01 août 2006

Nikos

AF-08894.jpg

                      Rassurez-vous ce Nikos n'est pas un bellâtre de la télé mais le grand écrivain grec Nikos Kazantzakis.J'ai vu un film de Jules Dassin de 1957 que la susdite télé n'a que très rarement programmé,Celui qui doit mourir,d'après Le Christ recrucifié,formidable roman de Kazantzakis.C'est une histoire de terre et de violence dans la Grèce rurale qui met aux prises deux communautés sur le thème de l'exil et du pardon.Lors d'une reconstitution de la Passion du Christ l'on va s'apercevoir que s'il revenait il serait probablement crucifié à nouveau.J'avoue que le film de Dassin m'a déçu,trop appliqué,théâtral et grandiloquent.Déjà à l'époque le public avait été désorienté et le bouquin est bien plus fort.Néanmoins on peut y retrouver Hanin,Vaneck,Ronet très jeunes avec la muse de Jules Dassin,Mélina Mercouri.

              Martin Scorsese avait en partie réussi  l'adaptation de La dernière tentation du Christ qui avait soulevé bien des polémiques il y a une dizaine d'années mais c'est en voyant Zorba le Grec de Michael Cacoyannis(65),d'après le roman Alexis Zorba que l'on approchera le mieux l'univers de Nikos Kazantzakis,peut-ëtre qu'un Grec était le mieux placé pour saisir l'âme grecque.

Posté par EEGUAB à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


29 juillet 2006

Le mystérieux Mr.Traven(Benjamin,Bruno ou autre chose)

Le vaisseau des morts

Mon fidèle saint patron Humphrey Bogart m'a fait découvrir B.Traven, auteur du Trésor de la Sierra Madre. Mais comme Stevenson ou London cet écrivain était aussi un homme au destin pour le moins cahotique et actif. Action et écriture s'épousent dans le cas de ces diables d'hommes de plume et de mouvement.

Ce sont souvent les mots utopie et anarchisme qui viennent à l'esprit concernant Otto Wiennecke, Otto Feige, Torsvan Traven, Hal Coves, Ret Marut, respectivement vrai nom et pseudos divers de celui qui restera pour simplifier B.Traven. Ces deux mots ne m'intéressent guère.Ce qui me fascine est le destin de cet homme dont on a longtemps tout ignoré du parcours qu'il avait soigneusement embrumé lui-même.On l'a longtemps cru américain. On a même dit qu'il ne faisait qu'un  avec cet immense écrivain lui aussi méconnu, Ambrose Bierce, disparu bizarrement dans le désert du Mexique fin 1913. Il est vrai que le Mexique a toujours été le rendez-vous de la mort joyeuse avec ses cultes si bien montrés par Eisenstein(Que viva Mexico!) .Certains ont prétendu qu'il était fils naturel du Kaiser Guillaume II. Si c'était le cas il aura vraiment mal tourné.On en sait maintenant un peu plus.

Né en Allemagne en 1882 il a participé à la vie politique avec la très éphémère République des Conseils de Munich en 1919. Socialiste il doit fuir et c'est la longue errance,Suisse,Autriche,Pays-Bas,Canada,puis installation quasi-définitive au Mexique. J'oubliais un  peu de prison en Angleterre.Bref retour en Allemagne en 59.On se demande encore pourquoi. Traven est mort en 69 à Mexico City.

Coffret en 2 volumes : La révolte des pendus ; Le vaisseau des morts La révolte des pendus  dont le sous-commandant Marcos pourrait écrire une préface avec une belle démagogie et quelques accents de vérité raconte les rebellions indiennes au Mexique contre l'exploitation des hommes et de la nature.Traven se garde de tout sentimentalisme et les fleurs percent difficilement sous le fumier et la rapacité.Ironique et cinglant plus encore que revendicatif ce roman fut adapté au cinéma en 54 au Mexique.

La fièvre de l'or inonde Le trésor de la Sierra Madre, le plus connu des romans de Traven depuis la remarquable adaptationde John Huston avec Bogart, tous deux fins connaisseurs en parfums d'aventures et vapeurs d'alcool. L'humour caustique imprègne aussi le livre d'un halo picaresque sur le destin souvent tragique des chercheurs d'or.

Pour Le vaisseau des morts on peut évoquer Joseph Conrad au fil des péripéties de ce marin sans identité ni passeport, rayé du monde et que seul le capitaine d'un vaisseau fantôme peut engager pour un voyage pour le moins hasardeux mais qui fera le bonheur des amateurs de littérature plus proches des hallucinés de la ligne d'horizon que des auto-contemplateurs de nombril.

Posté par EEGUAB à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 juillet 2006

A fable!

Nostalgique à souhait à l'époque de King Kong et de Harry Potter que j'aime beaucoup par ailleurs.Le Père Noël a apporté au grand enfant que je suis cette délicieuse réédition des Fables de La Fontaine avec les fameuses illustrations de Benjamin Rabier,cet immense dessinateur et publiciste(On lui doit entre autres le canard Gédéon et la Vache qui rit).Cet album,paru en 1906 chez Tallandier ressort,composé de 300 fables de l'illustre Monsieur Jean.Et c'est une merveille de replonger dans l'univers des animaux croqués par Rabier qui savait si bien donner vie au bestiaire de La Fontaine.


Et surtout que personne ne croie qu'il s'agit là d'un auteur pour enfants sages,complètement dépassé.La Fontaine n'est pas,n'a jamais été un auteur pour enfants.Quant aux plus célèbres de ses fables que beaucoup ont anonnées besogneusement,je suis sûr qu'elles ont donné à certains le gôut de lire,du théâtre et même pour quelques-uns un penchant pour le cabotinage,cet exquis avatar de l'art dramatique.Sérieusement si l'on connaît tous Le loup et l'agneau ou Le corbeau et le renard,que celui qui a lu,et compris Daphnis et Alcimadure ou Du thésauriseur et du singe me fasse signe.Car voilà:les Fables de La Fontaine est un joyau exigeant avec structures de phrases inversées,nécessité d'un dictionnaire de permanence,allusions mythologiques.Il faudrait avoir fait ses Humanités pour en saisir toute l'essence et ce n'est pas mon cas.Mais diable!On peut faire un effort.Notre si belle langue mérite bien ça.Cette leçon vaut bien un fromage.


Posté par EEGUAB à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 juin 2006

John,John,Henry and Bruce

 

Oui,cette curieuse affiche belge est bien celle des Raisins de la colère ,singulièrement affadie quant au titre habituel.

 

"L'autoroute luit dans la nuit

Mais personne n'a envie de rire

Assis dans la lumière du feu de camp

J'attends le fantôme de ce vieux Tom Joad"

       Bruce Springsteen(The ghost of Tom Joad)

La ballade,très belle,qui donne son nom à l'album très dépouillé de Springsteen(1997) fait référence à Tom Joad,le fermier ruiné du grand roman de John Steinbeck,adapté au cinéma par John Ford,dès la sortie du livre(1940).Il est est des cas,très rares où un grand livre peut donner naissance à un grand film.Le roman sonnait un peu comme un reportage;le film,très rigoureux,est un road-movie avant la lettre,contant la poignante errance d'une famille de paysans d'Oklahoma au lendemain de la Grande Dépression.

La route,c'est celle de la Californie qu'emprunte la vieille automobile bringuebalante des Joad,rappelant bien sûr les chariots bâchés de la mythologie du western,cahotant,trébuchant.John Ford,immense auteur des plus beaux films sur l'Ouest,maîtrise à la perfection la dramaturgie de cet espace vers la liberté(Go West,young man).Sur la route on rencontre aussi bien la fraternité que la désillusion,l'amitié que la trahison et les lendemains chantent rarement aux exilés du rêve américain.

L'authenticité du film est totale.Certaines scènes ont été tournées dans de vrais camps "oakies"(le surnom des déplacés de l'Oklahoma).Et Henry Fonda incarne avec foi Tom Joad,chef de famille qui veut croire encore à son Amérique.Les raisins de la colère,c'est simplement toute la noblesse du cinéma américain.Un grand livre,un grand film et soixante ans après un grand disque.N'en déplaise,un pays qui nous a donné John Steinbeck,John Ford,Henry Fonda et Bruce Springsteen  ne peut être complètement mauvais.

 

 

Posté par EEGUAB à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 juin 2006

La Culasse de l'Enfer

  La Culasse de l'enfer

 

 

 

 

                  Tom Franklin,auteur solide de l'Amérique rude et rurale nous entraîne quelque part du côté de la Porte du Paradis,le célèbre et ruineux western de Michael Cimino.La Culasse de l'Enfer est le nom de la milice créée par les paysans de l'Alabama plutôt pauvres pour se venger de métayers voisins un peu plus riches.

                  Ce roman,d'une violence inouïe,parle d'un monde de misère et de saleté en une sorte de western de poussière et de boue où règnent le mauvais alcool et la loi du plus fort. Franklin comme bien d'autres écrivains américains,possède le souffle à la mesure du pays,si vaste et surtout si complexe et que les Français connaissent si mal,encombrés de clichés qu'ils sont dès qu'il s'agit de l'Amérique.On imagine très bien le shérif vieillissant,figure un peu classique mais bien dessinée, sous les traits de Clint Eastwood,Robert Duvall ou Tommy Lee Jones.A lire d'urgence avant l'adaptation inévitable à mon avis.

Posté par EEGUAB à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juin 2006

Frères de sang

Dissolution

Dans la lignée des polars historiques rendez-vous dans l'Angleterre du XVI° Siècle avec Dissolution de C.J.Sansom, un thriller au monastère, genre devenu très fréquent, depuis les succès du Frère Cadfaël d'Ellis Peters. L'enquêteur, Messire Shardlake, est un avocat réformiste. On est à l'époque d'Henry VIII et de la rupture avec Rome. Ceci nous vaut une belle leçon d'histoire où l'on voit que l'intégrisme ne date pas d'hier.

Comme souvent dans ce genre de livres l'énigme se double d'une description minutieuse de la vie d'une société précise,en l'occurence celle d'un d'un  monastère anglais avec ses doutes,ses violences et ses sacrifices. Nous sommes cependant loin du Nom de la Rose. Mais on ne peut comparer un excellent roman historique et policier avec la somme d'intelligence,de culture,d'humour et de réflexion que constitue

Posté par EEGUAB à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 juin 2006

Je l'ai lu,l'Elu

Je l'ai lu,l'élu

  AttL'éluention ce livre est dangereux.Il ne ressemble à aucun autre et ne met en scène pratiquement que deux pères et deux fils,Juifs américains à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale.Attention cet ouvrage n'est pas toujours d'une lecture facile,notamment pour un Goy comme moi,peu familier(c'est le moins qu'on puisse dire) avec le Talmud et les nuances entre Sionisme et Hassidisme.Pour le début du livre c'est d'ailleurs sur le base-ball qu'il faudrait être compétent car c'est à l'occasion d'un match que Danny et Reuven vont faire connaissance,tous deux fils de deux sommités du judaïsme,partisans de doctrines différentes.

Ne croyez pas que l'on est là dans l'obscurantisme et dans une caricature.Chaïm Potok,né de parents juifs polonais,revendique pour son roman une espèce de naïveté du savoir qui empêche toute moquerie.Il est tentant de se gausser de ces querelles sur les Commentaires de la loi judaïque et les suceptibilités des deux pères.Mais ces personnages portent en eux un tel amour filial,un tel respect de la connaissance,un tel engagement que l'on ne peut qu'être passionné par cette histoire d'amitié qui résiste à tout entre les deux fils par delà un certain entêtement des deux pères.

La quasi absence de femmes dans cet ouvrage nous révèle évidemment une société patriarcale et un sens de la dynastie qui réclame des rabbins de père en fils.Mais entre temps on aura découvert la Shoah et la création de l'Etat d'Israël rendra les choses à la fois plus claires et plus difficiles.Si comme moi vous vous sentez très éloigné de cet univers sautez le pas.Vous découvrirez un livre exigeant et supérieurement intelligent où l'esprit ne prend malgré tout jamais le pas sur l'âme et le coeur. 

L'élu fut en 81 adapté au cinéma.Peut-être le Cinéphage ou le Dr. Orlof l'ont-ils vu?

Posté par EEGUAB à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 mai 2006

Le fleuve Savage

Il a fallu attendre sa mort ou presque Rue du Pacifiquepour que soient traduits en France les livres de ce fabuleux conteur de l'Ouest qu'est Thomas Savage(1915-2003).Mieux vaut tard que jamais et ça valait le coup.A ma connaissance trois livres sont parus.Un petit mot sur les deux que j'ai lus.

Rue du Pacifique est la description d'une petite ville du Montana,état natif de Savage,au début du siècle et juste après la Grande Guerre,qui,on l'ignore souvent,a changé les esprits aussi en Amérique.Des fortunes se construisent(on pense,un tout petit peu à La splendeur des Amberson,qui se passait à l'Est, roman de Booth Tarkington,film du grand Welles). Que voilà un compliment!

Affairisme,humiliation,rivalité des clans. Tout y est pour une sorte de tragédie,avec essor des communications et la très fine évocation d'un continent en train de muter. Thomas Savage ne donne pas dans la saga,souvent agréable mais parfois interminable. Sobrièté et profondeur qui impressionnent et nous font mieux connaître cette époque post-westernienne. La musique de Savage est habile à nous transporter dans la peinture de l'Ouest américain et des âmes qui l'habitent.   Le Pouvoir du chien 

Le pouvoir du chien explore la psychologie de deux frères à la tête d'un ranch.Le mariage de l'un et la misogynie de l'autre iront à la lisière du drame en un roman intense et secret qui a conduit certains critiques français à évoquer un Giono qui aurait émigré.Pourquoi pas?Je pense, moi, que Savage se rattache à l'extraordinaire cortège des écrivains américains qui transcendent la courte histoire de leur pays pour lui donner la littérature la plus aboutie.A noter une troisième parution,La Reine de l'Idaho.Bonne lecture chez Belfond ou 10-18.

Posté par EEGUAB à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2006

Une enfance à Berlin,non,à Dublin

  Retour Sang impur - Prix Femina étranger 2004en Irlande:voici Hugo Hamilton qui vient de sortir en France Dejanté,un thriller chaudement recommandé par la revue Lire:une référence que j'espère découvrir vite.Mais aujourd'hui je vous propose Sang impur,prix Fémina 2004,qui raconte une enfance à Dublin,comme beaucoup d'autres auteurs irlandais dont il semble que le récit d'enfance soit un passage obligé. Mais il n'y a là rien de typiquement irlandais.

De mère allemande d'une famille antinazie mais que les braves autochtones traitent d'hitlérienne en un magnifique réflexe xénophobe,Hugo Hamilton raconte sa drôle de famille où,accessoirement,le père,tellement pur et dur nationaliste qu'il interdit sous son toit les mots anglais, a la main et la baguette facile pour élever ses enfants.Où l'on en viendrait presque pour certain à préférer la poigne du moustachu du moment qu'il cogne fort sur les Anglais.

Après Roddy Doyle(voir note ancienne),Joseph O'Connor,Colum McCann sans remonter à la figure tutélaire de la littérature irlandaise(James Joyce,Portrait de l'artiste en jeune homme) Hugo Hamilton se penche surtout sur ces liens inextricables entre l'Angleterre et L'Irlande qui s'en veulent tant depuis 8 siècles environ,ennemis intimes et inséparables.(chez Phébus)

Posté par EEGUAB à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,