20 septembre 2012

Des mots,une histoire: Les choses de la vie

         Les mots recueillis par Olivia pour la mouture 74 de Des mots,une histoire sont:avantage-artichaut-réflexion-bizarre-loupe-collaboration-éruption-totalité-surplomb-obstacle-quarantaine-sérail-ziggourat(facultatif)-persévérance-écrin-embauche-irrégularités-laboratoire.Je n'ai pas retenu ziggourat.

plumedesmotsunehistoire5

                9h47.Sur cette route automnale bénie des dieux,quelque part entre Nuits Saint-Georges et Beaune,l'ouverture de L'enlèvement au sérail inonde l'habitacle.La tête inclinée vers la gauche voilà longtemps qu'elle ne me regarde plus,somnolant et déjà ailleurs,sa quarantaine rugissante ayant de plus en plus de mal avec mes six décennies.C'était prévu,écrit et inévitable.C'est toujours comme ça.De toute façon ça n'a jamais été un mariage,et pas longtemps une liaison. Appelons cela une collaboration, rarement horizontale maintenant.Mais une association c'est diantrement humain,ça naît,ça vie,ça meurt.Et surtout ça vieillit et elle et moi on est à ce stade où plus grand-chose ne nous réunit,d'évidence.Oh j'y ai pourtant mis un peu de persévérance et elle n'a pas vraiment multiplié les petites irrégularités de parcours.Mais voilà, quand l'un des amants claudique,le coeur boîteux,c'est le couple qui prend l'eau.

imagesCAQABGCK

            Mais pourquoi ce jour et pourquoi sous les ors bourguignons et le doux surplomb des coteaux qu'elle avait tant aimés sous le soleil de septembre?Je me souviens,là,précisément, de ses réflexions puériles sur la robe du vin qu'elle observait comme à la loupe  à l'Auberge du Clos.Elle prétendait que les Côtes de Nuits étaient l'écrin de notre belle histoire.Je faisais semblant d'avoir hérité de mon père une belle aisance oenologique et la félicitais pour sa sensibilité,éperdu à l'idée qu'un obstacle,même d'amour-propre, ne l'éloigne de moi.Bizarre,cette impression que dès ce moment,la romance portait en elle la gangrène inéluctable de l'odieux temps qui passe,ce Dorian Gray qui accompagne l'existence,en sa totalité,encore souriant,déjà sinistre.

                De chaque côté de la route s'affairent les engins viticoles dans le mordoré un peu luisant de cette journée ambrée.J'ai sur elle un avantage,je me souviendrai moins longtemps.J'oublierai jusqu'à ce jour d'embauche,combien d'années déjà,où la jeune trentenaire inconnue,pas vraiment canon,disaient mes collègues du laboratoire,avait, si vite et si calme,embrasé l'homme mûr. Parlons-en,de l'homme mûr,mûr à tomber ou du moins à vaciller,à flancher sous l'imminente éruption qui devait en résulter.Comme je pense à ce premier entretien,sa tête roule un peu plus,ses yeux bougent,imperceptibles.Je la regarde.Là-bas un poids lourd semble sorti d'un film,déchaîné.J'ai à peine aperçu la raison sociale "Artichauts du Léon".C'est fini.

Posté par EEGUAB à 20:03 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


19 septembre 2012

A Cork et à cris

  o'f

                 Sean O'Faolain est un auteur irlandais qui vécut tout le siècle dernier ou presque (1900-1991).Je ne le connaissais pas,je lis pourtant pas mal l'Irlande mais elle est si riche en littérature.Passions entravées est un recueil,une compilation de 14 nouvelles qui courent sur 40 années.Le titre générique fourre-tout donné à cet ensemble ne me plaît pas beaucoup mais on aurait tort de s'y arrêter. C'est une belle brochette de personnages qu'il nous propose,la plupart en mal de vivre et en troubles souvent réfrénés,Erin savait serrer l'étau.

                Les histoires sont assez variées et je ne vous en préciserai que quelques-unes qui m'ont plus particulièrement intéressé. Une cigogne valsait avec un rouge-gorge explore un couple très improbable, une vieille fille irlandaise et d'un faux aristo italien menteur et pudibond.Le petit Quinquin nous présente une version d'un classique du genre famille, le fils à sa maman, possessive ça va de soi.Le plus beau texte, Un monde brisé est un dialogue à trois dans un train d'une irlandaise lenteur entre le narrateur,un prêtre trop sûr de lui et un fermier peu loquace,sur la situation du pays.Vraiment très fort.Un génie est né est aussi une bien belle prose qui explore notamment le goût du chant,si profond en Irlande,et la complicité impossible entre un homme et une femme,deux belles voix,mais de condition différente.Insurmontable handicap en ce milieu de siècle.James Joyce,celui de Gens de Dublin,n'est pas si loin.

                Sean O'Faolain fut très engagé dans l'IRA,puis enseignant.Il a tenu une place de choix dans l'éclosion de bien des talents littéraires irlandais,en particulier à travers la revue The Bell. Eireann,maître es Erin,nous donne ci-dessous son point de vue.

O'FAOLAIN Sean / Passions entravées

Posté par EEGUAB à 13:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 septembre 2012

Transes européennes

orient

               Greene je l'ai beaucoup lu.On l'a beaucoup lu,ceux de ma génération plus vraiment quinquagénaire.Cet homme a beaucoup compté ne serait-ce que par le cinéma,Vienne,Le troisième homme,Welles,Cotten,Carol Reed,la cithare d'Anton et la grande roue du Prater.Pour ce film Greene n'a d'ailleurs écrit qu'une nouvelle.Mais Graham Greene comme Somerset Maugham son contemporain fait partie de ces auteurs en plein purgatoire.J'ai voulu lire Orient-Express que je ne connaissais pas et qui,s'il a été adapté au cinéma, le fut pour un obscur film anglais inconnu en 1934,peu après sa publication.J'ai voulu le lire pour le site Lecture/Ecriture et parce que ce livre appartenait à mon père,en Livre de Poche,cette  si belle idée qui m'a jeté sur les routes de la littérature.

              Bien des romans de Graham Greene sont plus intéressants.Citons Le ministère de la peur, La puissance et la gloire, Notre agent à La Havane, Le fond du problème.Mais cet ouvrage n'est pas à dédaigner.Ecrit vers 1930 Orient-Express s'appela d'abord en Angleterre Stamboul train.Greene lui-même classait ce roman dans les distractions par opposition à ses "grands" romans davantage tournés vers la foi ou la philosophie, déjà cités.Néanmoins apparaissent dans ce livre les thèmes très "lourds" de l'engagement politique,de l'antisémitisme,de la culpabilité,particulièrement greenienne.

             Ostende, Cologne, Vienne, Subotica et Istambul,cinq étapes sur la route de l'Orient-Express.Pas à proprement parler un huis-clos mais le cadre majeur qui réunit quelques personnages à la vie un peu compliquée qui vont se croiser,se découvrir,s'aimer,se haïr en un condensé de cette Europe entre deux guerres, véritable soufrière qui en à peine vingt ans allait replonger dans l'horreur. Après des années d'exil Richard Czinner,médecin,leader socialiste en exil à Londres retourne à Belgrade.Joseph Grünlich,voleur et meurtrier,fuit Vienne.Carleton Myatt,négociant juif anglais se pose  des questions sur son identité et son pouvoir de séduction. Coral Musker,danseuse de music-hall,et Mabel Warren,journaliste lesbienne,sont les éléments féminins de ce quintette qui va jouer une partition serrée,tendue,souvent d'une grande  sécheresse.Pas d'envolées lyriques sur le socialisme bonheur.Pas de grandes phrases sur le féminisme.Et pourtant tout est là dans cette Europe en miniature et en pullmans mal chauffés.

            Les sympathies de Graham Greene ne sont pas si évidentes car l'auteur est malin bien que jeune encore quand il publie Orient-Express.Peintre des ambiguités du coeur comme politiques c'est un écrivain de grande classe qu'il conviendrait de  dépoussièrer un peu de ce qui s'appelle la rançon du succès.10/18 s'y emploie,par exemple avec notamment les oeuvres suivantes dont la dernière,Travels with my aunt,emprunte 40 ans après ce même Orient-Express.

9782264021984978226403137297822640379479782264037961ROCHERTUEUR9782264038005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par EEGUAB à 17:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 septembre 2012

Géographie: Jackson, Mississippi

capital_building

         Probablement des dizaines de Jackson constellent les Etats-Unis.On s'autorise à penser que Jackson,Mississippi est la plus célèbre.Capitale d'état,190 000 habitants,la ville rend hommage à Andrew Jackson,septième président du pays.Ancien comptoir français fondé par le Canadien français Louis LeFleur,traversée par la Pearl River,la ville a été témoin de troubles comme pas mal de cités sudistes au début des années 60.Nombre de romans,films ou chansons retracent ces moments.Nous en avons déjà parlé notamment à Oxford.Les écrivains Eudora Welty et Richard Wright,l'auteur de Black Boy,y ont vécu enfants.Musicalement Jackson est ici évoqué très sobrement par le folkeux Jason Luckett.Très sobrement, minimaliste, dirais-je.

200x200-000000-80-0-0

http://youtu.be/tUkKbHyhhZw   Jackson,Mississippi  Jason Luckett

11 septembre 2012

Lycanthropicardie

 DUMAS

                 Le meneur de loups nous entraîne dans les forêts d'enfance d'Alexandre Dumas.Du côté de Villers-Cotterets au XVIIIème Siècle, Thibault,un modeste sabotier un peu trop envieux va vivre pendant juste une année une malédiction,assez proche de celle de Faust.Un soir, un loup noir se présente à lui et lui propose un pacte : la possibilité de faire des voeux, à condition qu'à chaque voeu, un peu de sa chevelure change de couleur.Son pouvoir sera immense.Il pourra se venger des humiliations du lieutenant de louveterie,devenir riche, épouser la charmante Aignelette.Mais à pactiser avec le Diable on risque gros et Thibault sera conduit à la surenchère,voyant ses souhaits exaucés mais aussi dévoyés.Ses amours,ses rêves de puissance et de conquête vont lui échapper de bien lupine façon.

dUMAS

           La forêt de Retz,Dumas l'a arpentée en ses tendres années,né en à Villers-Cotterets en 1802.Ecrit en 1857,Le meneur de loups est une incursion dumasienne dans le conte fantastique,assez rare dans sa prolifique bibliographie.L'auteur narre cette histoire à travers le garde-chasse Mocquet qui l'aurait-lui même dite au jeune Dumas de quinze ans.On comprend très vite que le défaut majeur de Thibault,cette envie maladive,deviendra une véritable haine du genre humain et finira par le briser dans ses lubies d'ascension sociale.Mais le récit est bien mené,comme la meute, non sans drôlerie.Comme je l'ai vu sur plusieurs notes il serait intéressant de lire Le meneur de loups en pleine forêt de Retz,Dumas ayant soigné la toponymie,très fidèle à la belle Picardie du Sud,verte, ombrageuse et propice à courre...le cerf,le loup et le sabotier.

         En 2002,bicentenaire oblige, on a déplacé le tombeau d'Alexandre au Panthéon.Je l'aimais mieux dans son pays d'Ourcq.Mais les Amis d'Alex l'ont plébiscité.Pourquoi ne pas réunir tous les grands écrivains en un seul lieu? Et ainsi " jacobiniser" davantage notre pays en une sorte de Père Lachaise Litterary Land.

Posté par EEGUAB à 07:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 septembre 2012

Mon père avait raison

mensonge-sur-pere-john-burnside-2009-L-1

                                      John Burnside va rejoidre dès maintenant mon graal littéraire toujours visible ici même.Souffrant un peu d'autocomplaisance vers la fin Un mensonge sur mon père est dans la lignée,très autobiographique à mon avis, de Une vie nulle part Nowhere man. Burnside n'a pas vécu une jeunesse d'enfant de choeur,cela se respire à chaque page.Dans son Ecosse de minerai et de grisaille le personnage,au coeur des années soixante,est bien loin de la Swinging London.Joliment introduite par le mensonge du narrateur,John,maintenant un homme mûr,à un autostoppeur,cette ballade du temps d'enfance,d'adolescence et de jeunesse à travers l'absence au moins affective de la figure du père,se révéle terriblement clivante quant à notre propre divorce d'avec nos vertes années.Ce père est un enfant trouvé,donc un enfant perdu,à peine un enfant.

           Ces relations, plus inexistantes que difficiles entre le père,emmuré dans l'alcool et le boulot,et son fils,qui va très vite basculer dans la drogue,sont parfois à pleurer de désespoir.Ce n'est guère dans l'éveil des sens que le jeune homme trouvera une route semée d'étoiles,ses jeux érotiques plus sado-maso que baignant dans la tendresse.Un mensonge sur mon père s'avère parfois éprouvant.Même si une mère dépressive et anémique a protègé comme elle a pu John et sa sœur, même si le rock a pu accompagner l'apprentissage si douloureux (et ça c'est un élément auquel je suis particulièrement sensible,et j'aimerais un jour écrire davantage là-dessus qu'un article de trente lignes),même si une bibliothèque qui brûle peut finalement et curieusement s'avérer rédemptrice,on ne peut s'empêcher vis à vis de John d'une sentiment d'ambivalence quelque peu reptilienne,où la fascination finirait par triompher.

            Ce père,John,lui donne une allure de Robert Mitchum et je ne sais la part de réalité de cette idée,comme de celle qui ferait de ce même homme un ancien de la prestigieuse Royal Air Force,devenu ouvrier d'usine.Mais je trouve que c'est une bien belle licence littéraire.Parce que,et je me souviens de ma longue formation cinéphilique toujours en cours,Mitchum,c'est l'inquiétude même,dans tous ses films.Cette silhouette souvent hautaine et dédaigneuse,ce regard fatigué et décadent font de lui un archétype de l'ambiguité, le Love/Hate de La nuit du chasseur.Certains critiques évoquent une autre dualité quant au personnage du père de John:Jekyll/Hyde.Et la menace, présente du début à la fin,on ne sait laquelle d'ailleurs,mais une épée de Damoclès.Quant à la R.A.F on saisit bien le symbole,ce qui se fait de mieux dans l'establishment britannique (attention,pour moi rien de péjoratif),quelque chose qui aurait pu être,qui sait...

         Les sentiments du père et du fils l'un pour l'autre,au long d'un psychodrame des années durant,sont magistralement rendus par cet écrivain,aussi poète,qui évoque les terreurs de l'enfance à travers Edgar Allan Poe.Les pulsions ne seront pas meurtrières,enfin pas directement.Mais il s'en faut de peu.

 

Posté par EEGUAB à 19:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 septembre 2012

Des mots,une histoire: A ce stade...

.            Olivia a recueilli pour cette rentrée de Des mots,une histoire vingt-et-un mots.Les voici:distance-parenthèse-éperdue-instinct-emmurer-aporie-gigolo-archet-charbon-force-exagération-rentrée-inspiration-euphorie-sensible-attitude-majolique-étranger-péripétie-raisins-impertinent.

plumedesmotsunehistoire5

                  Il relevait d'une blessure certes légère mais cette parenthèse immobile avait de quoi inquiéter l'athlète.Le 1500m,tous les passionnés de course à pied vous le diront,est une distance qui ne fait plus guère partie du demi-fond à l'heure actuelle.La surenchère en a fait une épreuve de force s'apparentant à un long sprint éperdu,de presque quatre tours de piste.C'était donc sa rentrée,selon la formule consacrée.Les éliminatoires ne semblaient pas l'avoir obligé à aller vraiment au charbon.Cette demi-finale pouvait pourtant s'avérer traîtresse, ses rivaux  bénéficiant de solides temps de référence,particulièrement les deux coureurs qataris, encore érythréens douze jours avant le début des épreuves.Ces montagnards poids plume,combattants d'instinct  et semblant toujours peu sensibles aux accélérations européennes,il ne savait guère quelle attitude adopter avec eux.

                   Le troisième tour touchait à sa fin.Toujours au contact,seul un Néozélandais jouait l'impertinent trouble-fête au milieu du trio de tête.La course jusque là s'était déroulée sans péripéties particulières.Sans exagération pouvait-il prétendre à un podium à condition  qu'il ne se laisse pas emmurer par un rideau de trois concurrents l'obligeant à faire l'extérieur. Il craignait de voir s'envoler les jolis dossards du Golfe,scintillants comme majolique au soleil.Il lui fallait asolument retrouver la corde,tel un archet à l'âme du violon.Plus que 200 mètres et la ligne droite.Bizarrement,rien n'étant acquis, une espèce d'euphorie le gagnait et nulle aporie n'obscurcissait l'horizon quand il prit l'avantage.Ainsi la victoire ne serait plus cette belle étrangère qui se dérobait à ses assauts.C'est cet instant que son antérieur droit choisit pour rompre son faisceau moyen et c'est ainsi que Gigolo perdit le Royal Hound Derby.En mal d'inspiration pour la finale,plus figue que raisin je quittai le cynodrome,maugréant.

                             

Posté par EEGUAB à 21:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

05 septembre 2012

De très vieux amis à moi

Picture 19

            Je vous présente mes premiers amis.Voici en quelques mots leur histoire,qui est celle de mes débuts dans la belle carrière de lecteur.La photo fait peut-être penser à des BD.Il n'en est rien.Vers 1960,le mercredi matin,pendant tout l'été,je prends le car avec ma grand-mère pour le marché de Coulommiers,à l'époque une très animée bourgade agricole,aujourd'hui une banlieue seine-et-marnaise. D'ailleurs on ne dit plus Seine-et-Marne,qui fleurait encore bon sa géographie des murs de la classe.Aujourd'hui,c'est le 77.On vit une ère fabuleuse, non?Bien sûr elle ne me refuse pas grand-chose,ma grand-mère.

untitled

           Sur ce marché,très actif,le fameux fromage de Brie,d'un si beau jaune sur ses cercles de paille,mordoré et ensoleillé,m'attire déjà pas mal.Encore maintenant, hélas!Plusieurs fromagers tiennent boutique.Un seul bouquiniste,par contre et de son éventaire proche émanent parfois des parfums briards soignés.Et là je m'émerveille.Pour un franc,un nouveau franc on appelle ça,je choisis trois romans. Ces fascicules, à l'époque je ne sais pas ce qu'est un fascicule, appartiennent pour la plupart à la collection Le livre d'aventures et font invariablement 128 pages.Les auteurs ne sont pas passés à la postérité sauf quelques exceptions,Walter Scott,Fenimore Cooper. Cependant les connaisseurs de romans jeunesse n'ignorent pas tout à fait l'Italien Emiliano Salgari qui fut si souvent adapté au ciné pour ses histoires de pirates ou l'Irlandais Thomas Mayne-Reid,aventurier qui sous le nom de Capitaine Mayne-Reid écrivit des dizaines de récits,western principalement.

            A dix ans les titres m'impressionnent plus que les auteurs.Outre ceux que vous pouvez lire sur la photo je possède encore La vengeance des Séminoles, Les mystères de la jungle noire, La cité du Roi Lépreux, La "croisère" du Floréal, Le secret des rois Bassoutos, etc...En tout une vingtaine de ces titres délicieux et effrayants.Un formidable voyage pour un gamin de dix ans. Curieusement c'est à eux que je dois mes premières émotions de lecteur,bien plus qu'aux bandes dessinées.Il y avait aussi une collection bon marché très voisine,un peu comparable aux fameux pulps américains.Ca s'appelait Les romans d'aventures de Georges Sim mais hélas il ne m'en reste aucun.Mais de ce Georges Sim j'ai lu un peu plus tard bien des romans signés de ce même nom,un peu rallongé.Ca doit vous  dire quelque chose. J'oubliais,il y avait aussi Les romans d'amour de Georges Sim.Forcément ça ne m'intéressait pas.

Georges_sim

        Alors merci à ma grand-mère briarde qui,tous les mercredis,comblait ma curiosité et,sans le savoir,jetait les fondations de ma passion pour la littérature. Bon appétit de livres à tous,de livres et de fromage de Brie.

 

Posté par EEGUAB à 07:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

03 septembre 2012

Croisade à l'italienne

220px-BrancaleonealleCrociate

                Un chevalier et sa monture,une haridelle plutôt,pas nommée Rossinante mais Aquilante.Mais ce n'est pas Don Quichotte. Un générique cartoonesque (http://youtu.be/M9PrWuT-E-0), une sorcière sauvée de justesse par une petite troupe dépenaillée et piétonnière par manque de moyens.Mais ce n'est pas le Sacré Graal des Monty Python.Ce même chevalier devise avec la Mort.Non,ce n'est pas Le septième sceau.Un navire traverse une colline à dos d'hommes mais ce n'est pas Fitzcarraldo.Mario Monicelli et ses géniaux scénaristes,le fabuleux duo Age-Scarpelli,à qui le cinéma italien doit tant,ont imaginé une suite à la déjà inénarrable Armée Brancaleone (1966).Vittorio Gassman,tout en rodomontades,est l'interprète idéal de ce matamore finalement plus naïf que roublard, qui mène sa maigre bande avec nain,boîteux juché sur les épaules d'un aveugle,puis nouveau-né sauvé in extremis,chèvres et enchanteresse.Arrive même un lépreux très dansant au son de sa clochette,assez sexy ce lépreux.

Il viaggio

         Tout ce petit monde,bien que peu ferré en géographie,part donc pour la Terre Sainte.Rencontres et péripéties attendent ces branques du Saint Sépulcre.Dans Brancaleone s'en va-t'aux croisades la langue italienne est truffée de patois et de latin douteux, ce qui lui donne un maximum de verve.La verve,justement,est un ingrédient qui a rarement manqué à ces maîtres de la comédie italienne que j'aime tant.Monicelli,toujours satirique,dégomme gentiment la religion et le pouvoir,pape et antipape se querellent comme des supporters de foot,un arbre aux pendus s'avère riche en drôlerie,le jugement de Dieu fait glousser Brancaleone, un tournoi final, un peu longuet, alanguit à mon avis ce road-movie médiéval que Mario Monicelli aurait dû écourter de vingt minutes pour lui assurer tout son punch. Quoiqu'il en soit cette Cour des Miracles itinérante est une preuve de plus de la grande variété de ce cher cinéma italien.Elle est aussi une invite à se balader dans le challenge botté initié par Nathalie.

Posté par EEGUAB à 07:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 août 2012

Les plumes de l'été: Fin d'été,un peu triste

            Notre chère Asphodèle nous propose pour clore cette aventure:zeuzère(ou ziggourat)-zélateur-zénith-zen-zéphyr-zigzaguer-zoo-zizanie-zéro-zinzin-zut-zoulou-zeste-zinzolin-zodiaque(ou zodiac)-zozoter-zèbre-zouave-zèle-zarzuela.

logo-plumes-c3a9tc3a9

                 Disons-le,maussade était mon humeur et je bougonnais dans mon coin.Mon millième billet n'avait pas obtenu les dithyrambes escomptés,malgré douze jours en première ligne et ma carrière de bluesman piétinait sec.Là-dessus arrive ce diabolique Z et vlà-t-y pas qu'il nous faut plancher sur l'appendice caudal de notre alphabet,cette lanterne rouge du peloton lexical.Si les instances des Plumes de l'été croient que je vais me décarcasser à trois jours de la quille...Pour rester dans le domaine de la carcasse j'avais donc décidé de la jouer bestiaire.Pan!Pas l'ombre d'une zibeline,pas la queue d'une zorille,pas la moindre bosse de zébu.

              Rien que le sempiternel zèbre,quelle surprise!Bon,ça permet de rayer le zèbre,plus que dix-neuf satanés mots.Sauf que si vous rayez un zèbre ça donne forcément un cheval unicolore,logique.Et surtout ça ne nous avance guère,ce zèbre se montrant têtu comme un âne.Ainsi fait,bien qu'adepte du format court,je me trouvai avec, au bout de neuf lignes,un seul nom placé ,certes quatre fois mais tout de même.J'installai vite le quadrupède dans un zoo,en proie à un essaim de zeuzères autour des yeux, sans trop savoir s'il n'y avait pas là une aberration géographique.Mon zèle animalier s'arrêtant là fallait-il encore se coltiner seize vocables. Aussi passai-je donc du coq à l'âne,déjà cité mais,zut alors,pour la dernière épreuve on peut bien se permettre quelques redites.

                   Une manipulation informatique malencontreuse (peut-être deux mais mon web-level(!) est proche de zéro) m'exila à cet instant sur la liste des 3017 films que j'ai vus et j'en profitai pour rajouter Zoulou,excellent film d'aventures,en toute fin de série,après Zodiac et Zorba le Grec.Plus moyen par contre de me souvenir si oui ou non j'avais vu Le zinzin d'Hollywood,nanar de Jerry Lewis.Là n'était certes pas la question mais l'ultime tâche asphodélienne prenait ainsi doucement tournure et je convoquai La Fontaine, puisque je crois qu'on a le droit de faire appel à un ami,un zeste de citation se révélant commode et j'allai ainsi mon train de zélateur.Quel talent ce Jeannot,n'avait-il pas écrit "Tout vous est aquilon,tout me semble zéphyr".

zouave

            Zigzaguant sans prétention vers les Champs-Elysées du samedi 1er septembre pour ce qui serait sans nul doute le zénith de mon année d'auteur j'écartai l'idée de teindre les mots ici présents,et à quel prix,en zinzolin,vu que ma perception des couleurs défaillante et mon ignorance totale de cette nuance ne m'autorisaient guère à faire le zouave.Ainsi parlait Zarathoustra et ainsi restèrent rouges ces dits mots maudits.A propos de ces termes vous avez sûrement remarqué que quatre d'entre eux zozotent. Si,si,j'insiste,ils zozotent,les zinzin, zeuzère, zinzolin, zigzaguer.Si,si, et même zozoter zozote.Ceci dit,souhaitant vivement qu'aucune zizanie ne ternisse la fin de la saison et que toutes ces belles plumes demeurent zen je terminai en proposant aux oreilles empennées qui partagèrent mes affres  estivales la superbe zarzuela d'un dimanche placide..

Placido Domingo - Zarzuela

 
de Pablo Sorozabal / Frederico Romero, Guillermo Fernandez

Posté par EEGUAB à 07:18 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,