07 août 2009

Hasta luego Senor Willy

http://www.youtube.com/watch?v=4NlMhB2xzYM

   Adieu au pirate à jabot,sorte de Capitaine Fracasse qui aurait vogué du Lower East Side de New York au Paris de Piaf,en passant par Kansas City et la Louisiane en fête.

Posté par EEGUAB à 20:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


05 juillet 2009

Le surdoué

Candy http://www.youtube.com/watch?v=SW5iKuP6G20

La Fête des Pères m'a valu de découvrir Paolo Nutini.C'est peu dire que l'enthousiasme a soulevé ma plume pour dire tout le bien que je pense de Sunny side up.Ce diable d'homme a tous les talents en dépit de ses 21 ans.Qu'il chante Coming up easy et on pense à Otis Redding.Très percutant dans 10/10 qui évoque bel et bien Bob Marley il chante Simple things, superbe ballade country comme Roger Miller (une sacrée référence).Tout cela pourrait faire un patchwork sympa sans plus.Le disque de cet Ecossais va bien au delà d'un hommage déférent.Paolo s'attribue le meilleur de Tin Pan Alley,cette musique qui nous fait vivre depuis si longtemps,pour nous convaincre de sa permanence au cas où l'on en aurait douté.Vous aimez notre musique? Dormez tranquille.Avec des diablotins cmme Paolo Nutini les riffs iront encore bon train et à coup sûr The beat goes on.

Posté par EEGUAB à 18:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

12 avril 2009

Autre possible conclusion

   Leonard Cohen m'a paru tout à fait digne de clore au moins provisoirement ces trois années de Panthéon des livres,des films et des disques.Je le remercie d'avoir fait partie de ma vie,de l'avoir améliorée.Avec des centaines d'autres dont les chefs de file pourront être appréciés ici même.

  Peut-être aussi est-ce Elle qui est entrée,à pas silencieux,et qui maintenant s'approche du fauteuil de Drogo.Faisant un effort,Giovanni redresse un peu le buste,arrange d'une main le col de son uniforme,jette encore un regard par la fenêtre,un très bref coup d'oeil,pour voir une dernière fois les étoiles.Puis,dans l'obscurité,bien que personne ne le voie,il sourit.

http://www.youtube.com/watch?v=jipboWI9uiE

http://www.youtube.com/watch?v=MWg3b15ITS8

Thank you for coming Leo and Suzanne. http://www.youtube.com/watch?v=7eJL4KA94t0

Et merci à celles et ceux qui ont bien voulu me lire.

Posté par EEGUAB à 11:41 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

02 août 2008

Les poux bataves font la vaisselle

    Sous ce titre très Ici Londres j'ai décidé d'essayer de mettre en fin à l'anonymat français de The Nits,fabuleux ensemble hollandais,très jeune,environ 55 ans à peine.En fait je ne les connaissais que de nom et j'ai sauté le pas en me procurant presque sans écoute ce que je crois leur dernier album.Aucun regret et déjà l'envie d'en écouter d'autres car il y en a eu,je crois,21 ayant précédé Doing the dishes. L'art des Nits redonne au terme music pop la splendeur qu'il a perdue depuis belle lurette par ses redondances et ses affadissements.Par music pop je signifie le meilleur de gens comme Procol Harum pour la diversité,les Walker Brothers pour l'élégance,et bien sûr les Fab Four,inévitables tant ces harmonies capillo-hollandaises évoluent dans un contexte très Norwegian wood par exemple mais ce n'est qu'un exemple car on pourrait citer Rubber soul ou Let it be.Mais stoppons là ces références,l'univers des Nits est original à plus d'un titre.Je vous propose quelques précisions sur certains morceaux d'un disque qui en comporte une quinzaine, certains très courts.Rappelons que The Nits est un trio  composé de Henk Hofstede,Rob Kloet et Robert Jan Stips,mais ça change parfois sans que les Nits en pâtissent vraiment.De plus ils veulent absolument et depuis longtemps associer leur ingénieur du son Paul Telman à toute prose les concernant.Bel exemple de solidarité musicale.

   Somptueusement élégiaque mon titre phare est The Flowers avec un piano magique digne de ma chère Divine Comedy,une chanson sur le chagrin d'une veuve de guerre qui porte des fleurs au cimetière.Et qui personnellement me bouleverse, par son harmonie simple et la voix de Henk Hofstede.Un titre ultra-court, In Dutch fields,très belle ballade acoustique tirée d'un poème de la Grande Guerre.Le très beatlesien Mrs.Sunlight ou The great Caruso sur le tremblement de terre de Frisco 1906. Les jolis textes des Nits sont souvent inspirés par l'Histoire et prennent parfois ue teinte surréaliste.Je vous propose No man's land ou les Nits s'interrogent sur le fait que les philosophes allemands et les poètes romantiques anglais se sont si fréquemment fait la guerre,au son du banjo.Entrer dans le monde des Nits c'est aborder des rivages d'une grande finesse sans grandiloquence et parsemée d'humour et de clins d'oeil musicaux et littéraires.The Nits est à l'évidence un cas rare de groupe culturellement européen,entre Grand Siècle et modernisme.Et puis elle est chouette la pochette,n'est-il pas?

http://www.youtube.com/watch?v=A4qRaaTMWTg No man's land

Posté par EEGUAB à 12:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

01 juillet 2008

Zenith

John Butler Trio

    A quelques encablures de chez l'ami Thierry (Jazzbluesandco) un concert dont j'étais peut-être le doyen des spectateurs mais enthousiaste comme les benjamins.John Butler est maintenant très connu en Europe où son style,sa bonne humeur et sa virtuosité laissent pantois.Le Zenith de Lille est une sorte de hangar dont le confort ne sied guère à quelqu'un qui a vu Hendrix sur scène,c'est vous dire plus proche en âge du Buena Vista Social Club que de Tokio Hotel.Mais John et ses acolytes valent bien quelques crampes.Un  sémillant duo en première partie, croisement entre Kurt Weill et Fats Domino ,et dont j'ai oublié le nom,donna des fourmis dans les jambes.Le pianiste joua d'ailleurs avec Butler sur la moitié environ de son set,parfois très reggae.Et le trio infernal arriva...A suivre...

   Dans le vif du sujet avec Company sin et nous voilà partis pour deux heures de show du surdoué de la douze cordes et de tout ce qui se gratte.Et là je serai très prudent mon niveau de guitariste étant tel que je commence à jouer L'eau vive et ne me permettant pas de risquer des impairs que les gratteux ne me pardonneraient pas.Nanti donc de différents instruments John fit un show époustouflant et dans une proximité digne d'un club de jazz.L'ambiance excellente ne se démentit pas tout au long de ces morceaux connus pour la plupart avec quelques exceptions.Citons Used to get high,Gov did nothing, Better than,Good excuse,Zebra,la superbe Caroline.Ocean le morceau de bravoure nous hypnotisa un quart d'heure environ.Butler sait manifestement tout jouer avec une égale maestria,aux limites du reggae et du hard rock,mais aussi du jazz et de toutes les tendances folk.Ses deux complices ne sont pas des faire-valoir et leurs solos furent très appréciés.Le John Butler Trio montre une cohérence à toute épreuve capable de ravir tous les publics.Mon seul regret est l'absence de reprises de classiques mais je dois souffrir d'un peu de nostalgie,bien excusable convenez-en.

http://www.youtube.com/watch?v=S6Uyeg1BL0Q Caroline ( D'accord c'était pas à Lille mais à Adelaide)

Posté par EEGUAB à 21:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


08 juin 2008

Des dagues d'argent... ou folk en état de grâce

   Cette note sera très courte et se contentera de remercier Thierry de Jazzbluesandco ,blog musical du plus haut intérêt  dans son éclectisme.Grâce à lui je viens de découvrir un disque merveilleux: Fortune and folly de Birch Book.En dire plus serait indélicat mais je ne peux que vous engager à visiter cette caverne d'Ali Baba de notre musique.Une petite réserve,l'ami Thierry ne fournit pas les subsides nécessaires à ces emplettes.Mais sur  Birch Book : Fortune & folly (2006) déjà de larges extraits passionnants.Je me contenterai de quelques paroles,ma foi fort belles et du classique Scarborough Fair,popularisé par Simon et Garfunkel,qui ne figure pas sur l'album Fortune and folly.Enfin comment ne pas évoquer Donovan,notamment son tardif album Sutras?

   "Des dagues d'argent,des coeurs enchaînés,des amants perdus,îles sous la pluie

    Le zéphyr à travers les saules dissipe mes peines sous le vent"

  (Extrait de Zephyr through willows)

http://www.youtube.com/watch?v=vU93mo5lCLs  Scarborough Fair

Posté par EEGUAB à 18:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

04 avril 2008

Jonathan et Neil Young le goéland

     Pardon pour le calembour du titre absolument consternant.Le film de Jonathan Demme ne l'est pas,lui,consternant.Nashville,un de ces lieux où souffle l'esprit qui a rendu nos vies moins plates,le Ryman Auditorium où passa il y a si longtemps Hank.Le Loner est de retour avec des gars blanchis sous le harnais dont le clavieriste Spooner Oldham dont vous avez le nom quelque part sur tant de vos disques. Malade,Neil a senti le vent de la grande prairie lui briser la tête et lui a donné le nom de son album Prairie wind déjà chroniqué ici même.Jonathan Demme prend la suite de Jim Jarmusch,ci-devant lui aussi fan du Canadien de Winnipeg,et qui nous avait offert Year of the horse, il y a dix ans.

    Ce concert est très beau,consacré aux trois quarts de l'album Prairie wind en première partie,puis à quelques perles youngiennes.Neil Young n'est pas ici l'électrique rocker des disques live que l'on connaît mais le témoin d'une sensibilité toute fraÎche de toute une tradition folk si ancrée dans ma mémoire que je ne m'imagine pas sans elle.Si on veut chipoter pour faire un peu débat deux ou trois titres et l'allure générale de ce combo de sexagénaires sonnent légèrement attraction de Las Vegas mais cela n'a guère d'importance.Emmylou Harris a vu le temps passer mais This old guitar est une chanson magnifique et les choristes parfois envahissantes à mon gré sont finalement bien sympathiques.Neil au piano n'est pas Glenn Gould mais When God made me bouleverse. Trois  Memphis Horns pas nés  d'hier dont Wayne Jackson(comment échapper à l'adjectif légendaire) prouvent que ça blizzarde encore côté cuivres.Rick Rosas à la basse,Ben Keith à la pedal steel,cela fait du beau monde.

    La suite sera consacrée à quelques incontournables,Heart of gold,The needle and the damage done(c'est bien vrai ça),Harvest moon,plus récent ainsi que Old King consacré au chien de Neil.Réécouter Old man nous met la larme à l'oeil.Et que dire de plus que l'ami Pyrox du Four strong winds de Ian Tyson,ce classique tout en guitares et joliment accéléré,déjà chroniqué dans ma série Une chanson?Puis les musiciens saluent et Neil Young,plus loner que jamais,chante seul une très belle chose que je ne connaissais pas et dont j'aimerais savoir le titre,peut-être récent ou bien j'ai oublié?Il range soigneusement sa guitare, ce qui est mieux que de la casser ou la brûler.

    Mais peut-être n'ai-je fait que rêver.Je vous prie de m'excuser,je pensais je crois à Buffalo Springfield et à mes dix-sept ans. http://www.youtube.com/watch?v=uW_ND105WfE Broken arrow(67)

  Et puisque l'on est en confidences...Je me souviens(emprunt à Georges Perec version Perock remis à l'honneur par Cuné) 

Posté par EEGUAB à 22:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

15 février 2008

Un copain du patron

 

    Sur ce bel album,très classique au demeurant,sept chansons sont signées Joe Grushecky,quatre Bruce Springsteen et deux Grushecky/ Springsteen.On est donc en pays de connaissance et c'est rudement bon de retrouver des potes.Je sais Joe n'aura pas la palme de l'originalité mais nous non plus,quand on glose sur l'histoire du rock ou toute autre chose en essayant de sortir un peu des sillons battus.Ce disque date de 1997 et,bourré d'énergie,nous donne un aperçu de la belle voix de Joe et un son carré et jovial qui sait aussi se faire caressant dans la belle ballade 1945.Si Joe Grushecky n'est pas une star du rock je crois que l'on peut faire confiance au patron pour choisir ses amis.

http://www.youtube.com/watch?v=Oj51DuSEmK4 On rentre à la maison

http://www.youtube.com/watch?v=hBO2_j4CLBk  Lake Pontchartrain(extrait du dernier album A good life),ode au grand lac de Louisiane après Katrina.

Posté par EEGUAB à 14:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 décembre 2007

Grand pays,ville d'acier

http://www.youtube.com/watch?v=e3Veko70OfQ Steeltown

     Début 80,pas très éloigné de U2,était Big Country,mené par l'Ecossais Stuart Adamson.Ce groupe qui n'a guère survécu aux nineties faisait sonner ses guitares comme des cornemuses et comme l'indique son nom aimait les grands espaces et les sujets sociaux.Fields of fire(exode rural,sur un album antérieur) ou Steeltown de l'album homonyme,par exemple.Le succès fut énorme mais ne dura pas très longtemps,ce qui fut le cas de Simple Minds entre autres.Il est vrai que les deux groupes ne faisaient pas dans la légèreté. Pourtant constitué de très bonnes individualités dont le génial Matt Brzezicki,batteur,qui a ensuite rejoint l'antédiluvien mais excellent(pas incompatible) Procol Harum,Big Country a vécu,maillon intéressant de notre longue chaîne musicale,dont à mon avis la principale faille est une certaine monotonie de leurs harmonies, puissantes mais un peu stéréotypées.A verser au dossier donc,pour éventuelle compulsation ultérieure par les fouineurs du rock.Et puis sur ce disque ,une superbe ballade,ma préférée,Girl with grey eyes.

http://www.youtube.com/watch?v=CMorbx3Sji0  Girl with grey eyes

Posté par EEGUAB à 22:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Ryan

http://www.youtube.com/watch?v=Jg7H_KpispY  

Southside of Heaven 

       Ryan Bingham avec ses Chevaux Morts Vivants(le nom du groupe) nous livre avec Mescalito un bel album tendance Grand Sud bien sûr,Louisianais avec un zeste de Tex-Mex.Je me régale toujours avec ces histoires de vagabonds cherchant du boulot même si Ryan Bingham est encore très jeune.Les paroles font songer à toute une tradition de la musique populaire américaine.Evidemment on a mille fois entendu ces pédales wah-wah,ces slide guitars,ces tambourins et ces harmonicas depuis la nuit des temps.Et là je m'insurge un peu contre certains commentaires blogs ou presse écrite.La musique ne peut à chaque CD se renouveler et Mozart lui-même n'a pas échappé à certaines redites.Il n'est guère facile d'innover et les blogueurs, dont je suis,ne sont pas les derniers à se répéter.Il en est ainsi de tous les arts.Il y a les précurseurs,les suiveurs de talent,les obscurs.En sachant qu'un précurseur peut très vite tourner à la recette.Seul moyen de l'éviter,faire comme Hendrix, Morrison, Cobain,et quelques autres.Cher payé!Quant à Ryan Bingham il est particulièrement à l'aise quand se mêlent les deux langues du Sud(Boracho Station,Gare des Ivrognes).Autres titres les plus réussis Bread and water,Dollar a day,Ghost of Travelin' Jones.

Posté par EEGUAB à 15:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]