27 mai 2019

Passage très moyen

trouble

                                        Trouble du belge Jeroen Olyslaegers est-il le grand roman sur la Belgique sous coupe allemande des années quarante? Certains le pensent et l'ont écrit. Tel n'est pas mon avis. On saisit bien l'objectif de l'auteur: donner une moche image d'une moche période. l'occupation est un temps béni pour les différentes pourritures, rarement nobles. Ces confessions d'un salaud dans Anvers, ville de diamants donc forcément... "enjuivée"(attention, je cite), ne sont guère sympathiques. C'est vrai que ce n'est pas le sentiment attendu dans un ouvrage au ton acerbe et vaguement célinien.  Un vieillard raconte ses années sous la botte nazie à son arrière-petit-fils. Il est policier et fréquente aussi bien le milieu que quelques résistants. Parfois on mélange un peu les deux. Le roman justifie ainsi son titre.

                                        Personne ne sort vainqueur de cette confrontation de basse-fosse et j'ai vraiment trouvé peu d'intérêt à cette histoire de rancoeurs et de bassesses. Abusant de flash-back, et finalement assez confus à mon idée, Trouble est un livre monologue, le monologue d'un Will presque sénile, qui a mal vieilli mais qui de toute façon n 'avait déjà pas été un jeune homme très intéressant.

Prisonniers du paradis par Arto Paasilinna

                                        Si j'ai peu publié depuis un moment c'est que l'habitude est devenue un peu maussade, et mes derniers choix peu éclairés. Je reste néanmoins un lecteur presque compulsif et parmi les livres lus récemment  je passerai vite sur mon au revoir au grand Finlandais Arto Paasilinna, disparu il y a peu. Il m'avait enchanté il y a une quinzaine d'années. Mais Prisonniers du paradis m'a désenchanté pour un moment du rude géant finnois. Ca se passe sur une île déserte, il y a des survivants nordiques et un stock de stérilets dans les cales de l'avion. il y a des infirmières et des techniciens. Voyez vous-mêmes.

Fugues par Shiner

                                  Par hasard, et pour 79 centimes d'occase j'ai lu Fugues de Lewis Shiner, roman datant d'une vingtaine d'années. M'avait attiré l'idée de se pencher sur ces fantastiques mois rock de la toute fin des sixties à travers une histoire qui bascule dans un fantstique de pacotille. Seul intérêt véritable avec Ray Shackleford, spécialiste hi-fi dans les années 90, en crise bien évidemment, il permet de revenir sur les mythiques albums posthumes, souvent plus ou moins bidonnés, de Jim Morrison et Jimi Hendrix, et sur le Smile de Brian Wilson finalement publié 40 ans plus tard. Sachant que pour des individus de ce calibre rien ne compte que les écouter.

Posté par EEGUAB à 07:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 juillet 2011

Géographie: Dodge City, Kansas

dodge_city_ks131

http://www.deezer.com/listen-12366374   New Dodge City blues  Ray Manzarek/Roy Rogers

    Encore un nom qui fleure bon son vieux western.Mais écoutez ce clavier.Il vous rappellera quelqu'un.Jim dort au Père Lachaise depuis 40 ans et croule sous les visites parfois douteuses  mais Ray n'a jamais été un comparse.Et comme Roy Rogers n'a rien d'un manchot ces deux-là nous offrent un album plein de vitamines et nourri des toutes les influences.Un régal.

cover

                      Dodge City,petite cité de 27 000 habitants,possède un Boot Hill Museum où, vous l'aurez compris,ce n'est ni le cubisme ni l'égyptologie qui règnent.Ici on a affaire à une des capitales historiques du bétail.Pas mal de gunfighters et de lawmen sur le livre d'or de Dodge City,la frontière entre les deux étant particulièrement floue.Let's go Roy and Ray!Pour un bel extrait de ce Blues translucide.Au cours de l'album des réminiscences de Love her madly ou de Light my fire ne nous rajeuniront certes pas, rappelant aussi la brièveté où les Portes étaient ouvertes.

 

15 février 2010

Quatre saisons de musique part. 3

http://www.youtube.com/watch?v=DcEAI5p-wUg Summer's almost gone

  Extrait de l'album Waiting for the sun un titre assez peu connu  de la courte vie des Doors.Plus près de The crystal ship  que de L.A Woman.On oublie souvent que les Doors ont à leur actif quelques jolies ballades pré Père Lachaise,dernier concert de Jim,sold out depuis bientôt quarante ans.Jim Morrison c'est aussi de la musique et parfois il me semble qu'on l'a oubliée sous les fatras pseudo-rimbaldiens des folliculaires.

Posté par EEGUAB à 16:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,