27 juin 2012

Un petit jeu sans conséquence,cinélogique

1

2

3

4

                Il y avait longtemps que je ne vous avais proposé un petit jeu ciné.Plusieurs films peuvent logiquement prendre place après ces quatre photos.Encore faut-il identifier ces quatre films dont au moins le deuxième ne me semble pas insurmontable.S'il vous plaît ne précisez pas trop en commentaires mais répondez par e-mail,merci.

Posté par EEGUAB à 07:20 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


19 juin 2012

A propos de Barbara

barbara

        Barbara est un film à voir,austère et laconique,qui creuse le sillon encore frais de la vie en RDA avant la chute du mur.Moins spectaculaire que le très bon La vie des autres,qui frôlait le thriller politique,ce film de Christian Petzold, récompensé à Berlin,je crois, mais peu importe,nous intéresse à une jeune femme médecin mutée dans un hôpital de province sans grands moyens au nord du pays.Très observée,on comprend vite qu'elle espère l'Ouest,par la Mer Baltique.Très sobre,Barbara gagne pourtant notre intérêt à son rythme un peu paresseux,sans dialogues lourdingues ni leçons de morale.Lassitude est le maître mot de cette vie,de cette ville où André le médecin chef de l'hôpital fait de son mieux.Sans romance ou presque le film vogue entre surveillance,inquiétude et espoir.

Barbara_-_film_de_Christian_Petzold

       Barbara se prend d'affection pour une jeune patiente fort perturbée,tout ceci sans grande démonstration.Curieux film où le médecin roule dans sa Trabant pétaradante et où Barbara n'a guère d'autre liberté que...son vélo,un semblant d'autonomie,et ainsi de belles séquences en lisière de forêt sous le vent.Misère aussi de l'hôpital,au matériel obsolète comme une sorte de Trabant de la santé.Rares sont les films aussi peu "glamour" ou aussi peu "action"que Barbara,pas de mélo médical à nous arracher des larmes,pas d'hommes en noir à cinq heures du matin pour arrestation au saut du lit,mais une ambiance de plomb qui donne envie de se foutre à l'eau,même en Baltique,avec le folle espérance danoise.Comme elles étaient terribles ces années,pas toujours avec des rafales près de Checkpoint Charlie,pas toujours,pas souvent sous les colères des intellectuels,mais en une grisaille quotidienne à se cogner la tête contre les murs,contre le Mur.

 

           

Posté par EEGUAB à 20:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juin 2012

Circuit des capitales,un air de voyage

 affich15

amsterdamned

 affiche_Lisbonne_Story_1994_1

 berlin

 brux

 Belle%20de%20Moscou%20(la)

helsinki

Homme%20de%20Kiev%20(l')

ma_cousine_de_varsovie01

oslo

trahison-a-athenes

Derniere%20mission%20a%20Nicosie

zoo-in-budapest-movie-poster-1933-1020257186

welcome-in-vienna-partie-1-dieu-ne-croit-plus-en-nous-wohin-und-zuruck-30-1-g

rome

reykjavikrotterdamalq_dvd

mad

l%20homme%20de%20prague

12h08-a-l-est-de-bucarest

 de_mayerling_a_sarajevo01

film-gens-de-dublin-john-huston

loup-garou-de-londres-affiche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par EEGUAB à 20:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mai 2012

Rome vile mallette

affiche-Le-Porteur-de-serviette-il-Portaborse-1991-2

        Au début des années 90 deux films sortent en Italie.Bien que très ancrés dans leur époque tous deux portent un titre évocateur,Le porteur de serviette,Le voleur de savonnettes.La référence n'est pas écrasante, plutôt amicale.Je viens de revoir le premier,réalisé par Daniele Luchetti.La Sacher de Nanni Moretti,cinéaste cinéphile ce qui n'est pas si fréquent,l'a produit.Silvio Orlando joue Luciano modeste prof de lettres,un peu nègre de romancier, embauché comme plume pour les discours d'un jeune ministre aux dents longues,Nanni Moretti.Univers doré,belles femmes,voitures rutilantes,facilités de paiement,comment Luciano va-t-il évoluer,lui plutôt bien-pensant, entendez par là à peu près à gauche tendance Chianti?

      Silvio Orlando le Napolitain a tourné plusieurs fois sous la direction de Nanni Moretti.Même génération, Luchetti, Orlando, Moretti ont réussi une très bonne comédie "politique",sans lourdeur démonstrative et aérée par l'humour. Exemple: Luciano le pur finira par apprécier de pouvoir dévoiler les sujets du bac à ses anciens élèves.Ce film date des années pré-Berlusconi et sa portée peut se voir somme toute universelle.Ca c'est ce qu'on lit dans beaucoup de critiques.D'accord mais je préfère y voir un héritage des comédies italiennes de l'âge d'or,sans la truculence plébéienne parfois un peu artificielle,mais tout cela mâtiné d'un zeste de Francesco Rosi qui rigolerait avec la présence d'un Moretti qui réussissait il y a vingt ans à nous faire sourire de son personnage pourri et néanmoins humain.Tour de force qui ne s'est jamais démenti depuis,à mon avis.


Il portaborse, 3

            Après le joli conte voltairien Domani,domani (88),Le porteur de serviette ,présenté à Cannes en 91,devint un succès populaire relativement important.Daniele Luchetti n'encombra guère pour ça les écrans et depuis vingt ans,tout au moins en France,on n'a guère vu que Mon frère est fils unique et La nostra vita.Quant à Maurizio Nichetti,auteur du Voleur de savonnettes sur lequel j'espère revenir il semble que son dernier film remonte à 2001.Pour l'un comme pour l'autre je suis de ceux qui le regrettent.Quant au film qui inspira au moins leurs titres,Le voleur de bicyclette,il trône au panthéon depuis plus de six décennies.

Il viaggio

     

 

 

Posté par EEGUAB à 07:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 mai 2012

Gueux gais et gags

434343-Miracolo-a-Milano-Vittorio-De-Sica    

         Ce Miracle à Milan est un délice,un bijou,un bonbon qu'on aimait saliver enfant.Primé à Cannes en 1951,il est à craindre qu'un film pétri de bons sentiments comme celui-ci ne triomphera plus jamais sur la Croisette.O tempora, o mores!L'un des maîtres historiques,moi je dis des gentlemen, du Néoréalisme s'en éloigne gentiment par la fable,le conte,la simplicité.Certains diront la naïveté.J'imagine déjà les adjectifs, passéiste, désuet, suranné,voire pire.Le cinéma se joue du temps,comme Michel-Ange ou Breughel,comme Bach et Stravinsky, comme Ronsard et Prévert.Le cinéma ne se divise pas.Il est parfois très médiocre,parfois génial.Il est toujours de son époque,donc du patrimoine.

             Le vieux complice de De Sica,Cesare Zavattini,avait écrit Toto le Bon.Un enfant trouvé par Lolotta dans un chou,touché par la grâce,fondait un bidonville plutôt sympa dans le Milan de l'après-guerre.Vittorio et Cesare avaient déjà collaboré pour Sciuscia,Ladri di bicicletta.Ces deux là s'entendaient comme larrons en foire. Davantage théoricien Zavattini est resté la caution morale du Néoréalisme.Alors que De Sica devenait une star du cinéma italien parfois au détriment de son oeuvre de metteur en scène.Joué par des non professionnels essentiellement Miracolo a Milano est presque une comédie musicale,Sympas,pauvres et gentils,si j'ose dire.La poésie des simples effleure à chaque scène et les promoteurs immobiliers eux-mêmes ont une certaine rondeur qui adoucit les angles.

         Sur ce terrain vague la vie bat son plein et tous y vont de leur astuce.Il y en a même une qui fait payer pour le coucher de soleil.Toto a bien sûr un talisman,en fait une colombe magique,beau symbole.Il abat des montagnes, Toto le héros.Il avait commencé par récompenser le voleur de son modeste havresac en lui offrant. De fil en aiguille c'est toute une communauté qui finit par faire la pluie et le beau temps,une pluie de pétrole en l'occurence qui enrichit tous ces "poverelle".L'argent ne fait pas... mais le joli ballet des balais empruntés aux éboueurs nous donne droit au paradis,je sais pas,mais au ciel,c'est certain.

200px-DeSica&Zavattini

      Zavattini et De Sica ont collaboré une vingtaine de fois.Plus intellectualisé et plus marqué Zavattini pensait que le cinéma n'était pas fait pour distraire les foules,mais pour les réveiller.Discours un tantinet idéologique mais le grand coeur de Vittorio et l'intelligence de Cesare ont souvent fait merveille.A eux deux ils font souvent penser à Chaplin.J'en connais beaucoup qui même à 2000 n'arrivent pas à sa semelle,certes très élimée.Cet article est proposé dans la superbe botte Il viaggio initiée par Nathalie de Chez Mark et Marcel.

http://youtu.be/_jJzLtUbVgI Gran Finale

Il viaggio

    

Posté par EEGUAB à 14:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04 mai 2012

Des mots,une histoire: Affres de cinéphile

                    Les mots imposés pour l'édition 63 de Des mots,une histoire sont: tard-pelage-lettre-muguet-tornade-prélude-oiseau-temps-plateau-duel-éternité-bégayer-toxique-merveilleuse-soleil-film-fugitif-interdit-carnage.

plumedesmotsunehistoire5

     "Duel au soleil" se terminait dans son apothéose incendiaire,Gregory Peck en méchant comme dans aucune autre production.Il quitta le temple de Bercy, remonté. C'en était donc fini de son cycle western.Il se sentait prêt à affronter les plateaux télé pour la grande finale nationale de "Qui qui s'y connaît le plus en films de cowboys?". Cette année il avait consacré énormément de temps à revoir d'obscures séries B des fifties,à enchaîner des noir et blanc rarissimes,à veiller tard sur le câble pour apercevoir un cavalier fugitif dans le couchant.Encore fallait-il l'identifier sans bégayer lors de l'émission,et ne pas s'emmêler dans les multiples versions de O.K.Corral.

     A la lettre,il suivrait à la lettre les conseils de son coach pour sa préparation,y compris l'interdit sur tout alcool.Une semaine restait avant la tornade médiatique, très relative entre nous et de niveau très local,qui saluerait sa merveilleuse connaissance de ce sujet si important,du prélude dit " des sales gueules" de "Il était une fois dans l'Ouest" au carnage final de "The wild bunch".

     Gare de Lyon,mai oblige,il pensa in extremis au muguet et reprit son train pour cette ultime phase de bachotage avant l'épreuve.De toute éternité il avait savouré l'histoire de l'Ouest,depuis les gravures d'oiseaux d'Audubon et les romans de James Oliver Curwood,somptueux pelage d'ours en couverture et flèches toxiques des Indiens du Nord au long des pages de son enfance.Ceci ne l'empêcherait pas de signer après demain sa biographie de Rossellini à la Grande Librairie,Place de la Basilique.On est pluraliste ou on ne l'est pas.

Posté par EEGUAB à 21:10 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mai 2012

Double jeu

        Que vous inspirent les cinq premières photos? C'est un jeu cinéma mais j'ai rajouté deux indices en 6 et 7 qui devraient faciliter le travail si nécessaire.Suis-je bon et généreux...

  1. jeu1
  2. jeu2
  3. jeu3
  4. jeu4
  5. jeu5
  6. jeu6
  7. jeu7

 

Posté par EEGUAB à 13:49 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 avril 2012

Décollage et déshabillage


images

            Je n'avais jamais vu le premier film aux Etats-Unis de Milos Forman. Souvent oublié dans la filmographie plus ou moins élastique du mouvement hippie Taking off vaut son pesant de patchouli.Luc Lagier dans cette édition DVD présente très clairement en six minutes le contexte de Taking off.C'est remarquable de concision et de précision et je me contenterai d'en reprendre quelques éléments.Fin 67, Milos Forman,intéresse la Paramount après ses trois films tchèques, pugnaces, drôles, corrosifs. Il s'agissait de L'as de pique,Les amours d'une blonde,Au feu les pompiers. Avec son complice,ce touche-à-tout de Jean-Claude Carrière,ils se retrouvent à New York,logeant au célébrissime Chelsea Hotel,si bien chanté par Leonard Cohen,temple hippie de la côte Est.Ils souhaitent faire un film sur ce mouvement libertaire qui s'avèrera très vite plutôt conformiste.Mais n'allons pas trop vite.

        Ils rencontreront même les étoiles filantes au si court avenir, Jimi, Janis, etc...Mais Forman s'ennuie vite car les hippies c'est surtout substance et somnolence et lui fourmille d'idées.Il lui faudra trois ans  pour concrétiser ce projet qui abordera le phénomène hippie par la bande et par l'humour,et sans démagogie.Parce que l'Histoire, simplement l'en empêchera,en 68-69,elle est si forte l'Histoire quand elle s'y met et éclipse tous les  scénarios. Assassinats de King et Kennedy II,manifs contre la guerre du Vietnam,pavés volants dans bien des capitales, Dubcek redevient jardinier à Bratislava. Il y a des années où il vaut mieux faire autre chose que d'écrire des trucs qui seront toujours moins forts que la réalité.

      Deux ans plus tard bien des choses ont fait long feu comme Jan Palasz place Wenceslas.Forman et Carrière, pas dupes,vont écrire un scénario qui traite plus des parents de hippies que de ces derniers.Qui sait s'ils ne sont finalement pas plus intéressants,confrontés,un peu ahuris,mais d'être parents,vous savez,ça peut arriver à tout le monde.En focalisant sur le phénomène des fugueurs qui rejoignent une communauté ils vouent pas mal de tendresse à ces quadras déboussolés,souvent moins obtus qu'on veut bien le dire.C'est ainsi que Larry erre dans Manhattan à la recheche de sa fille Jeannie(hé non,rappelez-vous,nous ne sommes pas en Californie et Woody n'est pas si loin),faisant quelques expériences qui le changent de  ses séances d'hypnose.

     Taking off,à la fois décollage au sens spatial,et déshabillage,comme les jeux de cartes "strip" auxquels ils prennent goût,narre ces quelques semestres où les jeunes ont crû (vraiment?) changer le monde en s'asseyant et où leurs parents ont commencé à comprendre le trouble immense de l'Amérique.J'allais oublier de dire que ce film est très très drôle,très proche du ton tchèque de ses premiers films, teinté d'amertume et d'absurde.Beaucoup d'irrévérence,un certain courage de ne pas aller forcément dans le sens du poil,Forman sera probablement plus mainstream avec Hair (à propos de poil).Et une infinie affection pour ses héros,cravatés et cheveux courts,et si proches.Une scène culmine,tordante et d'une fausse naïveté,celle du casting de chanteuses folk.


2010 - [bande-annonce] TAKING OFF de Milos Forman (extrait 1)

 

Posté par EEGUAB à 07:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 avril 2012

Se mettre au Prévert

lumiere_d_ete02

       Si Jacques Prévert  fait merveille,et mêmes Démons et merveilles,aux côtés de Marcel Carné,n'oublions pas sa magnifique collaboration avec Jean Gremillon sur Lumière d'été en 1942.J'ai une grande tendresse pour ce film,romanesque au possible qui "enferme" en quelque sorte en pleine nature mélodramatique une poignée de personnages lourds d'une symbolique,le peintre raté et alcoolique, l'aristo dévoyé,la danseuse d'opéra éloignée du monde par amour,la jeune femme naïve et victime.Prévert nous offre quelques beaux moments,moins célèbres que Quai des brumes bien sûr ou que les dialogues étincelants des Enfants du paradis.Mais la magie des lieux fonctionne bien.Le joli hôtel de Haute Provence accueille donc Madeleine Robinson et son amant Pierre Brasseur, histrionnesque mais parfait dans ce rôle d'artiste fauché,parasite et éthylique.La patronne, Madeleine Renaud n'a d'yeux que pour Paul Bernard,grand comédien oublié,riche voisin oisif.Tous deux partagent un secret mais on n'est pas dans le suspense.L'intérêt de Lumière d'été est ailleurs.

      L'artifice est au coeur de l'action du film et les morceaux de bravoure peuvent même sonner théâtre. Qu'importe, la démesure de Brasseur décidant de ne peindre que du blanc dans la grand salle du château, l'humour de certains mots d'auteur, quand ce même Brasseur s'insurge contre le vieil urbaniste,seul autre client de l'hôtel,car il ne supporte pas "que l'on dise du mal de la Tour Eiffel".Ce parigot de Prévert a toujours sa tendresse lutécienne.Et Jean Gremillon réalise un beau point culminant lors du bal masqué,Brasseur-Hamlet ivre déclame sa tirade au son du Barbier de Séville.Cette farandole rappelle celle,stupéfiante, de la fin des Enfants du paradis,film ultérieur,rappelons-le.Bien sûr il y a une certaine convention des personnages mais bien malin le cinéaste qui peut s'affranchir totalement.

     Parmi les dialogues cet aphorisme: "Le malheur,c'est pas terrible le malheur!Ce qui est terrible,c'est l'ennui" proféré par Brasseur.Ou ce constat sur l'amour,certes moins flamboyant que "Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment comme nous d'un aussi grand amour",déclaration de Garance-Arletty à Frédéric-Brasseur dans Les enfants du paradis:"Une petite femme,un petit coeur,un tout petit amour.Et une épouvantable,une immense jalousie" que le châtelain Paul Bernard balance à Madeleine Renaud.

    

 

    

Posté par EEGUAB à 15:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 avril 2012

Le Prince

 untitled  

            Un billet bref,ça fait du bien.Il m'arrive souvent de penser que Marilyn, James Dean, Otis Redding, Radiguet, Alain-Fournier ont eu de la chance.Celui-là aussi,un peu plus mûr cependant,guère.A tout jamais inoubliable.Il n'avait pas besoin de cette chanson,très belle pourtant.J'ai  bien conscience de l'horreur de la première ligne écrite.De grâce n'y voyez qu'une licence poétique (et modeste).

http://youtu.be/75H0E_b-LAU   Un prince en Avignon  Esther Ofarim

Posté par EEGUAB à 07:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,