02 novembre 2012

Les plumes...by Asphodèle: Panthéon

       Asphodèle nous propose cette semaine ce qui suit:funèbre-larme-ribambelle-cheminement-fleur-manifester-foules-costumes-rose-atmosphère-succession-carnaval-piquer-bleuté-attelage-embaumer-ancolie-cérémonie-tête-défiler-abattre-admirable-acclamation.

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

                Entrez ici blogueurs connus et inconnus avec votre cortège magnifique de critiques qui manifestent votre passion des livres et  qui mêlent ancolies et roses sur l'autel de la littérature.Entrez ici foules curieuses et insatiables qui du rire aux larmes essayez de partager vos virulences et vos extases.Par delà les sentences  parfois contradictoires qui en ribambelles transforment la courtoisie en colère et qui un jour embaument tel livre et le vouent au culte avant que d'abattre lors d'un lendemain grincheux tel film.Entrez ici amis que j'aime sans les connaître, chez qui je suis mieux qu'avec ceux que je connais sans les aimer,ici avec votre bonne foi et vos costumes bleutés parés pour la fête des livres.Entrez ici vous qui avez tant oeuvré pour que la flamme de la lecture ne devienne pas,ou pas encore un témoignage funèbre du joli temps d'avant,celui lointain,où malgré les répétitions ouvrir un livre tenait toujours un peu de la cérémonie comme le refermer en énonçant son titre après un cheminement de plusieurs centaines de pages qui parfois avaient fait elles aussi,de la résistance.

               Entrez ici chers entoilés à la prose étoilée,que les fleurs,toutes les fleurs,qu'elles soient du mal ou A l'ombre des jeunes filles, vous accompagnent en ces attelages de charme et en costumes colorés, carnaval fringant et épuisant rassemblant tout ce qui se pique d'aimer lettres et mots,phrases et chapitres, tomes et sommes.Entrez ici avec votre maëlstrom de challenges à envertiginer qui ne sait plus où donner de la tête sauf à être multicéphale come un poulpe inversé,entrez ici nimber l'atmosphère de rimes et d'images,avec vos Voyages autour de ma chambre qui m'expédient au Népal ou à Saint Cast le Guildo,comme une succession de Connaissances du monde où défileraient sous les acclamations les sites les plus admirables des quatre coins.

P.S.Ne m'en veuillez pas si j'ai cette semaine emprunté la voie royale de l'hommage.J'avais l'espoir d'échapper ainsi à la condition humaine si difficile de l'hebdo-auteur en mal d'inspiration.   

Posté par EEGUAB à 19:55 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,


25 octobre 2012

Des mots,une histoire: Deep South Delta Blouse

     Floraison hebdo d'Olivia pour Des mots,une histoire 79:alchimie-blouse-histrion-carrosse-amélioration-sécurité-évidemment-poésie-don-chaste-convenance(s)-antienne-alternance-champion-romain-robe-poil-sphinx.

plumedesmotsunehistoire5

Oh yeah!

Je vois bien que rien ne va plus

Finie la douce alchimie

Je vois bien que rien ne va plus

Plus la moindre poésie

Il me faut rester chaste

Ne plus faire glisser ta robe

Je vois bien que rien ne va plus

D'amélioration?Non,plus question...

Oh yeah!

 

Oh yeah baby

Toi et moi,faut pas rêver

Au lit on était champion

Toi et moi,faut pas rêver

J'suis plus qu'un pauvre histrion

C'est foutu d'rouler carrosse

Et les bains à poil dans le delta

Toi et moi,faut pas rêver

On est sonné,évidemment

Oh yeah

 

Reste qu'une antienne,et c'est le blues

Et du sérieux pro de la santé

Faut pas rêver,j'ai plus qu'la blouse.

Oh yeah

delta-blues-musum-logo

 

Oh yeah baby!

Pourtant si on s'y remettait

J'boirais moins,juste à ta convenance

Hey baby,si on s'y remettait

On pratiquerait l'alternance

On va s'la jouer sécurité

Net et glabre comme un romain

Yeah,mama,on s'y remettrait

J'aurai la patience d'un sphinx

Dam di dam don

Oh yeah!

(Reprendre la troisième partie,ad libitum,tant qu'on ne vous pas resservi en bourbon)

       A ceux qui ne goûteraient guère ce texte je dirais qu'ils ont échappé au pire car j'aurais pu le jouer,ce qui eût été cruel,et le chanter,ce qui eût été barbare.Oh Yeah!

Posted from Biloxi,Mississippi, by Picardy White Eeguab

http://youtu.be/1sEfLlVgG2w Hideaway blues

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

  

 

Posté par EEGUAB à 20:02 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 août 2012

Les plumes de l'été: Fin d'été,un peu triste

            Notre chère Asphodèle nous propose pour clore cette aventure:zeuzère(ou ziggourat)-zélateur-zénith-zen-zéphyr-zigzaguer-zoo-zizanie-zéro-zinzin-zut-zoulou-zeste-zinzolin-zodiaque(ou zodiac)-zozoter-zèbre-zouave-zèle-zarzuela.

logo-plumes-c3a9tc3a9

                 Disons-le,maussade était mon humeur et je bougonnais dans mon coin.Mon millième billet n'avait pas obtenu les dithyrambes escomptés,malgré douze jours en première ligne et ma carrière de bluesman piétinait sec.Là-dessus arrive ce diabolique Z et vlà-t-y pas qu'il nous faut plancher sur l'appendice caudal de notre alphabet,cette lanterne rouge du peloton lexical.Si les instances des Plumes de l'été croient que je vais me décarcasser à trois jours de la quille...Pour rester dans le domaine de la carcasse j'avais donc décidé de la jouer bestiaire.Pan!Pas l'ombre d'une zibeline,pas la queue d'une zorille,pas la moindre bosse de zébu.

              Rien que le sempiternel zèbre,quelle surprise!Bon,ça permet de rayer le zèbre,plus que dix-neuf satanés mots.Sauf que si vous rayez un zèbre ça donne forcément un cheval unicolore,logique.Et surtout ça ne nous avance guère,ce zèbre se montrant têtu comme un âne.Ainsi fait,bien qu'adepte du format court,je me trouvai avec, au bout de neuf lignes,un seul nom placé ,certes quatre fois mais tout de même.J'installai vite le quadrupède dans un zoo,en proie à un essaim de zeuzères autour des yeux, sans trop savoir s'il n'y avait pas là une aberration géographique.Mon zèle animalier s'arrêtant là fallait-il encore se coltiner seize vocables. Aussi passai-je donc du coq à l'âne,déjà cité mais,zut alors,pour la dernière épreuve on peut bien se permettre quelques redites.

                   Une manipulation informatique malencontreuse (peut-être deux mais mon web-level(!) est proche de zéro) m'exila à cet instant sur la liste des 3017 films que j'ai vus et j'en profitai pour rajouter Zoulou,excellent film d'aventures,en toute fin de série,après Zodiac et Zorba le Grec.Plus moyen par contre de me souvenir si oui ou non j'avais vu Le zinzin d'Hollywood,nanar de Jerry Lewis.Là n'était certes pas la question mais l'ultime tâche asphodélienne prenait ainsi doucement tournure et je convoquai La Fontaine, puisque je crois qu'on a le droit de faire appel à un ami,un zeste de citation se révélant commode et j'allai ainsi mon train de zélateur.Quel talent ce Jeannot,n'avait-il pas écrit "Tout vous est aquilon,tout me semble zéphyr".

zouave

            Zigzaguant sans prétention vers les Champs-Elysées du samedi 1er septembre pour ce qui serait sans nul doute le zénith de mon année d'auteur j'écartai l'idée de teindre les mots ici présents,et à quel prix,en zinzolin,vu que ma perception des couleurs défaillante et mon ignorance totale de cette nuance ne m'autorisaient guère à faire le zouave.Ainsi parlait Zarathoustra et ainsi restèrent rouges ces dits mots maudits.A propos de ces termes vous avez sûrement remarqué que quatre d'entre eux zozotent. Si,si,j'insiste,ils zozotent,les zinzin, zeuzère, zinzolin, zigzaguer.Si,si, et même zozoter zozote.Ceci dit,souhaitant vivement qu'aucune zizanie ne ternisse la fin de la saison et que toutes ces belles plumes demeurent zen je terminai en proposant aux oreilles empennées qui partagèrent mes affres  estivales la superbe zarzuela d'un dimanche placide..

Placido Domingo - Zarzuela

 
de Pablo Sorozabal / Frederico Romero, Guillermo Fernandez

Posté par EEGUAB à 07:18 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

20 août 2012

Billet de mille ou Géographie: Saint Quentin, Mississippi, à titre honorifique

 mille

mairie-de-st-quentin-france-picardie_96496

 basilique

QUENTI

ARTD2CO

Rousseau

COUCHER SOLEIL

                      La destination d'aujourd'hui peut surprendre.Je ne suis pas sûr que la Route 66 vous y mène,ni la Dust Bowl,ni aucun road-movie d'aucune époque.Et ici quand on dit "roots" on pense plus aux betteraves voisines qu'aux origines du folk et du blues.Mais cette ville là,je la connais.Parce que celles que je vous ai présentées, si j'en ai vu quelques-unes, j'ai rêvé les autres.Mais le rêve, l'imagination,la curiosité,la passion ont fait le reste. Alors voici ma ville,ni pire,ni meilleure.Elle est Northern Line plus que Go West ou Deep South.Mais c'est ma ville.On peut s'y sentir bien,ou mal.Et chez vous?Le style y est soit espagnol du temps où même les Flandres étaient d'Espagne,soit Art Déco.Les pastels de Quentin de la Tour y sont chez eux.Les oiseaux y sont nombreux, les gens plutôt modestes,les souvenirs plutôt guerriers,les cimetières militaires fréquents et polyglottes.Pas de quoi geindre.Pas de quoi frimer.Juste un petit coucou à ceux qui furètent parfois du côté de la Comtesse.Je les remercie.Et,fidèle,je leur propose comme souvent un ou deux airs de blues de là-bas,du delta,bien qu'ici ce soit davantage le blues du canal.Quant à l'interprète,il est historique,a débuté avec Blind Willie McTell,s'est bagarré avec Lightnin' Hopkins,a pris une cuite avec B.B. King,secondé Howlin' Wolf, rivalisé avec John Lee Hooker et fait le boeuf avec Muddy Waters. Ou...tout comme.

P.S. Pour la cuite c'est vrai,mais c'était pas B.B. King,c'était Paulot,je crois.

P.S. Grand merci à Yves Keroas,guitariste généreux quant à ses conseils et ses plans sur la Toile.

 http://youtu.be/K_JAa73p71Y The ? blues (E blues de Y.Keroas)

http://youtu.be/hyY8cOWzy5Y In the evening

 

Mille

                   Mille,le compte est bon.Mille billets, chroniques ,missives, critiques, quelques jeux parfois.Mille trucs,quoi,que j'ai écrits depuis des années avec plaisir puisque j'adore l'écriture,avec un peu de peine parfois,avec soin toujours tant la passion de la langue et des mots et même de l'orthographe (là-dessus je frise l'intégrisme) me parcourt depuis tout petit. Je remercie tous ceux qui souvent ou plus rarement m'ont fait l'amitié de passer ici.Qu'ils sachent que leurs passages me sont précieux.J'aimerais aussi préciser que certains sujets sont très peu abordés par manque de connaissance,d'autres parce que je ne le souhaite pas.J'ai profité de ce millénaire pour vous parler un peu de ma région,qui n'a ni mer ni montagne à l'immédiat horizon,mais où j'ai vécu une grande partie de ma vie et où j'ai fait profession de soigner depuis bien longtemps.Mes goûts,vous les connaissez forcément.Je n'en dirai donc guère plus car ce n'est pas ici le lieu des épanchements,mais vous demande toute votre indulgence pour l'illustration musicale.

 

Posté par EEGUAB à 17:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 juillet 2012

Halte au monopole

      Ras le bol de ces cinéastes sans imagination et de leur unique compositeur.Les films sont pourtant très différents qu'on ait cru imposer ce sempiternel compositeur déjà suremployé,et surestimé.Il est temps de faire quelque chose,depuis des années que ce petit monsieur squatte auditivement nos écrans et,qui plus est,dans tous les types de films.On entend ses "oeuvres" aussi bien dans une aventure de James Bond que dans de célèbres blockbusters,plutôt bons d'ailleurs mais il n'y est pour rien.

untitled  

images    

total recall

                         Non content de pérorer dans les films d'action ce saltimbanque de piètre formation donne aussi dans la comédie musicale et le romantisme,dans le suspense et dans par exemple le bien beau et bien oublié film de Bo Widerberg.Ce parasite a sévi en Afrique,en Amérique,en Suède. Ni Broadway ni la savane kenyane n'y ont échappé.Le grand Kubrick fit appel à lui au moins deux fois et les Coen Brothers trois.Et ce depuis des années comme vous le suggèrent ces quelques images,même s'il figure rarement au générique,ce faux cul.Noblesse oblige,Le plaisir ont subi sa loi.Marlene,L'ange Bleu également.

imagesCARF8YL6

FAME

OUT

nonle

plai

         Des films bien plus récents utilisent aussi la musique fabriquée par cet individu.Je vous le dis,il est inévitable.Même Batman, Alien, Hitchcock, Godard,de beaux films comme Le discours d'un roi,de somptueux navets comme Wasabi,de l'animation comme Les triplettes de Belleville

APO

apres-le-sud

B

      A quoi bon?Ce personnage encombre les écrans depuis si longtemps qu'on n'en finirait pas de dénombrer ses présences au cinéma.Je n'ai pas l'intention de lui faire davantage de publicité.Ne vous foulez pas les neurones à retenir son nom.Il n'a de toute façon aucun avenir.Tout au plus vais-je joindre une petite image par acquis de conscience.Voilà "l'auteur" de ces ineffables musiques parfois abusivement nommées symphonies,opéras,concertos,requiem...N'importe quoi.Allez à la rigueur quelques notes, pour situer le niveau.Ca dure huit minutes tout de même,vous n'êtes pas obligés.En plus il se mêle vraiment de tous les instruments.J'envie les générations futures qui l'ignoreront...

http://youtu.be/fI6mNal8cjw

 

 

 

       

 

 

 

Posté par EEGUAB à 13:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 juillet 2012

Les plumes de l'été: Comme dirait Zazie

 logo-plumes-c3a9tc3a9   

           Asphodèle  a retenu pour cet opus 17 les mots suivants: quenelle-quiproquo-quolibet-quiétude-quintessence -quota – quérir – quenotte – querelle – quinoa – quilles – quintette – quartier – quintal – quinquet – quelconque – quitter – quasi – quantité.

q2uelle idée de lui chercher querelle à celle là!Bien sûr qu'elle est bizarre,qu'elle ne sonne pas  du tout comme les autres,et qu'elle semble incapable de voyager seule,toujours à traîner son U à la main.Et les quolibets de fuser sur son passage.Hou!hou!Regardez,elle et son âme damnée!Mais méfiez-vous,je la connais,elle sait prendre de la hauteur,croyez-moi.La quenotte peut avoir les dents longues et exiger son quota de respect. Bon, d'accord,on y perd souvent son latin ou son grec avec elle,à nous faire prendre qui pour quoi,quiproquo,quoi.Quoi qu'on soit coi parfois,quoi qu'on soit quasi quelconque alors qu'elle se distingue et réclame ses quartiers de noblesse.Se prendrait-elle pour la quintessence même de notre alphabet,toute lourdissime qu'elle puisse apparaître,symbolisant ainsi le quintal,cet épouvantail?

            Car c'est une matheuse,pas comme moi.Quantité de nombre rationnels privés du zéro(poésie de l'abstraction arithmétique laborieusement copiée sur mon Larousse) elle donne aussi dans un certain exotisme.Oui,elle a un peu lâché son U,prônant un certain panarabisme  tourné vers La Mecque(qibla, qasida, qatari), surtout utilisable au scrabble plutôt que dans la conversation matutinale dans le bus.Il va être temps pour moi de regagner ma cuisine après cette sémantique communication afin d'y préparer mes quenelles au quinoa d'une proverbiale diététique.Dans la quiétude juillettiste et sachant que pour beaucoup c'est la quille, me voilà vous quittant non sans vous avoir fait remarquer qu'il faut être à cinq, sans U, pour jouer La Truite, quintette de Schubert, avec U.Enfin pour quérir d'ultimes lauriers j'oserai conclure "Le bonheur n'est pas un quinquet de taverne".Quoi?Quelqu'un d'autre l'a déjà dit?

P.S.J'aime à citer mes collaborateurs pour aider à leur carrière.Pour deux phrases au moins Raymond Devos et Louis Aragon sont de  ceux-là. 

  

 

   

Posté par EEGUAB à 07:20 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

22 juin 2012

Des mots,une histoire: Pour la modestie,je ne crains personne

              Les mots collectés par Olivia,opus 70,sont:coffret-sexualité-moutarde-carrière-punaise-rôle-va-nu-pieds-invisible-irréel-présence-espion-élégance-prédateur-malfrat-vermillon-quelconque-boum-sucer-sittelle-zythum-mirabelle-brevet.

plumedesmotsunehistoire5

              Il est des semaines où l'artifice s'invite dans cet exercice hebdomadaire qui parfois s'apparente à la punaise presque invisible mais tenace qui s'obstine à sucer consciencieusement le poil du pauvre Médor.Parfois certains mots me sont repoussoirs et leur présence me fait penser à celle d'un malfrat dans ma propriété du Cap Ferrat.Parfois aussi les apartés entre happy few sur le rôle de la sexualité, ou sur la tarte à la mirabelle (attention je n'ai rien contre,ni l'une ni l'autre),m'ont l'air bien quelconques,lettré que je suis et dans l'élégance de ma carrière littéraire en plein boum,si je peux me permettre cet explosif raccourci. Parfois les auteurs manquent vraiment d'originalité.Pas comme moi.On pourrait dire bien des choses en somme.Ainsi,quand j'y pense, la moutarde me monte au nez et le rouge vermillon au front.Voilà qui est digne d'un brevet d'écrivain,si ce n'est d'un coffret dans la Pléiade.

imagesCAORJHL7

         Cependant je ne veux être le prédateur des moins talentueux,ces va-nu-pieds de la syntaxe à l'irréelle espérance qui confère au dernier mot du dictionnaire,le pharaonesque et infâme breuvage qu'est le zythum des lauriers inattendus.Pourquoi pas sittelle est leur bon plaisir.Oui je m'octroie aussi des fantaisies orthographiques qui requièrent l'humour dont je vous sais tous amplement pourvus.Au fait saviez-vous que le film de Fritz Lang Espions sur la Tamise était parfois présenté sous le titre Le ministère de la peur,traduction littérale de celui du roman de Graham Greene.Etonnant,non?

 

Posté par EEGUAB à 07:35 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2012

Des mots,une histoire: Mare Dolorosa

                        Les mots proposés pour Désirs d'histoires 65 sont: encens-amour-marin-coquinerie-embruns-albinos-baie-ténébreuse-naufrage-pins-balai-ballon-phare-râler-froc-flot(s)-communion-mouette-sel-velours-changement-mammouth-réale-au revoir-chocolat .Le mot "mammouth" n'a pas été retenu. Parti pour un sonnet de forme classique ABAB-ABAB-ABB-ABB le vaisseau s'est un peu alangui.Mais le plus difficile fut incontestablement la construction du navire,entièrement aux Chantiers Navals de Monbureau.

Quand j'étais capitaine un étrange albinos

Vêtu d'un froc râpé s'en est venu vers moi

Dans un port du Levant,gravé sur du vieil os

Me vendit "Les réales,un naufrage",aux abois.

 

Coquinerie de sort et jusqu'aux pins derniers

Ce dessin d'une si ténébreuse envergure

Ne me quitta jamais,grimoire,échéancier

Encens,qu'une mouette eût sur les flots d'azur

Picture 14

Bien vite dispersé,rétif aux changements,

Un obsédant velours qui dissipant ma vue

Egara les marins et la Baie des Amants

Sel de leur vie d'enfer,à jamais disparue.

 

J'eus beau râler,pester,ma vie,elle ressembla

A ces dérélictions,ces ballons fourvoyés

Loin des livres d'enfants aux doigts de chocolat

Que le balai d'un diable aurait dépenaillés.

 

L'affiche,elle aurait pu en rester aux amours

Communions romanesques,et d'embruns et de phares

Les vents l'ont violentée,lambeaux,ses beaux atours?

Narcisse, en son reflet,en est à l'au revoir.

 

plumedesmotsunehistoire5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par EEGUAB à 08:44 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 avril 2012

Charly le Calamiteux

charly     

                    Pochade de potache.Palsambleu,certes,mais rudement troussée et qui bouscule l'Histoire,tous cotillons voltigeant.Les premières pages me sont apparues presque trop appliquées,comme un numéro de music-hall un peu laborieux,Teulé est d'ailleurs un peu un enfant de la télé.Puis j'ai trouvé que la langue était belle, verte certes,mais d'un picaresque qui parvenait à faire bien rire des Guerres de Religion,particulièrement hilarantes, il est vrai.Certains se sont offusqués de ce qu'ils considèrent comme une pantalonnade.Pas si faux mais qu'importe.Charly 9 m'a au moins aidé à comprendre le rythme d'une époque,très accélérée par rapport à la nôtre.Notamment les derniers Valois,François II,roi à quinze ans mort à seize.Son frère Charles IX,roi à dix ans,mort à vingt-quatre,et n'ayant survécu que deux ans à la Saint Barth(oui,je suis un peu snob,je dis Saint Barth).Mais vraiment quelle belle histoire de famille,aimante et tendre!

              Quand on parle fin de race on peut penser que ça s'applique tout à fait bien à cette invraisemblable fratrie sous la houlette de la Mère Catherine de Médicis,le vrai patron de ces Valois hors d'usage.J'ai oublié de vous présenter Alençon,le benjamin,aimablement surnommé Hercule étant donné sa difformité.Les morceaux de  "bravoure" sont légion dans les deux dernières années de la vie de Charly.A condition d'avoir de la bravoure une approche un peu particulière.Quand il joue à la paume avec ses deux frères et son cousin Navarre,qui entre parenthèses, pue l'ail à cent lieues,pendant que le royaume est à feu et à sang.Quand il chasse le lapin ou le cerf dans les salles d'apparat du Palais du Louvre,égorgeant au besoin lévriers et valets.Ou ses ratés de faux monnayeur.

            Certains ont détesté,invoquant les incroyables libertés avec l'Histoire.Vraiment détesté parfois.Je ne prends pas Teulé pour un très grand écrivain mais j'ai passé un très bon moment à lire ce que je considère pas  si éloigné de la vérité historique telle que la concevaient par exemple les Monty Python.Après tout l'Histoire en a vu bien d'autres et les lecteurs sauront faire la part des choses,sans être spécialistes de cette époque si brutale et si expéditive.

Un autre avis favorable  http://www.laruellebleue.com/6088/charly-9-jean-teule-julliard/

Un avis très défavorable http://mesaddictions.wordpress.com/2011/04/17/charly-9/

Posté par EEGUAB à 11:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 février 2012

Malle tournait (?), titre infiniment discutable

d

e

a

b

c

f

g

         Encore un écrivain à découvrir.Son livre le plus célèbre n'est pas évoqué ici.Ce n'est pas une raison pour être grossier.Ca ne me semble pas trop difficile.Il suffit d'ouvroir grand les yeux.Si vous vous imaginez que je vais en dire plus...S'il vous plaît pas de réponses directes pour préserver l'intérêt.Merci.

Posté par EEGUAB à 19:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,