28 juin 2006

John,John,Henry and Bruce


Oui,cette curieuse affiche belge est bien celle des Raisins de la colère ,singulièrement affadie quant au titre habituel.


"L'autoroute luit dans la nuit


Mais personne n'a envie de rire


Assis dans la lumière du feu de camp


J'attends le fantôme de ce vieux Tom Joad"


                                  Bruce Springsteen(The ghost of Tom Joad)


La ballade,très belle,qui donne son nom à l'album très dépouillé de Springsteen(1997) fait référence à Tom Joad,le fermier ruiné du grand roman de John Steinbeck,adapté au cinéma par John Ford,dès la sortie du livre(1940).Il est est des cas,très rares où un grand livre peut donner naissance à un grand film.Le roman sonnait un peu comme un reportage;le film,très rigoureux,est un road-movie avant la lettre,contant la poignante errance d'une famille de paysans d'Oklahoma au lendemain de la Grande Dépression.


La route,c'est celle de la Californie qu'emprunte la vieille automobile bringuebalante des Joad,rappelant bien sûr les chariots bâchés de la mythologie du western,cahotant,trébuchant.John Ford,immense auteur des plus beaux films sur l'Ouest,maîtrise à la perfection la dramaturgie de cet espace vers la liberté(Go West,young man).Sur la route on rencontre aussi bien la fraternité que la désillusion,l'amitié que la trahison et les lendemains chantent rarement aux exilés du rêve américain.



L'authenticité du film est totale.Certaines scènes ont été tournées dans de vrais camps "oakies"(le surnom des déplacés de l'Oklahoma).Et Henry Fonda incarne avec foi Tom Joad,chef de famille qui veut croire encore à son Amérique.Les raisins de la colère,c'est simplement toute la noblesse du cinéma américain.Un grand livre,un grand film et soixante ans après un grand disque.N'en déplaise,un pays qui nous a donné John Steinbeck,John Ford,Henry Fonda et Bruce Springsteen  ne peut être complètement mauvais.


Posté par EEGUAB à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


21 juin 2006

Un Japonais au Japon

La musique et les mots de Murakami,c'est un voyage dans un Japon moderne qui ne doit plus grand-chose  à la tradition,et pourtant...Et pourtant on retrouve dans Après le tremblement de terre,constitué de plusieurs petits récits,une poignée de Japonais de tous âges,malmenés par le souvenir de ce séisme qui aura peu ou prou changé leur vie.Séparation,retrouvailles donnent à tous ces personnages indéfinissables une part d'ombre ,une nimbe de délicatesse bien difficile à préciser,la marque d'un écrivain.

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

      Dans Au sud de la frontière,à l'ouestdu soleil le héros ,quadra passionné de jazz,voit resurgir du passé son amie d'enfance,amour envolé depuis longtemps.De subtils retours en arrière nous font le portrait en trois âges d'Hajime à dix,vingt,quarante ans,des trahisons et des regrets,de la douleur de vivre.Ruptures de ton comme dans ce foutu jazz qui peut faire si mal.


    Les amants du Spoutnik est une variation sur le triangle amoureux où chacun des amants gravite en fait sur l'orbite de la solitude,thème éminemment présent dans l'oeuvre de Murakami qui n'en dédaigne pas de petites touches d'humour pour autant,ce qui nous laisse un délicieux souvenir de lecture,assez peu commode à expliquer,mais bien réel.L'impression,surtout,de n'être pas si mal dans le monde de Murakami.


     Né en 49 à Kobe;terre instable,Murakami a traduit Raymond Carver et F.S.Fitzgerald et écrit toujours sur le jazz,entre deux aller-retour Japon-Amérique.Les trois livres chroniqués sont chez 10/18.


                                                                        

Posté par EEGUAB à 21:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 juin 2006

Nord

Connaissez-vous la Scanie?Les noms y sont compliqués et sonnent un peu rauque.Alors j'ai pris une carte.On voyage déjà bien les doigts glissant sur le papier dans ces pays trop ignorés où prolifèrent les talents d'écrivains.La Scanie est le sud de la Suède,ce qui reste encore relativement nordique.Kurt Wallander est policier à Ystad,en bord de Mer Baltique.C'est le héros des romans d'Henning Mankell dont le nom commence à être connu en France.Le crime se porte bien partout.La moderne Suède a elle aussi perdu ses repères.Le commissaire Wallander,quinquagénaire humain,divorcé et père d'une grande fille,essaie simplement que tout aille moins mal.

Le modèle économique scandinave a ses limites et les tueurs en série,comme les divers trafiquants avec les pays baltes voisins et les réseaux de prostitution sont le quotidien de Wallander et de son équipe.Ce sont des bouquins passionnants où le côté technique de l'enquête va de pair avec l'observation très pointue des divers composants de la société scandinave,avec ses notables,ses laissés pour compte et ses enfants perdusIl semble que la vie ne soit pas toujours rose à la face nord de l'Europe,ce qui nous vaut au moins le plaisir de cotoyer un très grand auteur qui vit une partie de l'année au Mozambique et a également beaucoup écrit sur l'Afrique.Tous ses livres sont au Seuil.

Posté par EEGUAB à 21:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Une chanson:MacArthur Park

Oui le grand comédien Richard Harris tant apprécié d'Eric à juste titre pour ses rôles auxquels il  il faut ajouter parmi les meilleurs Le prix d'un homme, Le désert rouge, Traître sur commande, Major Dundee a enregistré quelques chansons sans grand intérêt sauf une, la géniale composition de Jim Webb,MacArthur Park.

     Cette chanson-fleuve de 8 minutes est construite comme une véritable mini-symphonie orchestrée de main de maître par Jim Webb. Les accords de piano du début encadrent parfaitement le récitatif de Richard Harris. Mais que tout cela est difficile à décrire! Après deux couplets dont je ne trouve pas limpide la signification si ce n'est que des vieillards jouent aux échecs au souvenir d'une robe en coton jaune, arrive le refrain, envoûtant:

     MacArthur Park is melting in the dark all the sweet green icing flowing down.Someone left the cake out in the rain.I don'think that I can take it 'cause it took so long to bake it.And I'll never have that recipe again.

    Ces paroles même après lecture me semblent presque aussi curieuses. Visiblement moi non plus je n'ai pas la recette(recipe) pour bien saisir la portée de MacArthur Park. Je ne sais même pas si ce MacArthur Park se situe à Londres,Chicago ou Frisco. Je n'ai qu'une  envie c'est que vous l'écoutiez. C'est une rareté, superbe et romanesque dont je viens de m'apercevoir qu'il est impossible d'en dire plus.Sûrement il est préférable qu'une aura un peu mystérieuse continue de nimber de mystère cette chanson hors du commun.

   http://www.youtube.com/watch?v=GHS8hj4TdT8                                          Ecoutez!

Posté par EEGUAB à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2006

Le clin d'oeil de la Comtesse

    

   

    Un an déjà que le blog de la Comtesse fonctionne.Donc l'aristocrate marocaine remercie simplement ceux et celles qui ont pris la peine de la lire et je l'espère un peu de plaisir. Bien sûr chacun aura compris depuis belle lurette que ce petit journal plutôt cinéphilique s'est un peu étoffé pour parler livres et musique. Et même, un comble,pour oser vous infliger quelques textes issus du crû de la Comtesse. Merci de votre indulgence.

    Une ultime confidence puisque je suis en veine.Evidemment physiquement l'auteur de ces lignes ressemble quand même beaucoup plus à Humphrey Bogart qu'à Ava ou Ingrid.

Posté par EEGUAB à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


04 juin 2006

Peckinpah,premiers pas

Une curiosité:le tout premier film de Sam Peckinpah,très peu vu en France.Il s'agit d'un road-western dont le cercueil d'un enfant est l'enjeu puisque son meurtrier accidentel accompagne la mère de l'enfant en territoire apache pour l'enterrer près de son père.Titre français(si j'ose dire)New Mexico,en V.O. The deadly companions.C'est encore un western à budget limité,mais bénéficiant d'un bon scénario avec la superbe rouquine Maureen O'Hara en mère courage qui ne s'en laisse pas compter,avec une vengeance post-Guerre de Sécession,avec de bonnes idées,l'enfouissement du chariot ou la recherche de la tombe du père dans une mission fantôme très cinégénique.


New Mexico

Posté par EEGUAB à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La Culasse de l'Enfer

  La Culasse de l'enfer

 

 

 

 

                  Tom Franklin,auteur solide de l'Amérique rude et rurale nous entraîne quelque part du côté de la Porte du Paradis,le célèbre et ruineux western de Michael Cimino.La Culasse de l'Enfer est le nom de la milice créée par les paysans de l'Alabama plutôt pauvres pour se venger de métayers voisins un peu plus riches.

                  Ce roman,d'une violence inouïe,parle d'un monde de misère et de saleté en une sorte de western de poussière et de boue où règnent le mauvais alcool et la loi du plus fort. Franklin comme bien d'autres écrivains américains,possède le souffle à la mesure du pays,si vaste et surtout si complexe et que les Français connaissent si mal,encombrés de clichés qu'ils sont dès qu'il s'agit de l'Amérique.On imagine très bien le shérif vieillissant,figure un peu classique mais bien dessinée, sous les traits de Clint Eastwood,Robert Duvall ou Tommy Lee Jones.A lire d'urgence avant l'adaptation inévitable à mon avis.

Posté par EEGUAB à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juin 2006

Frères de sang

Dissolution

Dans la lignée des polars historiques rendez-vous dans l'Angleterre du XVI° Siècle avec Dissolution de C.J.Sansom, un thriller au monastère, genre devenu très fréquent, depuis les succès du Frère Cadfaël d'Ellis Peters. L'enquêteur, Messire Shardlake, est un avocat réformiste. On est à l'époque d'Henry VIII et de la rupture avec Rome. Ceci nous vaut une belle leçon d'histoire où l'on voit que l'intégrisme ne date pas d'hier.

Comme souvent dans ce genre de livres l'énigme se double d'une description minutieuse de la vie d'une société précise,en l'occurence celle d'un d'un  monastère anglais avec ses doutes,ses violences et ses sacrifices. Nous sommes cependant loin du Nom de la Rose. Mais on ne peut comparer un excellent roman historique et policier avec la somme d'intelligence,de culture,d'humour et de réflexion que constitue

Posté par EEGUAB à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Une chanson:It ain't me babe

J'ai décidé de présenter quelques chansons ou morceaux que j'aime particulièrement. Certains choix seront connus, d'autres moins. Souvent ce seront des titres peu connus d'interprètes célèbres comme aujourd'hui. Je ne vais pas vous présenter Dylan, seulement vous dire que j'ai vécu au rythme de son oeuvre,à mon avis encore relativement méconnue tant elle est riche et parfois en dents de scie.

    It ain't me babe est extrait de Another side of Bob Dylan(64).Je l'ai choisi pour sa simplicité. Une chanson qui dit tout bonnement: Ce n'est pas moi, chérie, ce n'est pas moi celui qui'il te faut.Combien de fois ai-je prononcé ou tenté de le faire ces quelques mots besogneux et si difficiles quand s'annonçait la rupture? Cette chanson est de l'époque Dylan ou guitare et harmonica suffisaient à accompagner la douleur du partir.

    You say you' re lookin' for someone, who will promise never to part, someone to close his eyes for you, someone to close his heart,  someone who will die for you and more. But it ain't me babe, no, no, no it ain't me babe, it ain't me you're lookin' for.

   Cette chanson a été adaptée par Hugues Aufray et Pierre Delanoe pour un album entier de chansons de Dylan et la version de It ain't me babe est assez réussie. Bien sûr nombre de chansons de Dylan sont des merveilles au long de 40 ans de musique. Les plus simples sont loin d'être les plus anodines. Merci au site www.bobdylan-fr.com/

Posté par EEGUAB à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]