15 février 2012

Imitant Jean Harlow

david

http://youtu.be/8dGZBSeFUzk   Hollywood David McNeil

     Cette chanson de David McNeil a maintenant quarante ans et toujours la même fraîcheur.Je n'aime guère la version souvent présentée avec les obligatoires Le Forestier,Renaud,Clerc et consorts.Je goûte peu ces réunions faussement spontanées.Cette version reste délicieuse d'imagination et ennuagée,sobre et transaméricaine et malgré tout surréaliste comme je les aime.David n'est pas seulement un très bon A.C.I. mais aussi un romancier précieux.Je rappelle pour mémoire son superbe récit Quelques pas dans les pas d'un ange, consacré à un papa nommé Chagall.Il y a aussi Tous les bars de Zanzibar, Angie ou les douze mesures d'un blues,et bien d'autres.   

     D'une pierre deux coups,entre parenthèses,n'est pas une rubrique aisée à remplir.Je veux y inclure uniquement des chansons ou des morceaux qui évoquent le cinéma,en aucun cas des chansons ou musiques de films.C'est une autre démarche.

Posté par EEGUAB à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 décembre 2011

Enfance (en)volée

  stolen                     

            Je pense que le rock en ses variations presque infinies se pose parfois en digne héritier du romantisme que l'on aime tous puisqu'on se retrouve régulièrement chez l'hôtesse Claudia.Bien avant leur album tout récent Appointment with Mr.Yeats les Waterboys avaient enregistré ce somptueux The Stolen child en 88.William Butler Yeats dont j'avoue ne pas savoir s'il se rattache vraiment au Romantisme a écrit ce poème en 1886 et je pense que les thèmes sont très marqués par son Irlande,ses landes et ses fougères.Oeuvre de jeunesse de Yeats on peut me semble-t-il, mais de cela je ne suis sûr,y déceler des tendances préraphaélites et aussi une spécificité celtique qui conduira Yeats sur les chemins escarpés de l'identité nationale irlandaise et un théâtre souvent très engagé,le célèbre Abbey Theater.

yeats

                Mike Scott,le leader historique des Waterboys,a convaincu Tomas McEoin,barde gaélique originaire de Galway,de prêter sa voix sur The stolen child.C'est peu dire que l'on en frissonne.Et puis n'est romantique que ce qui nous vrille le coeur et nous torsade l'esprit.A l'évidence pour moi ce poème me naufrage toujours un peu.Et j'aime ça.Je vous propose les paroles anglaises et ma propre traduction.Pour les dernières lignes je n'ai pas su et les laisse à votre interrogation.

 http://youtu.be/mVSN9DMvl6I The stolen child   The Waterboys

water   Tomas_20Mac_20Eoin_202

logo_romantisme

Lyrics]
Come away, human child
to the water
Come away, human child
to the water and the wild
With a faery, hand in hand
for the world's more full
of weeping than you can
understand

Where dips the rocky highland
of Sleuth Wood in the lake
There lies a leafy island
where flapping herons wake
The drowsy water rats;
there we've hid our faery vats
Full of berries
and of reddest stolen cherries

Come away, human child
to the water
Come away, human child
to the water and the wild
With a faery, hand in hand
for the world's more full
of weeping than you can
understand

Where the wave of moonlight glosses
the dim gray sands with light
Far off by furthest Rosses
we foot it all the night
Weaving olden dances
mingling hands and mingling glances
Till the moon has taken flight;
to and fro we leap
ANd chase the frothy bubbles
while the world is full of troubles
And is anxious in its sleep

Come away, human child
to the water
Come away, human child
to the water and the wild
With a faery, hand in hand
for the world's more full
of weeping than you can
understand

Where the wandering water gushes
from the hills above Glen-Car
In pools among the rushes
the scarce could bathe a star
We seek for slumbering trout
and whispering in their ears
We give them unquiet dreams;
leaning softly out
From ferns that drop their tears
over the young streams

Away with us he's going
the solemn-eyed:
He'll hear no more the lowing
of the calves on the warm hillside;
Or the kettle on the hob
sing peace into his breast
Or see the brown mice bob
around and around the oatmeal-chest

For he comes, the human child
to the water
He comes, the human child
to the water and the wild
With a faery, hand in hand
from a world more full
of weeping than he can
understand
Human child
human child
With a faery, hand in hand
from a world more full of
weeping than he can
understand...
than he can understand...
he can understand...

 

Là où plonge la haute terre de roc
De Sleuth Wood vers le lac
S''étend l'île verdoyante
Où les hérons toutes ailes battantes éveillent les ragondins
Ici nous avons caché nos cuves magiques
Pleines de baies et de cerises volées du plus beau rouge.
Lorsque la vague du clair de lune irise
Les sables gris pâle de sa lumière,
Au loin, très au delà des Rosses
Que nous foulons au pied
A tisser des danses anciennes
Mêlant les mains et les regards
Jusqu'à ce que la lune ait pris la fuite;
Çà et là nous sautons
Et chassons les bulles mousseuses,
Quand l'univers entier traverse les drames
Et s'agite en son sommeil.
Où l'eau jaillit déjà vagabonde
Depuis les collines au-dessus de Glen-Car,
Dans les étangs entre les roseaux
Où baigne une rare étoile
Nous recherchons la truite endormie
Et chuchotant dans les oreilles
Donnez-leur l'inquiétude des rêves
Penchée sur doucement
De fougères qui laissent tomber leurs larmes
Au dessus des fringants ruisseaux
Loin de nous, il s'en va,
L'homme aux yeux solennels
Il n'entendra plus mugir
Le bétail au chaud sur le flanc de la colline
Ni la bouilloire sur le feu
Chanter la paix dans sa poitrine,
Ou voir la brune souris Bob
Rond et autour de la poitrine à l'avoine (???)

Posté par EEGUAB à 07:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 novembre 2011

Géographie: Flagstaff, Arizona

vacation_guide_flagstaff    8523738_indian_ruins_near_flagstaff_arizona

    Flagstaff est une ville de 60 000 habitants au nord du vaste Arizona,altitude de 2 000 m.Sports d'hiver et grands parcs nationaux de l'Ouest sont les attraits de cette région.C'est surtout la base classique pour le Grand Canyon.Une scène importante d'Easy rider se passe près de Flagstaff,dans les ruines indiennes ci-dessus.Ce qui me réjouit toujours dans la musique américaine c'est cette insertion dans le paysage, dans la géographie du pays.Russ Glenn,je ne sais pas qui il est mais j'aime la chanson,il y cite Johnny Cash.Une ballade de plus sur les routes,les rocky,folky,bluesy roads qui me bercent depuis si longtemps.

http://www.deezer.com/listen-8686882  Flagstaff  Russ Glenn

russglenn

14 novembre 2011

Ma vie sans...Buckets of rain

http://youtu.be/MOfeXjkDSA4   Buckets of rain Vic Chestnutt

Vic_Chesnutt_est_mort

    Revenons  à Ma vie sans Zimmerman...Buckets of rain est issu de Blood on the tracks (1975).C'est une belle chanson d'amour simple.Comme est très belle la version de Vic Chestnutt,disparu fin 2009.Le grand folkeux en fauteuil est assez bouleversant. Paraplégique depuis l'âge de 18 ans Vic Chestnutt a collaboré avec de nombreux artistes dont R.E.M. et Michael Stipe,producteur de ses premiers albums.

Bob_20Dylan_20__20Blood_20on_20the_20Tracks_202

  Cet album du Zim,ancien mais déjà le quinzième environ,semble avec le temps jouir chez les dylanistes d'une réputation croissante.Bien des chansons en ont été reprises.Il existe même,c'est asssez rare,un disque Tribute to Blood on the tracks qui reprend intégralement les titres.Y participent entre autres Concrete Blonde,Steve Howe,Jeff Buckley et Cassandra Wilson.

Buckets of rain
Buckets of tears
Got all them buckets coming out of my ears
Buckets of moonbeams in my hand
You got all the love honey baby
I can stand.

 

Posté par EEGUAB à 18:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 octobre 2011

Géographie: Clarksdale, Mississippi

                  Et si Clarksdale était la vraie capitale musicale du pays. C'est une ville d'environ 20 000 habitants, traversée par la rivière Sunflower, et coupée en deux par une voie de chemin de fer,au coeur du Mississippi. Elle se trouve également à la croisée des routes 49 et 61, d'où la chanson Crossroads où comme chacun sait Robert Johnson vendit son âme au diable,et aussi la nôtre,à nous tous amateurs de blues,du plus besogneux au virtuose,du fan de base au spécialiste.

 USA_Mississippi_Clarksdale_32916427_P42

                Clarksdale a été le point de départ de l'aventure blues.Y naquit ou vécut plus ou moins une véritable pléiade de musiciens: Son House, Bukka White, John Lee Hooker, Sam Cooke, Ike Turner, and so on... McKinley Morganfield,né à Rolling Fork un peu plus au Sud en 1913,y arriva à l'âge de cinq ans.Sa  grand-mère le trouvant remuant et traînard le surnomma d'après le grand fleuve Eaux Boueuses.Traduit, ça donne l'immense Muddy Waters.La ville est considérée comme une des villes clé du Delta Blues. On y trouve le Delta Blues Museum,accueilli par la voix de Morgan Freeman.Pour illustrer Clarksdale j'ai choisi l'étonnante chanteuse canadienne Erin McCallum avec une belle chanson blues,Clarksdale,extraite de l'album 5 A.M.Blues.

mcca

http://www.deezer.com/listen-8972967 Clarksdale   Erin McCallum and Roadtrip

       Mais le blues du delta ça peut être un génial guitariste que j'ai rencontré et à qui j'ai réussi après moultes négociations à arracher quelques notes dans un bouge de Clarksdale ou de Lafayette.Et dont j'offre un petit extrait aux amis qui fréquentent ce blog.

http://youtu.be/zfpyszc2BFY Muddy blues (merci à Alain Giroux)

Posté par EEGUAB à 18:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


19 octobre 2011

Géographie: Springfield, Illinois

springfield_state_capitol

http://www.deezer.com/listen-2201556    Springfield,IL    Ezra Furman

   Springfield capitale de l'Illinois fait un peu pâle figure dans cet état dominé par Chicago.L'administration américaine a souvent choisi des villes plus petites comme centres administratifs.Ainsi New York, Chicago, L.A., Frisco, Miami, Houston, New Orleans ou Seattle ne le sont pas.A mon avis cela réduit une hypercentralisation éventuelle et ce n'est pas plus mal.Abraham Lincoln vécut à Springfield de 1837 à 1861, date à laquelle il exerça la profession d'avocat en parallèle avec sa carrière politique.

   Ezra Furman et ses trois acolytes les Harpoons commencent à se faire un nom dans le rock plus ou moins indie.Originaires de l'Illinois ils illustrent un certain renouveau dans l'histoire toujours recommencée du rock.Ca, c'est une belle phrase qui n'engage à rien.Allez,un petit rappel de l'itinéraire...

Abilene,Albuquerque,Asbury Park,Atlanta,Atlantic City, Austin, Bakersfield, Baltimore,Baton Rouge, Berkeley, Birmingham, Boise, Brooklyn,Cedar Rapids, Cheyenne, Chicago, Cincinnati, Cleveland, Dallas, Denver, Detroit, Dodge City, Folsom, Fresno, Galveston, Jacksonville, Kansas City, Knoxville,Laredo,Las Vegas,Long Beach,Los Angeles, Memphis, Mendocino, Miami, Milwaukee, Mobile, Muscle Shoals, Muskogee, Nantucket, Nashville, New Orleans, Oakland, Omaha, Philadelphie, Phoenix, Pittsburgh, Portland, Rapid City,Reno,Saint Louis,San Antonio,San Bernardino,San Jose, Santa Fe, South Bend, Springsfield, Statesboro, Tacoma, Tallahassee, Texarkana, Tucson,Tulsa, Washington, Wichita, Youngstown.

Posté par EEGUAB à 17:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

11 octobre 2011

Ma vie sans...Subterranean homesick blues

http://www.deezer.com/listen-566099   Subterranean homesick blues   Harry Nilsson

subsick

         Ma vie sans Zimmerman... continue bien que les chansons phares de Dylan aient été pour la plupart présentées.On a oublié ou presque Harry Nilsson.Sauf la ballade Everybody's talking du film Macadam cowboy et le langoureux Without you.Le plus curieux est que ces deux tubes sont des reprises.Pourtant Nilsson fut admiré par John Lennon, Brian Wilson, Randy Newman.Auteur de deux albums superbes,Aerial ballet et Harry, Nilsson fut un folkeux, un crooner, un mélodiste qui toucha à tout y compris aux substances habituelles tristement ordinaires.Mort en 94 à 53 ans Harry Nilsson mériterait tellement d'être réécouté.

         Première plage sur l'album Bringing it all back home ce Blues nostalgique des rats de cave (?) est la plus incompréhensible des chansons de Dylan par ailleurs très prodigue en textes abscons.Rappelez-vous le clip de la chanson où Dylan feuilletait les paroles avant de les jeter.L'enregistrement de Nilsson est extrait de Pussy cats où l'on trouve aussi les reprises de Save the last dance for me et Rock around the clock.Produit par son ami et collègue de beuveries John Lennon il contient aussi l'une des plus belles chansons pop qui soient,Black sails.

Posté par EEGUAB à 21:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 octobre 2011

Géographie: Long Beach, Californie

queen_mary_long_beach

             De Long Beach,460 000 habitants au sud de L.A. on connait surtout le Queen Mary,légende flottante maintenant palace au quai,quai des nantis cela va sans dire.Le trafic portuaire y est énorme et, inter-dépendant avec L.A., c'est l'un des plus importants au monde.Long Beach fut au commencement l'un des berceaux du cinéma avant d'être supplantée par Hollywood.Illustration musicale par Eddie West,une jolie ballade pas follement originale mais agréable.

315x315_000000_80_0_0

http://www.deezer.com/listen-9733008  Maybe Long Beach   Eddie West

28 septembre 2011

Géographie: Tacoma,Washington

 280px_Tacdtaug05_1

http://www.deezer.com/listen-9364403  Tacoma   Jay Ray

    Tacoma c'est l'Ouest extrême,maintenant éclipsé par Seattle,dans l'état du Washington.Son nom viendrait de l'amérindien et signifierait Mère des Eaux.La ville fut aussi surnommée City of Destiny surtout parce qu'elle constituait le terminus de la Northwest Railroad, "When the railway meets the sails".La ville compte 200 000 habitants et c'est la troisième de l'état derrière Seattle et Spokane.Si vous désirez entendre parler ou chanter au sujet de Tacoma n'importe quel festival de chants de marins (les shanties) fera l'affaire:l'un des plus célèbres est Le port de Tacoma.

   Détails sur le produit

     En plus de cette chanson voici d'un inconnu intéressant bien parti pour le rester,inconnu,Tacoma,belle ballade du dénommé Jay Ray.En attendant hissez le grand foc et cap au large.

http://youtu.be/rtpGIcct02A  Le port de Tacoma   A Virer

25 septembre 2011

Rimes et rythmes d'Erin

yeats_cover_medium

 

L’ AUBE
Je serais ignorant comme l’aube
Qui vit d’en haut
L’ancienne reine mesurant une ville
Avec l’épingle d’une broche,
Ou les hommes flétris qui virent
Depuis leur pédante Babylone
Les planètes insouciantes dans leur course,
Que les astres se fondent où la lune survient,
Et firent des calculs sur leurs tablettes;
Je serais ignorant comme l’aube
Qui se tient, pure, et berce le coche étincelant
Sur les épaules fumantes des chevaux;
Je serais - sans la connaissance qui vaut moins qu’une paille -
Ignorant et léger comme l’aube.
 

      Ces mots sont de William Butler Yeats,Prix Nobel 1923.Il y a des lustres les Waterboys emmenés par Mike Scott avaient déjà abordé ses rivages avec la somptueuse voix du barde Tomas McKeown (MacEoin gaéliquement parlant) et le sublime Stolen child.Mike l'Ecossais est de retour pour  une osmose plus qu'un hommage avec l'album An appointment with Mr. Yeats exclusivement consacré au poète irlandais.Moins de mots de moi, mais plus de mots de Yeats chantés par Mike Scott et ses Waterboys,volà ce que je vous propose.En espérant une date  pour les Waterboys en France qui en est restée à Fisherman's blues que j'aime beaucoup mais qui est un peu le poisson qui cache la marée.Dire qu'il y a des cuistres qui confondent Yeats et Keats.Ha ha ha!Personnellement j'ai très vite corrigé cette erreur au bout de...quarante ans.

http://youtu.be/JBfHGPAbjlc  The Lake Isle of Innisfree    The Waterboys

 

Posté par EEGUAB à 11:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,