13 avril 2013

Les plumes... by Asphodèle: Noir tourbillon

                             Je remercie Asphodèle qui a reçu dans son bissac les mots suivants: blancheur – doute – débauche – enfance – pureté – accuser – angélique – temps – diablotin – naïveté – mensonge – fredonner – fastueux – flaque.

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

                  Je cours dans la ville,ma ville,étouffé et en larmes.Je croise des visages,certains me sont connus,certains me sont amis.J'ai dérapé sur une flaque de gas-oil,je n'ai pas le temps de pester sur cette saloperie de voirie,ni d'en accuser les équipes municipales.Je cours mais je n'ai plus l'âge de courir ainsi.La flotte brouille ma vue,la tempête sous mon crâne culmine.Et le temps,le temps cet assassin aux mains toutes de blancheur et dont on ne perçoit pas les coups bas,le temps me happe et me fait vaciller. Pour en finir?

                Je sais que Catherine va mal,que ses maux sont de ceux sur lesquels les mensonges humains n'offrent plus aucune sédation.Je le sais,je n'ai pas la naïveté de m'illusionner.Et c'est Jules qui m'a fait appeler,balayant ses ultimes doutes.Mais as-tu jamais douté,Jules mon ami?Leur appartement m'a rarement semblé si éloigné.Pourtant ni eux ni moi n'avons quitté la ville.Nous modulions nos sorties urbaines,d'un commun accord,tacite mais efficace,pour éviter de reformer le fastueux trio de nos vingt-cinq ans.

              Le souvenir,ce diablotin facétieux nous guettait à chaque instant.Pas un bistrot où ne retentisse encore le rire de Catherine.Pas une ruelle où nous n'ayons jadis couru,à boire le vin frais de nos heures chaudes,à fredonner quelque air de caboulot. Plusieurs années que je ne l'ai vue,Catherine,et,haletant et la brume à mon regard,c'est une débauche d'images comme un film nouvelle vague.Elles m'assaillent, mêlant à ce maelstrom cette angoisse,crescendo d'inquiétude,comme un fragment d'une enfance orpheline.Je crois que je vais tomber.Enfin la rue Antoine Doinel,et,presque au bout,dans la pureté d'un halo sous la lune,la grande maison,où les douleurs la vrillent,Catherine,Catherine notre angélique,en partance. Epuisé,vieilli en un soir,il m'attend. Jules m'attend.Je me jette dans ses bras."C'est fini,Jim".

N.B.   Ceux qui décéleraient ci-dessus l'influence de H-P. R. et de F.T. auraient bien raison.Ces gens-là m'ont un peu bouleversé. Merci à eux. 

 

 

Posté par EEGUAB à 07:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :


11 avril 2013

Le petit monsieur dans le bus

assouline-orgueil

            Pierre Assouline revient,dans ce qui reste un roman,sur la figure de Georges Pâques.Georges Pâques, haut fonctionnaire de la IVe République, dont on apprend un été 1963, qu’il est une taupe… « On lui aurait donné le Bon Dieu sans confession » s’exclame Georges Pompidou, atterré.Ce petit monsieur croisé dans le bus par Pierre Assouline des années après est bien l'espion le  plus étonnant de l'après-guerre.On connait les belles biographies de l'auteur,des références, Simenon, Hergé, des sujet à zone d'ombre,de ceux dont les vies recélent le plus de questions probablement.Mais ici c'est plus sur les mobiles que s'interroge l'auteur. Qu'est-ce qui a pu amener cet homme,par ailleurs catholique pratiquant,à travailler pour l'URSS vingt ans durant,depuis la fin de la guerre.

         Naît-on espion?L'argent, l'idéologie, le sexe n'ont pas été pour Pâques le moteur de ce qu'il faut bien appeler la trahison. Assouline se livre à une passionnante enquête sur ce personnage,à des années-lumières de l'agent secret de cinéma et de roman.A-t-il pour cela résolu le mystère?Pas tout à fait à mon sens.Nous faisons la connaissance,vingt ou trente ans après,de certains de ses honorables correspondants soviétiques.Le livre avance par à-coups et nous laisse souvent dans un certain flou qui convient parfaitement à son sujet et à cet univers où nous claquent au visages,comment ne pas les citer,ces deux maîtres es brouillard, Graham Greene et John le Carré.Une question d'orgueil,c'est bien d'orgueil qu'il s'agit d'après Pierre Assouline.Georges Pâques, opaque,croit probablement à sa place dans la conduite des affaires du monde.Par antiaméricanisme,presque uniquement semble-t-il,lequel est chez Pâques élevé au rang de vertu cardinale,dixit Pierre Assouline.

        Beaucoup de non-dits,c'est normal dans une affaire d'espionnage,au moins des pas vraiment dits,des devinés.Informateur du KGB,ce Philby à la française,par ailleurs d'une vaste culture et d'une grande foi chrétienne,demeure une énigme bien après la lecture du bon roman,car c'en est un,de Pierre Assouline.La vérité sur l'affaire Georges Pâques conserve ses ellipses et se rendez-vous mystérieux,son ambiance anglo-saxonne qu'on a longtemps crue avoir le monopole de la fiction d'espionnage.Croyez-moi,je suis très loin d'avoir tout cerné de notre agent,mais j'en ai aimé la traque/trame littéraire.

Posté par EEGUAB à 07:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

09 avril 2013

Des hommes et des guitares/Guitar man

Guitare en noir et blanc

http://youtu.be/bNaN4aZJiZU

      Yeah! Jerry Reed (1937-2008) a écrit  pour Elvis et l'a accompagné fin fifties.Le King a aussi enregistré ce Guitar man.Rien à épiloguer,simplement le grand plaisir d'écouter un bon moment de rock'n'roll,tendance un peu country.Tout cela n'est pas très important mais vous taperez peut-être du pied.Moi oui.Les choses ainsi légères sont très sérieuses.Yeah!

images

Posté par EEGUAB à 08:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 avril 2013

Je les ai donc lus.Tome 1: Guillaume

            J'en avais assez d'entendre leurs pubs annuelles,mais aussi de l'attitude méprisante de certains.J'ai donc pris mon courage à deux mains et décidé de les lire tous les deux.Mais si,vous savez bien,tous les deux.Hola,pas tout,comme vous y allez! Non,un de chaque.Non,je ne les ai pas achetés.Je ne soutiens pas l'édition française à ce point là.On m'a prêté un Guillaume. Lequel,ça n'avait pas d'importance.Après une bonne âme me prêtera bien un Marc.Je suis tombé sur Sauve-moi.Etait-ce meilleur ou pire que d'autres?

32cdee49f65f914195afdf805d49e429

               400 pages qui se lisent très vite mais dont je ne dirais pas qu'elles se dévorent.Dévorer un roman supposerait un appétit aiguisé par l'intrigue ou l'ambiance,un goût prononcé pour le style,un plaisir du suspense ou de l'évolution des personnages.C'est tout de même très loin d'être le cas de Sauve-moi.Plutôt une impression de plat insipide,qui à aucun moment ne m'a intéressé,une sorte de fast food de papier,du fast reading en bon français.On ne s'y ennuie même pas vraiment.Il m'a semblé être resté à la couverture dans un point livres d'une grande gare.J'attends mon train et je n'ai rien à lire,enfin rien d'autre et ce foutu train est en retard,alors je continue à flotter,pas à naviguer ni à ramer,ce qui aurait eu le mérite de stimuler des neurones qui n'auront rien gagné à ce jeu.Rien de rien.Sur le livre que dire? Que ça se passe à New York,c'est plus porteur que Roubaix.Qu'un beau médecin américain tombe amoureux d'une jeune Française à deux jours de son retour en France.Qu'il y a un soupçon de fantastique inconsistant.Que ça ne m'a à aucun moment attiré et que je n'ai pas de temps à perdre.

Picture 28

          Cependant, voir dans ce même train qui a fini par arriver,ou dans un square quelqu'un lire Guillaume Musso,ça ne me déplait pas réellement.Ce sera toujours mieux que...,mieux que quoi d'ailleurs.Je sais pas,mais mieux...

Posté par EEGUAB à 07:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

04 avril 2013

Promis...Juré

cinejeunevisu2013_ok

http://www.cinejeune02.com/catalogue_st-quentin.pdf

             Nous sommes neuf qui avons cinq jours pour juger neuf longs métrages à voir dans le cadre de Ciné-Jeune 2013.Les films y sont allemand, japonais, argentin, belge, danois, américain,finlandais.Une occasion de s'aérer,enfin s'aérer au sens figuré.Le Jury Ville,adulte,décernera le Prix de la ville de Saint Quentin.Et puis plein de courts,très courts parfois,pour les petits, très petits parfois, et les plus grands.

Posté par EEGUAB à 07:20 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


03 avril 2013

Géographie: Cedartown, Georgie

WaylonJenningsCedartownGeorgia   http://youtu.be/XFpwBisvC3c Cedartown Waylon Jennings

Big_Spring_Park_Bridge,_Cedartown,_Georgia

                Cedartown est une petite ville de Georgie d'environ 10 000 habitants dont je ne sais trop que vous dire.C'est que notre road and music movie tire manifestement à sa fin.Notre vieux et légendaire bus Greyhound est presque hors d'âge.Il va falloir rentrer à la maison. Allez,encore deux,trois destinations et je vous laisse.En attendant, Waylon Jennings,l'une des légendes parmi les "countreux" des Etats-Unis,nous narre ses mésaventures à Cedartown.Il s'agit d'une murder ballad,sous-genre de la country music,pleine d'outlaws,de gunfighters et de potences.Mort en 2002,il avait fait partie du super groupe,quelque peu artificiel,c'est vrai,des Highwaymen avec Johnny Cash, Willie Nelson et Kris Kristofferson.

storyPaulGreyhoundBus

                La photo représente le Big Spring Park Bridge de Cedartown,ce qui,avouez-le,vous fascine particulièrement.Je n'en attendais pas moins de cette bonne ville georgienne.Très bientôt,les rues en pentes,le Golden Gate,les souvenirs de Laurel Canyon,le flower power,etc.. nous accueilleront pour un dernier billet d'au revoir avant notre rapatriement en Picardie.J'essaierai d'écrire un texte plus personnel pour expliquer en quoi cette musique a tant compté pour moi.J'en connais qui comprendront.

 

31 mars 2013

Voir Naples et mourir (avec Valentyne)

miracle-san-gennaro

               Valentyne et moi avons lu ce livre de Sandor Marai.Je suis un adepte du grand écrivain hongrois que personnellement j'aurais volontiers nobélisé.Nobel non,mais de haute noblesse d'écriture à mon avis.Septième abord pour moi,la plupart étant chroniqués sur ce blog.Le miracle de San Gennaro est un roman qui surprend,très éloigné de l'univers un peu classique,quand on l'a parcouru comme moi au long de six livres explorant l'histoire personnelle de Sandor Marai,de son pays et de ses combats,de ses exils et de ses espoirs.Cette parenthèse napolitaine dans la vie très cosmopolite de Marai est composée de deux parties tout à fait différentes.

                Il a lui-même vécu en Campanie et dans un premier temps nous plonge dans le Spaccanapoli et les douces collines  du Pausilippe,peu après la fin de la guerre.Un couple d'étrangers vit comme une anomalie parmi les gens du petit peuple,mais d'eux il ne sera question qu'indirectement dans cette moitié du livre.Il y a là des marchands,des chasseurs bredouilles, tout un monde, pas toujours animé des meilleures intentions envers les marins et les touristes.On a faim à Naples en 1949.Alors certains reviennent d'Amérique,pas vraiment cousus d'or.Les familles y sont nombreuses,les prêtres aussi,souvent faméliques,qui attendent le fameux miracle biannuel de San Gennaro. La religion y tient une grande place,souvent teintée de crédulité.Padre Pio vit non loin d'ici,célèbre dans l'Italie du milieu du siècle pour ses stigmates de la passion du Christ.Outre le miracle du sang liquéfié de Gennaro on y espère d'autres merveilles,la guérison d'un enfant,une pêche prodigue,de l'argent pour la grande traversée.Le ton est à la comédie napolitaine,enfin presque.J'y retrouverais presque mon cher cinéma italien,le petit,pas forcément celui des grands créateurs,mais qui a bien du charme et de la couleur.

               L'étranger est retrouvé mort au pied d'une falaise. Changement radical de ton, au revoir la légèreté et le pittoresque.Venu d'on ne sait où, cet étranger était-il le rédempteur dont la rumeur se faisait l'écho? Et quel a été le rôle de la femme qui vivait avec lui?Et que vaut ce messianisme dont paraît-il,on le créditait? La lecture de cette seconde partie du Miracle de San Gennaro s'avère autrement difficile. L'enquête diligentée par le vice-questeur l'est tout autant.Le témoignage d'un moine franciscain qui a beaucoup parlé avec l'étranger et sa compagne (ce n'est pas le terme qui convient) nous éclairera-t-il sur la vérité? Le vent,la mer et le Vésuve, omniprésents, ne nous aident guère et j'ai parfois un peu peiné à suivre ces questions presque théologiques.Le hasard a fait que Valentyne et moi avons lu ce livre alors que François d'Assise,très important dans la vie de ce mystérieux étranger,  est aussi à la une  des journaux,et pas  seulement à Naples et à Rome.

            Le miracle de San Gennaro est un livre très attachant qui m'a semblé un peu plus à distance que Les braises ou Libération, très Mitteleuropa,mais qui amplifie à mon avis l'aura littéraire de Sandor Marai, dont je rappelle la mort volontaire sur une autre côte, californienne celle-là, en 1989.

 

Posté par EEGUAB à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 mars 2013

Ob la di, ob la da,obsèques hi,obsèques ha!

obseq

                 Je vais dévoiler la dernière partie de ce livre.Quelle mouche m'a donc piqué?Je n'ai jamais fait ça mais la lecture du roman Obsèques est une aventure qui a pris pas mal de temps de ma précieuse vie.Les lecteurs, rares, de Lars Saabye Christensen, enfin les éventuels lecteurs ont le droit de savoir.J'ai acheté ce livre parce que cet auteur norvégien m'a séduit avec Beatles et un peu moins avec Le modèle,Liverposlo ,Tableaux d'une exposition .La couverture m'avait aussi bien plu,Magical mystery tour oblige et les chapitres nommés comme des chansons des Beatles.C'est sûr,j'allais me régaler.Mais voilà,les choses n'ont pas été aussi simples.

           Sur 412 pages,280 environ m'ont considérablement fatigué.Kim est mort à 50 ans dans un hôtel du Nord norvégien,ce qui fait pas mal de nords et explique que j'ai perdu le mien un bon moment.Kim Karlsen est donc mort,mais il ne se souvient de rien. Non, suivez s'il vous plait.Il faut vous dire que la lecture de Beatles,remontant à trois ans,j'avais oublié que Kim était l'un des quatre membres du groupe rock héros de ce génial roman.Déjà là,je vous aide un peu,bande de veinards.Les deux premiers tiers du livre, Christensen les a voulus ainsi,très oniriques,surréalistes,comme le furent les Beatles de I'm the walrus ou Strawberry fields forever.Alice et Lewis Carroll ne sont pas loin non plus.Plus ahurissant encore,Kim aurait volé un diplôme décerné au cinéma de cettre ville du Nord très nordique,lequel diplôme récompensait la meilleure recette mondiale des entrées du film La mélodie du bonheur.Attention,j'en vois qui ne vont pas finir cet article pourtant limpide.

         Le mode est farfelu,parfaitement hermétique par instants,mais peut-être ai-je dormi un peu.Mais sûrement vous avez mieux à faire,vous ennuierais-je?J'abrège."Arrivé à la moitié du parcours le funambule s'aperçut que le fil n'allait pas plus loin".Cette citation superbe sera ce que j'ai essentiellement retenu des deux premers tiers d'Obsèques.Ne faites pas cette tête d'enterrement, j'ai bientôt terminé.Après ces heures de lectures,hachées menues à raison de trois pages ici,quatre pages là,on en vient aux funérailles,de belles funérailles sous la pluie avec très peu de gens,une ex-épouse,une fille que Kim avait un peu oubliée,un ancien copain gauchiste puis dealer,puis clochard.Et surtout Seb,Olaf et Gunnar les three restant ce ces Fab Four norvégiens,héros du livre Beatles,abondamment cité.Laborieusement retrouvés dans leurs activités de sexagénaires,bien loin de Sergeant Pepper's,bien las,l'un vaguement fonctionnaire archéologue,l'autre prof ayant depuis lontemps perdu ses cheveux,le troisième sourd,qui lutte contre l'obésité.Fringant,tout ça.

        130 pages très belles,de celles,rares,où j'ai l'impression de faire partie d'un bouquin,d'être partie prenante de ce cimetière sous la pluie,tant ces personnages paraissent vivants,tellement humains et pathétiques,auxquels je m'étais déjà pas mal identifié dans Beatles.Il y a des livres dont le tiers valent mieux que cinq tomes entiers d'autres.Obsèques m'a bien sûr inspiré pour Riff ultime, dernière livraison de Des plumes,une histoire d'Olivia. Cessons de persifler,lire Obsèques si on n'a pas lu Beatles, c'est un peu compliqué.Si on l'a lu c'est juste un peu plus simple,pas beaucoup.Mais avec un peu de fantaisie,celle de The fool on the hill,ça vaut le coup.

http://youtu.be/0fEuuxlB3aY  The fool on the hill

Posté par EEGUAB à 10:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 mars 2013

Ragazzi di Roma

Les garçons

                     Mauro Bolognini et Pier Paolo Pasolini ont collaboré à plusieurs reprises.L'univers pasolinien m'est étranger mais j'avoue très mal le connaître. Bolognini m'est un peu plus proche.Cinéaste parfois précieux,voire chichiteux,il est toujours resté un peu à la marge de ce cinéma italien passionnant.Souvent grave ou cérémonieux,j'ai particulièrement aimé Metello et Le bel Antonio.Ici nous sommes en 1960,à l'époque de La dolce vita mais la Rome de Bolo et Paso (pardon pour ces apocopes) n'est pas celle des noctambules de Via Veneto. Ici,les oiseaux de nuit,Terzieff,Brialy,Interlenghi,jeunes et beaux, pasoliniens mais à l'époque on ne le savait pas,traînent dans les terrains vagues et Les garçons,titre français suggestif pour La notte brava,pourrait être un mix (?) des Vitelloni et des Tricheurs.Mais,bon sang,comme je préfère les "petits veaux" de Fellini,tellement touchants dans leur vacuité et leurs maladresses, à ces voyous un peu demeurés auxquels Pasolini avait peut-être le goût de s'acoquiner.On connait la fin de Pasolini,qu'on dirait tirée de son oeuvre.

Il viaggio

          Mauro Bolognini est architecte de formation,esthète pas si éloigné de Visconti,engagé politiquement à gauche,ce qui,je le rappelle toujours,ne coûte rien,particulièrement dans cette Italie qui se redresse,même si certains se redressent moins que d'autres. Bolognini aime les acteurs et les actrices,à la manière d'un sculpteur.Et les jeunes acteurs de l'époque,juste à l'instant où ils deviennent des stars,plutôt estampillées Nouvelle Vague,le fascinent.Brialy et Terzieff semblent chorégraphiés,icônes félines et assez gouapes pour errer dans cette Rome où l'ombre de Magnani,prostituée vieille école n'est plus,remplacée par des filles plus jeunes et ayant laissé la truculence au vestiaire.Cependant on sent un peu l'artifice de Cinécitta,présence des starlettes Elsa Martinellei,Antonella Lualdi,Rosanna Schiaffino,la Française Mylène Demongeot (B.B déjà trop chère?), qui,finalement ne feront pas beaucoup de bons films.Feu de paille romain.Je crois que Pasolini s'accomode mal de ce jeu,encore trop "studios" et décalé,les comédiens bien qu'excellents étant loin de leurs personnages.C'est la raison pour laquelle Pier Paolo Pasolini fera tout pour être le seul maître d'oeuvre d'Accatone, son premier film en tant que réalisateur,en 1961,déjà quelque peu jusqu'auboutiste, avec des acteurs non professionnels.Certains considéreront ce film comme un ultime avatar du Néoréalisme.Pas moi.

         

           

Posté par EEGUAB à 11:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 mars 2013

Des mots,une histoire: Riff ultime

              Cueillis par Olivia,toujours vaillante à collecter,les mots suivants: célèbre-attention-redoubler-bovin-apparaître-morceau-rigueur-opinion-force-mollet-notamment-intolérable-souhaiter.

plumedesmotsunehistoire5

             La plage était normande et des hommes,il y a sept décennies y avaient laissé leur peau,avant même de l'avoir foulée vraiment.De cette opération militaire,célèbre entre toutes,Cal Drogo n'avait que faire et sentait plus seul qu'un mutin de Pitcairn dans une intolérable attente en un Pacifique de cauchemar. Pourquoi,suite à ce message sur répondeur,sec et coupant,"Phil est mort,tu es le dernier",pourquoi donc ces sept mots dans la force de leur concision l'avaient-ils à ce point ébranlé? C'était si loin,si vieux,si longtemps, tout ça.Février mordait Juno Beach et pourtant il marchait,à la lisière,le ressac lui cinglait les mollets,et les goélands qui braillaient avaient autant de charme balnéaire que les bovins voisins du Pays d'Auge.

          Ces vacances là,ce devait être en 66,leurs premières libertés,en cyclomoteur bridé.Au golf minature de Houlgate Satisfaction était en train de changer leur vie à tous quatre.Lui,probablement le plus sensible,du moins à sa propre opinion,avait déjà compris l'important.A savoir qu'au moins pour cette génération,elle aurait beau redoubler d'expériences et d'artifices,et les filles les affoler et les meurtrir,et leur jeunesse conquérante se briser dans une chambre d'hôtel,rien,rien jamais ne serait beau comme le groupe rock d'un quatuor de gamins de dix-sept ans,qui en leur splendeur matinale,s'imaginaient apparaître jeunes dieux que l' attention,puis le délire des foules porteraient à l'apogée.

           Certes il n'en avait pas été ainsi.Même le binaire a ses rigueurs qu'ils avaient été bien incapables d'assumer.Non,ils avaient été tragiquement ordinaires,comme tous les autres.Les querelles et les alcools,les jalousies... et leurs vies s'étaient faites miasmes et petitesses.Restaient cependant,jusqu'à ce jour,quelques morceaux de souvenirs,notamment d'épiques vols de 45 tours qui les laissaient hilares autant qu'essoufflés.Et aujourd'hui Phil avait choisi la nuit, rejoignant Syd et Reg.Les yeux vers l'Angleterre, qui avait tant brillé pour eux,l'ancien organiste,seul survivant de Tulsa Train pleurait.Que demeurait-il qu'il puisse souhaiter?

N.B. Je donne rarement une explication à mes textes.Exceptionnellement je dois dire que le grand écrivain norvégien Lars Saabye Christensen est pour beaucoup dans la genèse de ces quelques lignes.De son dernier livre Obsèques je n'ai pourtant aimé que le dernier tiers.J'y reviendrai.

Posté par EEGUAB à 07:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,