18 août 2012

Les plumes de l'été: Retour à Boboli

                   Pour cette moisson auguste Asphodèle  a recueilli les mots suivants: vasque-vicissitudes-vacance (au singulier)-victoire-verveine-viaduc-vernaculaire-volubile-véto-vagabond-vice-vibration-valser-vampire-véloce-vinaigrette-vaste-voler (comme un oiseau)-victorieux (facultatif)-voluptueusement-verdure.

logo-plumes-c3a9tc3a9

            Trois ou quatre chats au moins s'allongeaient voluptueusement au coeur des massifs rose et rouge crénelés de vasques écaillées. Les jardins de Boboli s'animaient,mais doucement,au coeur de ma chère Toscane.Trop véloces en ce matin,les cloches que j'entendais,il me plaisait de les attribuer à San Miniato, pourtant éloignée,mais comme perchée sur mon épaule vagabonde à la façon d'un calme oiseau familier qui,par doux et contraires soubresauts,volerait là,pas plus loin,vers les si précieux cyprès florentins. Neuf années avaient passé, neuf hivers,neuf automnes dans la trop vaste maison du Nord,et la solitude qui avait jeté sur moi un bizarre ange de l'opprobre, aux vices très tolérables mais néanmoins messagers d'une noire victoire de l'ombre,à mille lieues de la ferveur florentine de nos émois d'hier.

 

0_866cd_be2d2cbb_XL                 

                         Qu'avais-je donc fait de plus de trois mille jours hors d'elle? Hors la vie, hors le goût car le meilleur scotch m'était verveine.Hors l'écoute,un volubile scherzo ne m'étant que lourdeur.Les si beaux théâtres de verdure aux estivaux effluves où valsaient muses et nixes,comme je les avais ignorés! Rien n'existait alors que ma vacance de roc et d'île.Ces gens,ce monde,ces orages ou ces soleils,cela ne me regardait pas.Ignorant toutes ces vicissitudes, seule ma douleur prenait corps, irriguant de ses vibrations toutes ces heures épuisées sans même un regard de ma part, comme si de ma  vie j'avais fait un viaduc hautain,au-dessus,ou ailleurs.

               Si longtemps après,voilà qu'à nouveau le Palais Pitti et la fontaine de l'Océan m'offraient leurs frondaisons,leurs babillages vernaculaires,leurs bruissements baroques.La Trattoria dei Medici présentait-elle toujours la vinaigrette charcutière dont nous nous grisions? Et le cabinet du véto où nous avions amené un des espiègles félins,à la patte chancelante? Curieusement je m'imaginai que la cape du vampire,ce plafond ténébreux qui m'oppressait depuis des lustres allait,enfin peut-être,s'étioler et hanter d'autres que moi.Ou rêvai-je?

 

Posté par EEGUAB à 07:11 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :


04 août 2012

Les plumes de l'été: La boursouflure

              Asphodèle nous propose pour cette semaine en u les mots suivants: utopique-unique-us-ubiquité-ustensile-urgent-usufruit-universel-utile-usuel-usine-usurper-ultimatum-uppercut-utérus-urbain-usé-union-uchronie-utopie.Ayant utilisé utopique je n'ai pas retenu utopie.J'avoue que ce texte est celui qui m'a donné le plus de fil à retordre.C'est peu dire que je n'en suis guère satisfait.Merci à Asphodèle une fois de plus.

 logo-plumes-c3a9tc3a9

             Souvent les lettres n'en font qu'à leur tête.Elles composent des mots comme en votre absence,et dirigent les opérations. Regrettant le manque d'unisson,ce joli mot improbable,le vingt-et-unième signe cabalistique m'a irrésistiblement entraîné vers l'espace,vers la matrice universelle, vers l'utérus grandissime si souvent redécouvert par les grand auteurs d'anticipation,que ce soit au coeur d'un désert aux runes uniques et mystérieuses,ou dans un maelström urbain d'une civilisation usée,sonnée par une série d'uppercuts totalitaires et oppressants.Vers un aller simple au mitan d'un monde utopique à mille lieues de notre usuelle médiocrité.Vers une extrême essence de l'imaginaire,où l'humanité essoufflée,incompétente au point d'avoir oublié qu'elle ne détenait qu'un usufruit planétaire,finirait par éradiquer l'horreur en sa totale ubiquité.Vers une saison parfaite,union d'hommes ayant enfin cessé d' usurper le divin.

            Fort à propos il arrive que je me relise.Effarement.N'avais-je pas en quelques lignes cédé à un ultimatum grandiloquent, poussé par une sorte d'hypertrophie urgente au point d'écrire comme si,en une banale uchronie,cette constante des us et coutumes science-fictionnels,j'avais décidé de refaire un cycle à la Asimov ou à la Frank Herbert,ces papes d'une littérature que je connais si mal en réalité.Dussé-je revenir sur mes pas,je décidai d'en rester là.L'usine à cauchemars, et les ustensiles télétransmetteurs, manifestement,je ne leur serais guère utile

Posté par EEGUAB à 07:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

14 juillet 2012

Les plumes de l'été: Le courant d'une onde pure

                            Asphodèle nous propose cette semaine dix-neuf mots:rococo-récolte-rivage-rigolo-râler-se rebeller-roucouler-rature-rumeur-ruban-regrets-russe-rodéo-rose-rage-rubicond-rasoir-ragondin-rouleau.

logo-plumes-c3a9tc3a9

                 Vraiment de quoi râler,la Superbe,ce fringant petit affluent de l'Oise supérieure,voyait ses rivages s'effondrer chaque printemps un peu plus.Toutes ces mines consciencieusement sapées par les ragondins,tant prolifiques que voraces. J'en apercevais souvent,jetant encore quelquefois mes lignes vers le troisième méandre,pas très loin du lieu-dit le Rouleau,ainsi nommé parce qu'à cet endroit précis,et quand la saison est plutôt à la crue on a l'impression qu'on pourrait presque y faire du surf.

18401

               Est-ce parce qu'il allait me falloir quitter vite le familier ruban de mon enfance isarienne que les tourterelles roucoulaient à qui mieux mieux,que la rumeur semblait gronder aux frondaisons des aulnes et des coudriers de ma chère rivière?Est-ce parce  que jéprouvais l'étrange sentiment de biffer mes vertes années,d'une rature dans le livre finissant de ma jeunesse?Est-ce parce que les regrets,ces envahissants compagnons de voyage,avaient fait leurs bagages pour partir avec moi?Je ne sais rien de tout cela mais,sur le fil du rasoir depuis quelques mois,à l'évidence la maison familiale devenait intenable.

     Pourtant je n'étais pas fasciné,pas du tout,par l'idée de me rebeller.Dans ma relative solitude j'avais déjà compris l'ahurissante sororité de la révolte et de la convention.Ca,je l'avais saisi très jeune et devais en être imprégné,la rage post-adolescente me semblait en fait une version somme toute banale,à peine moins eau de rose d'une velléité d'autonomie,un néo-conformisme presque affligeant. Quoiqu'il en soit la route allait m'éloigner,l'heure n'était plus à la calme récolte de ces petits fruits rubiconds,aux arbustes accrochés comme des guirlandes rococo d'une chapelle baroque et buissonnière.Le rodéo des lapins  au crépuscule,si rigolo encore l'an dernier,appartenait maintenant à un temps révolu.M'attendait le roman russe d'apprentissage,Mes universités.

Posté par EEGUAB à 07:51 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

07 juillet 2012

Les plumes de l'été: Comme dirait Zazie

 logo-plumes-c3a9tc3a9   

           Asphodèle  a retenu pour cet opus 17 les mots suivants: quenelle-quiproquo-quolibet-quiétude-quintessence -quota – quérir – quenotte – querelle – quinoa – quilles – quintette – quartier – quintal – quinquet – quelconque – quitter – quasi – quantité.

q2uelle idée de lui chercher querelle à celle là!Bien sûr qu'elle est bizarre,qu'elle ne sonne pas  du tout comme les autres,et qu'elle semble incapable de voyager seule,toujours à traîner son U à la main.Et les quolibets de fuser sur son passage.Hou!hou!Regardez,elle et son âme damnée!Mais méfiez-vous,je la connais,elle sait prendre de la hauteur,croyez-moi.La quenotte peut avoir les dents longues et exiger son quota de respect. Bon, d'accord,on y perd souvent son latin ou son grec avec elle,à nous faire prendre qui pour quoi,quiproquo,quoi.Quoi qu'on soit coi parfois,quoi qu'on soit quasi quelconque alors qu'elle se distingue et réclame ses quartiers de noblesse.Se prendrait-elle pour la quintessence même de notre alphabet,toute lourdissime qu'elle puisse apparaître,symbolisant ainsi le quintal,cet épouvantail?

            Car c'est une matheuse,pas comme moi.Quantité de nombre rationnels privés du zéro(poésie de l'abstraction arithmétique laborieusement copiée sur mon Larousse) elle donne aussi dans un certain exotisme.Oui,elle a un peu lâché son U,prônant un certain panarabisme  tourné vers La Mecque(qibla, qasida, qatari), surtout utilisable au scrabble plutôt que dans la conversation matutinale dans le bus.Il va être temps pour moi de regagner ma cuisine après cette sémantique communication afin d'y préparer mes quenelles au quinoa d'une proverbiale diététique.Dans la quiétude juillettiste et sachant que pour beaucoup c'est la quille, me voilà vous quittant non sans vous avoir fait remarquer qu'il faut être à cinq, sans U, pour jouer La Truite, quintette de Schubert, avec U.Enfin pour quérir d'ultimes lauriers j'oserai conclure "Le bonheur n'est pas un quinquet de taverne".Quoi?Quelqu'un d'autre l'a déjà dit?

P.S.J'aime à citer mes collaborateurs pour aider à leur carrière.Pour deux phrases au moins Raymond Devos et Louis Aragon sont de  ceux-là. 

  

 

   

Posté par EEGUAB à 07:20 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juin 2012

Des mots,une histoire: Torpeur

                    Olivia nous propose pour Des mots,une histoire 71 les mots suivants:girouette-ennuyer-s'escamper-manoir-hiver-enluminure-canicule-pugilat-clochette-abeille-palmier-persévérant-zinc-champs-essoufflé-musicien-glace-grivoiserie-étang.A propos dans  mon Larousse 95 le verbe s'escamper a pris la poudre d'escampette.

plumedesmotsunehistoire5

                     Et s'alourdissent dans les rues  les chaleurs citadines comme en une fable du Sud.Et cessent de vrombir les rares girouettes des maisons de la contre-allée, essoufflées,que ne trouble plus le bruit des clochettes aux portes,traditions inertes.Et les souvenirs du marchands de glaces de resurgir,quand le mot même de canicule n'encombrait pas les communiqués pessimistes dès la fin de l'hiver. Et,comme les palmiers des cartes postales ne laissent pas de m'ennuyer,c'est au fond de l'église du faubourg que j'aime à paresser, Dieu ne m'y dérange pas et nous nous ignorons poliment.L'édifice est modeste et si c'est auréolé que je m'y presse un peu,c'est d'un bouquin et d'un carnet.Peu doué mais persévérant,je crois que les anges musiciens ,du bugle au tambourin,veulent  bien m'aider un peu.

                   Alors je m'adonne au plaisir solitaire,celui d'ajouter des mots à d'autres,dans ce carnet adossé sur le livre.Ce livre, curieusement, je l'ai habillé d'une liseuse de simili cuir et ça le fait ressembler à un missel dont on s'attend à voir les enluminures s'escamper de leur prison numérotée.  Les quatre évangélistes aux parois de la chaire pourraient bien s'adonner au pire pugilat que je les ignorerais, occupé à calmer mes angoisses en l'ombre si peu prolixe de la cité,qui m'est une clef des champs, comme l'onde à fleur d'étang à peine marquée du rythme des abeilles et du vol des hérons.Dans le calme d'un manoir au coeur du pays de Bray je crois que ça me conviendrait aussi.Quant au talent,et par là j'entends le vrai de vrai,il fleurira aussi bien au zinc du Café des Sports,entre deux grivoiseries.

P.S. Félicitations à Olivia pour cette belle aventure hebdomadaire.Qu'elle en soit remerciée car cette tâche n'est pas si aisée.

    

Posté par EEGUAB à 07:27 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


22 juin 2012

Des mots,une histoire: Pour la modestie,je ne crains personne

              Les mots collectés par Olivia,opus 70,sont:coffret-sexualité-moutarde-carrière-punaise-rôle-va-nu-pieds-invisible-irréel-présence-espion-élégance-prédateur-malfrat-vermillon-quelconque-boum-sucer-sittelle-zythum-mirabelle-brevet.

plumedesmotsunehistoire5

              Il est des semaines où l'artifice s'invite dans cet exercice hebdomadaire qui parfois s'apparente à la punaise presque invisible mais tenace qui s'obstine à sucer consciencieusement le poil du pauvre Médor.Parfois certains mots me sont repoussoirs et leur présence me fait penser à celle d'un malfrat dans ma propriété du Cap Ferrat.Parfois aussi les apartés entre happy few sur le rôle de la sexualité, ou sur la tarte à la mirabelle (attention je n'ai rien contre,ni l'une ni l'autre),m'ont l'air bien quelconques,lettré que je suis et dans l'élégance de ma carrière littéraire en plein boum,si je peux me permettre cet explosif raccourci. Parfois les auteurs manquent vraiment d'originalité.Pas comme moi.On pourrait dire bien des choses en somme.Ainsi,quand j'y pense, la moutarde me monte au nez et le rouge vermillon au front.Voilà qui est digne d'un brevet d'écrivain,si ce n'est d'un coffret dans la Pléiade.

imagesCAORJHL7

         Cependant je ne veux être le prédateur des moins talentueux,ces va-nu-pieds de la syntaxe à l'irréelle espérance qui confère au dernier mot du dictionnaire,le pharaonesque et infâme breuvage qu'est le zythum des lauriers inattendus.Pourquoi pas sittelle est leur bon plaisir.Oui je m'octroie aussi des fantaisies orthographiques qui requièrent l'humour dont je vous sais tous amplement pourvus.Au fait saviez-vous que le film de Fritz Lang Espions sur la Tamise était parfois présenté sous le titre Le ministère de la peur,traduction littérale de celui du roman de Graham Greene.Etonnant,non?

 

Posté par EEGUAB à 07:35 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

08 juin 2012

Des mots,une histoire: Question

            Olivia  a retenu pour Des mots,une histoire 68:mort-jouer-presqu'île-brin-frère-méditation-mélanique-normal-expert-orchestre-éloigné-acclamation-plausible-espérance-maladie-déménagement-incrustation.Merci à elle,encore une fois.L'un des intérêts de ce rendez-vous hebdomadaire est la grande variété de textes possibles.J'ai cette semaine fait dans la plus grande sécheresse,certains mots m'ayant guidé assez vite dans cette direction,avec un possible droit de déplaire.

plumedesmotsunehistoire5

         Qu'est-ce qui fait que tout homme est une île? Sa faculté d'espérance alors que son propre frère s'est éloigné démesurément?Sa sempiternelle méditation à la lisière d'une lande au teint mélanique,prodrome d'une maladie universelle? Sa si plausible dysphonie quant à jouer en phase avec l'orchestre tellurique hors de portée? Son infinitésimale incrustation au coeur d'une roche géante et sa si normale petitesse,son oubli en un stellaire déménagement,comme un brin d'algue aux abysses insondés? Son ultime acclamation, pathétique supplique vers la mort,cette experte ès dénouements,ès dénuements? Et si je n'étais qu'une presqu'île?

Posté par EEGUAB à 07:39 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

01 juin 2012

Des mots,une histoire: Un de la légion

            Les mots recueillis par Olivia pour Des mots,une histoire 67 sont: versatile-hétaïre-uniforme-vêtement-cloque-jaunissant-démagogue-manne-goguenard-tablette-illusion-forteresse-confident-griser-occupation-orée-sonnette-manchette.

plumedesmotsunehistoire5            

            Les manoeuvres dans le bled tombaient bien,finalement.Au moins pour quelques jours j'oublierais ce capitaine guoguenard et ma versatile danseuse qui savait si bien jouer les fatales et qui,malgré l'illusion qu'elle suscitait,s'avérait tout bonnement une hétaïre qui visait plus haut que ses consoeurs de la casbah.Les opérations dans le Rif n'étaient pas sans danger,les rebelles lorgnant de leur forteresses de rocs nos uniformes maintenant jaunissant sous les dards d'un soleil de plomb qui ne laissait comme court répit que quelques minutes de l'orée matinale.Très vite un vêtement d'acier pesait alors de nos épaules à nos manchettes,rendant irréelle et désirable la pourtant si relative fraîcheur des cabarets quittés la veille.

          Souvent démagogues,les officiers n'avaient pourtant pas caché que les tablettes officielles des pertes au combat risquaient de s'allonger.Je m'en foutais bien,mon seul ami,mon confident était mort dix jours plus tôt.Je l'appelais a Sonnette à cause du bruit nocturne de ses dents.S'étant laissé griser par une rencontre exotique il avait fini dans la poussière d'une ruelle sans joie,lardé de coups de kriss par quelque sbire dont l'occupation favorite était de veiller à l'honneur.Probablement que des cloques sur mes avant-bras seraient la seule manne céleste des abords du désert.Peu m'importait.N'en étais-je pas arrivé là presque volontairement,soldat perdu de mon plein gré?

moroco

        J'aurais mauvaise grâce à ne pas souligner l'influence sur ce texte de Morocco de Joseph von Sternberg,Marlene Dietrich et Gary Cooper.

Posté par EEGUAB à 07:31 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

25 mai 2012

Des mots,une histoire: Eaux diverses

     Les mots proposés par Olivia pour Des mots,une histoire 66 sont:nuage-moustique-calendrier-burlesque-candide-canaliser-déluge-caresse-antidote-craquant-quatrain-calvitie-briquet-soleil-amadou-hallucinant-genou-foudroyer-mousse-promesse-langue-fesses-colère-orage.Les quatre premiers mots utilisés sont,je l'avoue, fortement marqués d'un sceau professionnel.

plumedesmotsunehistoire5

        Certes son genou était loin d'être candide et l'atrophie de la fesse droite,ainsi que le son craquant de son ménisque interne n'étaient guère promesses de beaux jours olympiques pour Laura Doumanou.Malgré tout elle voulait y croire ou faisait semblant,mais de londoniens nuages s'annonçaient pour cet été.Le calendrier s'affolait et les entraînements harassants dans la piscine du Bon Pasteur l'épuisaient sans pour cela l'affûter vraiment,ce qui la rendait très colère.

        Surtout,elle commençait à rechigner à cette vie en bocal,bassins javellisés, vue sur la calvitie des athlètes masculins soucieux de glaner le moindre millième,déluge d'invectives directoriales.Et Laura de foudroyer du regard ses partenaires du quatrain 4 x 100m quatre nages auquel d'ailleurs elle n'était même pas sûre de participer,ses 25 ans constituant selon certains un très possible antidote au succès.

       Fuir cette asepsie,elle en rêvait.Des flots plus méphitiques,d'agressifs moustiques,des serpents d'eau.Un hallucinant mélange d'orages sur la Louisiane,de burlesques créatures des marais,rampant sur la mousse des mangroves et narguant le soleil de leur langue bifide,comme un vieux film en relief suranné.Attentive à canaliser ses contradictions elle plongea non dans le bain mais dans un polar de James Lee Burke,un de ces bouquins bien glauques où de vieux bluesmen jouent "Lover of the bayou", et où des sorciers incendient tout vifs,de leur briquet d'amadou, les poissons-chats géants de la baie de Natchez.

untitled

   Après tout cela,c'est sûr,sous la douce caresse d'une troisième eau ,Laura finirait bien par apprendre à nager.

Posté par EEGUAB à 07:32 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2012

Des mots,une histoire: Mare Dolorosa

                        Les mots proposés pour Désirs d'histoires 65 sont: encens-amour-marin-coquinerie-embruns-albinos-baie-ténébreuse-naufrage-pins-balai-ballon-phare-râler-froc-flot(s)-communion-mouette-sel-velours-changement-mammouth-réale-au revoir-chocolat .Le mot "mammouth" n'a pas été retenu. Parti pour un sonnet de forme classique ABAB-ABAB-ABB-ABB le vaisseau s'est un peu alangui.Mais le plus difficile fut incontestablement la construction du navire,entièrement aux Chantiers Navals de Monbureau.

Quand j'étais capitaine un étrange albinos

Vêtu d'un froc râpé s'en est venu vers moi

Dans un port du Levant,gravé sur du vieil os

Me vendit "Les réales,un naufrage",aux abois.

 

Coquinerie de sort et jusqu'aux pins derniers

Ce dessin d'une si ténébreuse envergure

Ne me quitta jamais,grimoire,échéancier

Encens,qu'une mouette eût sur les flots d'azur

Picture 14

Bien vite dispersé,rétif aux changements,

Un obsédant velours qui dissipant ma vue

Egara les marins et la Baie des Amants

Sel de leur vie d'enfer,à jamais disparue.

 

J'eus beau râler,pester,ma vie,elle ressembla

A ces dérélictions,ces ballons fourvoyés

Loin des livres d'enfants aux doigts de chocolat

Que le balai d'un diable aurait dépenaillés.

 

L'affiche,elle aurait pu en rester aux amours

Communions romanesques,et d'embruns et de phares

Les vents l'ont violentée,lambeaux,ses beaux atours?

Narcisse, en son reflet,en est à l'au revoir.

 

plumedesmotsunehistoire5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par EEGUAB à 08:44 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,