21 septembre 2006

La tournée du Patron

J'ai deux nouveaux disques et ils ne sont pas sans liens.Le hasard fait bien les choses.La fête des Pères m' a ainsi nanti du Seeger sessions de Springsteen. Voilà un homme qui incarne l'Amérique, celle que j'aime et qui est capable de s'approprier toute la musique de ce pays. Certaines de ses oeuvres sont un peu pâles mais connaissez-vous des créateurs d'une telle envergure qui en 35 ans de métier n'ont jamais eu l'ombre d'une faiblesse?                                                                                             

We Shall Overcome : The Seeger SessionsQuoiqu'il en soit We shall overcome est un vrai disque live enregistré en trois sessions et bourré d'énergie.Cet hommage au folk-singer Pete Seeger est uniquement composé de traditionnels réinventés en quelque sorte par Seeger au début des années soixante. Curieux de constater combien le Boss est à l'aise avec ces musiciens qui semblent à la fois sortir d'un bal cajun,d'un orphéon avec Louis Armstrong,d'un pub de Galway,ou d'une église noire un jour de Pâques.Springsteen nous donne là un très beau disque devant le quel de beaux esprits feront sûrement la fine bouche. Ils auront tort. Ecoutez-le et vous aurez des fourmis dans les jambes tant banjo,accordéon,cuivres et piano type bastringue revisitent la musique populaire américaine sous la houlette du Patron.

Alors merci Patron.Et remettez-nous ça!Que ce soit la joyeuse gigue de l'alcoolique Old Dan Tucker,la déchirante ballade Mrs.McGrath ou les road-songs à nous faire redécouvrir les grands espaces My Oklahoma home,Erie Canal ou la bien jolie complainte Shenandoah.Tom Paxton est sûrement très fan de We shall overcome,lui dont j'aimerais faire connaître quelques vieilles chansons.

Ramblin' Boy / Ain't That NewsCe disque de Tom Paxton est donc tout à fait d'actualité puisque regroupant deux albums parus en...64 et 65. Nous sommes à l'époque en pleine renaissance folk aux Etats-Unis et Pete Seeger, Bob Dylan débutant et acoustique, Peter,Paul and Mary deviennent célèbres et l'Europe commence à s'intéresser. Pour Robert Zimmerman on connaît la suite. Tom Paxton est resté dans l'ombre et cela lui va très bien. Bien sûr certaines de ses chansons sont empreintes d'une naïveté très sixties avec le Vietnam et la ségrégation:What did you learn in school today?, The willing conscript, Lyndon Johnson told the nation. Mais j'aime surtout les éternelles chansons contant l'histoire sans âge de ces types traversant le continent à la recherche d'un boulot, aux amours très incertaines et à l'avenir tout aussi peu sûr, comme Ramblin' boy, My lady is a wild flying dove,Bound for the mountains and the sea. Pas mal de ces chansons avaient été adaptées plutôt bien par Joe Dassin et Graeme Alwright, un peu déracinés eux aussi.Ma préférée:I can't help but wonder where I'm bound.

    "I had a little girl in time,she had lips like cherry wine.  But I was too blind to see,she was drifting away from me and she went on a morning train"

   Voilà.C'est toute la vie, un boulot pas facile, la route  et une fille qui vous laisse par le premier train du matin ou le dernier bus du soir.C'est toute une putain de vie, c'est un peu la vôtre peut-être,c'est un peu la mienne. Et pourtant on y tient à cette vie. C'est le folk,c'est le blues. Ailleurs on peut appeler ça le fado ou la saudade. Franz Schubert appelait cela des lieder. C'est toute la musique du monde avec tout son mal-être. C'est douloureux, c'est simple , c'est beau.   

Posté par EEGUAB à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 juillet 2006

Paul is alive and well and lives in London


            Qu'on se le dise!Sir Paul McCartney,qui changea la face du disque(les deux faces,à l'époque) avec trois autres individus il y a 42 ans,est plus en forme que jamais.On retrouve avec Chaos and creation in the backyard une douzaine de perles du génial songwriter de Liverpool.Ces petits bijoux sont enfilés sur un collier confectionné par McCatrney,seul en studio ou presque.Devenu avec le temps multi-instrumentiste Paul nous offre de sublimes ballades,sans aucun titre faible,chose rare.


             Le climat,bien sûr,est post-beatlesien et assis confortablement  nous rêvons des sixties réenchantées par la grâce d'English tea,Jenny Wren,Too much rain,ou Riding to Vanity Fair(ma préférée pour l'instant).Un moelleux tapis de cordes soutient très bien certaines chansons et la voix ,léger falsetto parfois,fait merveille.Ouvrez vite cette fenêtre sur arrière-cour!Evidemment cela vous fera penser parfois à d'autres ballades,en des temps immémoriaux sur des disques d'une autre matière  dont les pochettes étaient parfois des oeuvres d'art.Allez Paul!The show must go on...

Posté par EEGUAB à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2006

Platitudes journalistiques sur des pierresqui roulent

J'ai attendu quelques semaines pour écrire mes propres platitudes sur le disque des Rolling Stones A bigger bang dont vous ne pouvez ignorer l'existence.Plusieurs catégories d'articles tant audio-visuels qu'écrits nous ont à cette occasion été infligées.


Il y a ceux pour qui la route des Stones s'est arrêtée à Sticky fingers et qui pensent que si les pierres roulent encore c'est sur l'or.Bien sûr c'est vrai mais la musique  des Stones est de toute façon hors du temps depuis des lustres et jamais médiocre.


Il y a ceux qui ont encore osé comme pour les précedents albums depuis 25 ans titrer "Les papys font de la résistance "et à qui on devrait retirer leur carte de presse car il y a des limites à la platitude,tout de même.


Il y a ceux qui pensent qu'un bon rocker est un rocker mort et que n'ont droit de cité que John Lennon,Brian Jones,Jim Morrison,Janis Joplin,Jimi Hendrix,Kurt Cobain,Marc Bolan,Buddy Holly,James Dean et consorts,tous partis,si,possible sous forme de vomissures,d'abus d'abus,ou de véhicules emballés.Si,si,James Dean était un rocker qui n'avait jamais chanté...


Il y a ceux qui ont découvert que les Stones n'innovaient guère.Vraiment ceux qui ont écrit cela n'innovent guère.Il y a ceux,nombreux qui font semblant de les avoir aimés à l'époque d'It's all over now mais ne connaissent qu'Angie.



Il y a celui qui,tout jeune bachelier sur les rives de l'Oise,avait acheté son premier album pour fêter ça.L'album s'appelait After math.Si abîmé il est maintenant inécoutable.Celui-là espère,qu'auteur de ces lignes,il n'est pas devenu illisible.Peu importe l'âge du capitaine,un Stones ne peut être totalement inintéressant.


C'était donc ma propre rock'n'roll platitude...

Posté par EEGUAB à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]