plus intéressante chaque jour

da sola  et je fais fréquemment escale chez eux.

Animated-gif-three-flashing-question-marks-picture-moving Ils ne sont classés en aucune manière mais ils se reconnaitront.

                                   Huit ans,sept images, la huitième étant la vôtre. Le 4 février 2006, avec un poème sur le Sud américain, déjà, je m'installais en ces murs.Mais voilà, huit ans c'est plus de 1200 billets, chroniques ou fictions, c'est beaucoup. Il se peut que moi, blog , je ralentisse un peu prochainement. Pourtant rien n'est moins sûr, j'aime tellement l'écriture. De toute façon je souhaite à tous ceux qui sont passés de se sentir "groovy" longtemps encore. Du fond du coeur merci  encore et encore.

 

 

 

 

 

Posté par EEGUAB à 06:55 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :