21 mars 2012

Initials M.M.

 MM               

               Avant l'overdose, imminente et tellement insupportable..., mon hommage à moi et à d'autres...

http://youtu.be/oGfcn4tJQ0Q  Claude

http://youtu.be/p5TR0o38Afg  Nicolas

+ un autre Claude

numérisation0009

Posté par EEGUAB à 18:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 mars 2012

Cynophile cinéphile

affiche-Une-Vie-de-chien-A-Dog-s-Life-1918-2

  1. 2
  2. bou
  3. copernic-861
  4. fl
  5.  1
  6. 2
  7. 3
  8. 4
  9. 5
  10. 1

                Cette semaine c'est plutôt récréation,rien de très difficile,sauf peut-être le numéro 10,film assez obscur dont on a peu parlé.A part le 5 je n'ai pas fait dans le chien méchant que je n'aime guère.J'en profite pour saluer les amis Pluto, Milou, Idéfix, Rintintin, Lassie, etchienterra....Je leur devais bien ça,ayant fait un questionnaire photos chats il y a quelques mois.Parité oblige. 

 

             

      

 

  

 

Posté par EEGUAB à 10:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mars 2012

Où est passée ma bohême?

logo romantisme

     Je ne suis pas certain que le modeste Henri Murger(1822-1861) soit admis au cénacle du Romantisme.Mais comme je l'ai souvent écrit on peut avoir dans une même famille un grand professeur de médecine à la Salpêtrière et son cousin généraliste dans un chef-lieu de canton en voie de désertification médicale (croyez-moi,je connais).Tiré des Scènes de la vie de bohême et de la pièce qui s'en suivit, le joli film de Marcel L'Herbier (tourné sous l'Occupation) relève de ce que j'appelle le romantisme de rapin et de cabaret,celui qui ne s'éloigne guère de Montmartre et du Quartier Latin.Chez ces artistes besogneux et affamés on ne lorgne pas le Pausilippe Napolitain,ni l'Oberland Bernois,ni même les falaises normandes.On reste là,à Paris,et encore pas dans tout Paris et sûrement pas dans le tout Paris  (quoique...on ne sait jamais,si venait le succès...).Mais dans la bohême le succès ne vient jamais,ou trop tard,ou ce n'est plus la bohême.Louis Jourdan,séduisant et ténébreux est Rodolphe,poète désargenté comme il se doit.Commencé dans la printanière légèreté de l'amitié avec un Jardin du Luxembourg rêveur à souhait La vie de bohême se termine au lit de mort de la tendre Mimi et sur ces mots définitifs et qui finalement font un peu mal,surtout si l'on a pas mal arpenté du côté de la Fontaine Saint-Michel (mais il y a longtemps de ça): "Notre jeunesse,Rodolphe,notre jeunesse".

    C'est un peu ça le problème avec le Romantisme,c'est souvent "Mourez,nous ferons le reste" Mimi ou Marguerite Gautier,phtisiques,ça va.Octogénaires ça irait moins bien.Et ça dépasse de loin le XIXème Siècle:James Dean,Jim Morrison,voire Rudolf Valentino ou Raymond Radiguet,ça reste de toute première fraîcheur et pour cause.On pourrait ainsi multiplier les exemples.Mais ceci est la version pessimiste du Romantisme.Il en existe une autre:participer à un challenge romantique,celui de Claudialucia.Outre que cela donne l'occasion de replonger dans les délicieux tourments de l'âme,on ne nous demande même pas notre âge.

laboheme     

 

L4HERB

la-vie-de-boheme-dossier-presse-anglais-de-aki-kaurismaki-avec-jean-pierre-leaud-matti-pellonpaa-886518948_ML

COMEN

        Quelques affiches de différents films d'après Henri Murger.Le film muet de King Vidor,visible sur YouTube,le film du grand romantique finlandais (si,si) Aki Kaurismaki,la version filmée du célèbre opéra La bohême de Puccini,mise en scène par Luigi Comencini.Et pour conclure la bande annonce d'une dernière version avec Netrebko et Villazon.


La Bohème - Tráiler. Puccini cinematográfico

 

Posté par EEGUAB à 08:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 février 2012

Trio majeur

jules et jim generqiue

       Il faut s'y faire,le film a 50 ans.Je ne voulais pas le revoir,croyant le connaître sur le bout de ma mémoire. Il faut s'y faire,il est intact.Il faut s'y faire,l'actrice,que par ailleurs j'avoue avoir appris à détester au long des décennies pour ses minauderies,ses affectations et ses vanités,est une merveille de liberté.Il faut s'y faire,la Grande Guerre n'a jamais été si bien évoquée à l'écran.Il faut s'y faire,les acteurs n'avaient pas à se remettre de ce film,ce qu'ils ont fait d'ailleurs.Il faut s'y faire,ce film reste la révolution.Il faut s'y faire,même Antoine Doinel mon vieux complice en Truffaldie me serre un peu moins le coeur.

     Il faut s'y faire,jamais une voix off ne fut plus convaincante.Il faut s'y faire, même l'omniprésent Stéphane Hessel ne m'a éloigné de l'aventure de son père.Il faut s'y faire,on pourrait analyser ce film des heures durant.Il faut s'y faire,jamais amour et mort n'ont dansé aussi tendrement enlacés.Il faut s'y faire,je ne banaliserai pas le plus beau film français par un extrait platement cueilli sur la toile.Il faudrait s'y faire,l'imagination devrait survivre.

Posté par EEGUAB à 22:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2012

Voir le tagué à la récré

     On ne m'avait jamais tagué.Wens, qui nous concocte avec Claudia de très bons jeux ciné-bouquins,a brisé, cette malédiction.Voici donc mes réponses...

Les réponses aux onze questions doivent comporter des titres de films.

Si tu étais une ville    Je dînerais avec les Gens de Dublin

Si tu étais un monument  L'un des Bridges of Madison County

Si tu étais un animal   Le Guépard

Si tu étais un conte ou une légende  Excalibur

Si tu étais le jour ou la nuit    La nuit de Varennes

images

Si tu étais un (autre) homme   A serious man, mais je me verrais bien aussi en Falstaff qui est tout sauf sérieux

Si tu étais une (autre ) femme   Madame de...

Si tu étais un jeu.   Un jeu,je ne sais pas, mais je respecterais ô combien La règle du jeu

Si tu étais un nombre   A tout coup:400

Si tu étais une profession   Gardiens de phare (parce que ça fait romanesque mais qu'est-ce que ça m'aurait ennuyé)

 imagesCAJYRBYY                                            

Si tu étais au bord d'un cours d'eau Une Chambre avec vue (sur l'Arno) mais le Rio Bravo coule aussi dans mes veines

P.S. Pour la profession j'ai un peu séché et de plus je n'ai jamais vu ce film de Grémillon,plus ou moins perdu un moment d'ailleurs.

Posté par EEGUAB à 23:03 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


15 février 2012

Imitant Jean Harlow

david

http://youtu.be/8dGZBSeFUzk   Hollywood David McNeil

     Cette chanson de David McNeil a maintenant quarante ans et toujours la même fraîcheur.Je n'aime guère la version souvent présentée avec les obligatoires Le Forestier,Renaud,Clerc et consorts.Je goûte peu ces réunions faussement spontanées.Cette version reste délicieuse d'imagination et ennuagée,sobre et transaméricaine et malgré tout surréaliste comme je les aime.David n'est pas seulement un très bon A.C.I. mais aussi un romancier précieux.Je rappelle pour mémoire son superbe récit Quelques pas dans les pas d'un ange, consacré à un papa nommé Chagall.Il y a aussi Tous les bars de Zanzibar, Angie ou les douze mesures d'un blues,et bien d'autres.   

     D'une pierre deux coups,entre parenthèses,n'est pas une rubrique aisée à remplir.Je veux y inclure uniquement des chansons ou des morceaux qui évoquent le cinéma,en aucun cas des chansons ou musiques de films.C'est une autre démarche.

Posté par EEGUAB à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 février 2012

Molto rarissimo,parlo calcio (V.O)

 moyenne-2310ccfcbc22789ea9b016aacd99080b139c4021    

                     Le calcio,championnat italien de foootball,est une institution.Voilà une curiosité des années cinquante, probable inédit,un film de Mario Camerini(1895-1981),prolifique réalisateur qui oeuvra de la comédie "telefono bianco" au peplum (Ulysse-Kirk Douglas,c'est lui). Camerini consacra la fin de sa vie à la Cinémathèque de Milan. Les héros du dimanche serait maintenant considéré un peu comme un film choral.On suit lors d'un week-end le déplacement à Milan d'une équipe de foot plus modeste et qui attend son heure de gloire.N'attendez pas une étude sociologique sur les joueurs,les dirigeants ou les supporters mais une sympathique comédie ou de braves types prennent l'espace d'un après-midi leurs rêves de midinettes pour le haut du classement.N'est-elle pas belle cette affiche où Raf Vallone,la star du cinéma italien juste avant l'explosion Marcello,tête plongeante, déchaîne les passions.

         A propos il est là aussi ce cher Marcello,forcément,footballeur lui aussi. Et,tout jeunes,Franco Interlenghi et Paolo Stoppa,qu'on verra si souvent chez Fellini ou Visconti.C'est un film qui reflète bien son époque,ce sont souvent les films modestes qui éclairent le mieux l'histoire et l'esprit d'un pays.Cela ne fait pas de ces films des oeuvres importantes mais de vrais témoignages.Des héros du dimanche si on veut,mais surtout des gens simples aux prises avec leurs querelles d'amoureux,leur problèmes familiaux,leurs faiblesses et leur honnêteté. En 1952 le Néoréalisme,bien que maintenant rentré dans l'histoire,perce encore un peu dans ce cinéma du dimanche,comme les héros,sympathique et toujours plaisant à connaître pour qui aime l'Italie.Vous savez sûrement que je suis de ceux-là,plutôt deux fois qu'une.

 

Posté par EEGUAB à 20:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 février 2012

Mes héros de celluloïd

   the_kinks_kinks_greatest_celluloid_heroes                     

          1972,la musique des Kinks,un des groupes phares de la Swinging England avec les mots de Ray Davies  et l'hommage à Hollywood et à nos héros de celluloïd. Avec l'évocation de Garbo, Bela Lugosi, Valentino , Bette Davis, etc...Hollywood Boulevard,Marilyn,et le rêve de glamour au pays des illusions.Extrait de l'album Everybody's in showbiz.

I wish my life was a non-stop Hollywood movie show,
A fantasy world of celluloid villains and heroes,
Because celluloid heroes never feel any pain
And celluloid heroes never really die.


The KINKS - Celluloïd heroes (1972)

 
 
 
 

Posté par EEGUAB à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 février 2012

Malle tournait (?), titre infiniment discutable

d

e

a

b

c

f

g

         Encore un écrivain à découvrir.Son livre le plus célèbre n'est pas évoqué ici.Ce n'est pas une raison pour être grossier.Ca ne me semble pas trop difficile.Il suffit d'ouvroir grand les yeux.Si vous vous imaginez que je vais en dire plus...S'il vous plaît pas de réponses directes pour préserver l'intérêt.Merci.

Posté par EEGUAB à 19:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 janvier 2012

Un peu élimé aux manches

4e7cb14a3bca1 

              Magnifique adaptation de Nicolas Gogol,Le manteau passe très bien de la Russie à l'Italie.Réalisé en 52 par Alberto Lattuada,le film est une jolie réussite qui combine les derniers effluves du Néoréalisme,la comédie bouffonne,et un soupçon de critique politique et sociale.C'est à dire les trois axes essentiels du cinéma italien, mon cinéma de référence,qui ne cesse de m'enchanter au fil du temps.On sait que le fonctionnaire est un personnage universel de Gogol à Courteline.Carmine est un petit rond-de-cuir comme il en est tant dans l'Italie de mi-siècle.Besogneux,désargenté,un peu souffre-douleur du bureau, Carmine n'a guère chaud dans ce Nord neigeux où les naseaux d'un cheval de trait,encore très présent dans le pays,lui réchauffent les mains.Plus ou moins licencié suite à un catastrophique procès-verbal d'une réunion du conseil municipal,et nanti d'un trou au dos de son vieux pardessus Carmine râcle les fonds et décide de se faire confectionner un nouveau manteau.

       Ce nouveau vêtement va-t-il lui porter chance?Il semble que oui.Pas trop mal reçu aux voeux du maire et le mousseux aidant,voilà notre ami Carmine qui danse et virevolte,bouffon de ces bourgeois qu'on devine magouilleurs.Et son manteau,son cher manteau..Il a crû le perdre mais voilà que dans la nuit citadine un plus paumé que lui,sûrement,lui vole cette moitié de lui-même.A parti de là le récit verse dans le fantastique et j'avoue ne plus très bien me souvenir de la fin de la nouvelle de Gogol.Quoi qu'il en soit le film est une vraie réussite de ce cinéma proche,poplulaire et intelligent,dont les Italiens étaient si coutumiers.Renato Rascel est un acteur injustement oublié,lui même metteur en scène,et qui endosse avec l'allure adéquate la défroque de ce pauvre déclassé.Chaplin n'est pas loin,ai-je lu.Pas faux.


Le Manteau d'Alberto Lattuada : extrait 1

 

Posté par EEGUAB à 19:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,