28 mai 2007

Il était à Woodstock

Mixed Bag

    Sorti de ma malle magique le très bel album de Richie Havens Mixed bag ,premier véritable opus sorti en 67 de ce Newyorkais né en 41 mélange approximatif de Bob Dylan et de Bobby McFerrin.Cette comparaison n'engage que moi.Des nouvelles de la pochette:le recto est toujours très acceptable,la guitare sur fond bleu et la veste noire de Richie sont du plus bel effet.Le verso et la tranche par contre agonisent sous les taches que je crois de café mais d'un café plus que trentenaire.A l'audition le "charme" du vinyl est plus près de la perceuse que du chant d'un passereau.Allez il me faut me résoudre à à une nouvelle commande  CD pour réactiver ce vieux Richie.

   Richie Havens a toujours été un adepte des reprises,ce qui ne l'empêche pas d'écrire aussi.Ce sac varié contient une remarquable version d'une des meilleures chansons de Dylan,l'une des plus touchantes à mon avis Just like a woman,ainsi que la  belle réussite d'un titre des Beatles,le symphonique Eleanor Rigby auquel Richie donne un swing inattendu.Sa façon de jouer de la guitare avec à la main droite un style très "percussion",c'est peut-être un peu l'apport de l'Afrique à Woodstock.Bien sûr on n'en parle jamais mais Richie Havens continue sa carrière.Je vous propose cet oiseau en plein vol,extrait de Mixed bag,et ne peux  résister à vous faire découvrir Richie "en groupe" dans cette si belle version de mon morceau préféré Eight miles high,par son créateur Roger McGuinn,sans les Byrds mais avec une partie du Band.J'espère que vous suivez.

http://www.youtube.com/watch?v=AcS81SdSOv4 High flying bird

http://www.youtube.com/watch?v=O9McvRFfrIQ Eight miles high

Posté par EEGUAB à 11:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


08 mai 2007

Je me devais de vous présenter un ami

     Oui je me devais bien cela à Michka Assayas,auteur de ce passionnant Dictionnaire du rock en deux volumes,qui m'accompagne à peu près partout depuis quelques années.Un dico est par définition toujours incomplet.C'est d'ailleurs le charme de ces ouvrages qui vous permettent de pester parce qu'il ne soufflent mot de Rotary Connection ou de Lexington Avenue Local.Par contre trop de place à mon gré pour Boney M(pas beaucoup pourtant).

   A la tête d'une vingtaine de collaborateurs Michka Assayas nous entraîne dans un formidable voyage,une saga planétaire pour tous les gôuts.Au long des 2000 pages de cette somme on croise des pionniers oubliés,des stars d'une saison,d'obscurs garage bands qui le sont restés,obscurs,ou qui au contraire,ont connu la gloire, parfois durable, souvent fugitive,quelquefois posthume. Tous les grands sont là,tous mes amis sont là.Mais surtout cet ouvrage m'a permis de découvrir ou de redécouvrir de nombreux artistes que j'avais injustement ignorés.Il m'arrive de vous en faire part.Bien loin maintenant de l'âge des 45 tours j'ai conservé intacte la passion pour cette musique.Cette musique,je l'ai souvent dit et ce n'est pas qu'une figure de style,m'a fait vivre mieux ou moins mal,c'est selon.

P.S.  Tout bien réfléchi pour Lexington Avenue Local je ne suis plus très sûr qu'aucun groupe ait jamais porté ce nom.

P.S.  Tout de même Michka,pas une ligne sur Tulsa Train,c'est dur.

Posté par EEGUAB à 10:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2007

Back to the West Coast

http://www.youtube.com/watch?v=2VYxdqt4k3A Dark end of the street

 

   L'avènement du CD a permis nombre de rééditions pour unn prix raisonnable.Sous le titre Hot Burritos/ Anthology on peut redécouvrir les trois albums phares des Flying Burrito Brothers,respectivement The guilded palace of sin,Burrito DeLuxe,The Flying Burrito Brothers (69,70,71). Nous sommes là dans l'une de mes mouvances favorites,celle qui a suivi ce que j'appelle l'électrification dylanienne avec les fabuleux Byrds dont je suis monomaniaque,mais aussi Poco,Buffalo Springfield,et les innombrables variantes Crosby ,Stills, Young, Nash,etc...Epique époque où les musiciens partaient, revenaient,en trio,en duo,en solo,vivaient, mouraient.

  Composé entre autres de l'ange foudroyé Gram Parsons, des ex-Byrds Chris Hillman et et Michael Clarke,et de l'as de la pedal-steel guitar Sneaky Pete Kleinow le groupe réussit à réconcilier les tenants d'une country assez traditionnelle et l'influence hippie et libérée.Le magique Sin City et la superbe reprise Dark end of the street figurent parmi les meilleures chansons du premier album.Du second,Burrito DeLuxe,notons Wild horses de Jagger-Richards,splendide version de ce morceau que les Stones enregistreront sur Sticky Fingers avec ce même Kleinow.Sur le troisième album de belles reprises de Merle Haggard,Bob Dylan mais déjà la vie musicale s'affole et tout ce monde là se shoote plus ou moins consciencieusement dans cet étrange comportement moutonnier comme savent si bien le faire les gens qui se veulent non-conformistes.Mort de Gram Parsons,devenu icône,comme tout le monde,la belle affaire et qui m'enrage.On peut toujours se consoler avec l'influence,très forte des FBB en particulier sur Jayhawks et Counting Crows.

Posté par EEGUAB à 12:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

22 avril 2007

Au temps des pochettes chouettes

 

   

 

 

 

   Le plaisir des yeux passe aussi par http://eeguab.canalblog.com/archives/2006/08/19/3057178.html

Posté par EEGUAB à 14:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

21 avril 2007

La dame venue de Baltimore

    J'ai fait un tour au pays de mes vinyls.Je ne m'y étais pas rendu depuis un bail et y ai retrouvé au verso de la pochette ci-dessus l'un de mes amours de jeunesse,la Susan Moore à laquelle Tim Hardin a consacré ce concept-album en 1969.Oui on appelait ça comme ça.Ce disque je l'ai acheté pour trois raisons.D'abord Rock et Folk l'aimait bien et moi j'aimais bien Rock et Folk.Je sais c'est loin.Deuxième raison:la voix de Tim Hardin me plaisait depuis ses jolies chansons comme Hang on to a dream,If I were a carpenter,Lady came from Baltimore(Lady's name was Susan Moore,déjà).Troisième raison,imparable,la photo,en robe longue et dans les sous-bois de Susan Moore.A tomber.Mes amours de l'époque cahotant allégrément d'échec en défaite,nanti d'une timidité qui devait durer dix ans encore,cette image était devenue en moi l'archétype de la femme,belle,inaccessible pour qui je me devais d'écrire.Il me semble que quelque part j'écris encore pour elle.

   Le titre complet de l'album est Suite for Susan Moore and Damion-we are-one,one,all in one et ce disque eut très peu de succès.La pochette s'ouvre et apparaissent à gauche la divine Susan,en noir et blanc et en légère plongée et sur l'autre page Damion le fils de Tim et de Susan.Car Susan Moore a eu un fils mais pas avec moi.Moi qui dans ces années peinais beaucoup à être one,one,all in one avec qui que ce soit.Allez retour à la musique.

   Suite for Susan Moore est divisé en trois implications et ue fin d'implication dont voici les titres.Vous aurez compris que rien ne dure et surtout pas l'amour.Et que depuis la première chanson d'amour jusqu'à la naissance,la flamme de jadis,la solitude il ne reste bientôt plus qu'un prénom.

1. First Love Song
2. Everything Good Become More True
3. Question of Birth
4. Once-Touched By Flame
5. Last Sweet Moments
6. Magician
7. Loneliness She Knows
8. Country, I'm Living In
9. One, One, the Perfect Sum

10. Susan

      Sur le plan musical cet album est sobre,teinté d'influences jazz,réalisé en petit comité parfois réhaussé d'une trompette ou d'un sax. Trois des morceaux sont simplement lus par Tim Hardin.Encore deux détails.Cette Susan allait être vite concurrencée dans mon coeur par une autre Suzanne qui        devait me prendre la main pour m'entraîner au bord de la       rivière.

http://eeguab.canalblog.com/archives/2006/08/20/3057242.html

        Et Tim Hardin mourut évidemment d'une overdose       idiote en 80. Je n'ai guère à vous proposer que cette bêtise heureusement agrémentée du talent de Tim  dans Hang on to a dream.

http://www.youtube.com/watch?v=NO0_ON267GM

Posté par EEGUAB à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


24 février 2007

Juke-box printemps 66

http://www.youtube.com/watch?v=1ghFMlYyh3A

    The Move  Night of fear

  http://www.youtube.com/watch?v=89VFYVGjUNY

   Greatest Hits The Monkees  Last train to Clarksville      

  http://www.youtube.com/watch?v=DA9WAq2qlPM

The Yardbirds  For your love

Oui je sais nostalgie nostalgie.Tant pis ça me fait plaisir.Et à quelques-uns d'entre vous j'espère.A ceux qui trouveraient ça mineur je rappellerais que des Yardbirds devaient sortir Clapton,Beck et Page.Les Move pour Night of fear avaient enrôlé Tchaikowski.Quant aux Monkees c'était bien sûr un produit de marketing.Mais comme j'aimerais que tous les produits soient de cette qualité.

Posté par EEGUAB à 18:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Une chanson:You keep me hanging on

Vanilla Fudge

Il ne s'agit pas là de la très bonne version des Supremes de Diana Ross chez Tamla mais de son iconoclaste et psychedelique reprise par les New-yorkais de Vanilla Fudge en 67.Stein,Martel,Bogert et Appice vont connaître un succès foudroyant mais assez bref,dure loi du rock souvent évoquée ici.Leur spécialité sera de reprendre des tubes et de les ralentir systématiquement pour en faire une sorte de melting-pot Jean-Sébastien Bach/Jimi Hendrix(dixit moi).Exemples Ticket to ride,Eleanor Rigby,Bang bang,People get ready.Les quatre membres du Bâton de Vanille essaimeront ensuite un peu partout dans un relatif anonymat.Dure loi du rock vous disais-je.A noter la  très bonne rencontre du bassiste et du batteur avec l'ex-Yardbird Jeff Beck pour l'album éponyme Beck,Bogert and Appice.

Yeah!   http://www.youtube.com/watch?v=71cGLyOKhSc

Posté par EEGUAB à 13:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

03 février 2007

Une chanson:Reach out I'll be there

         THE FOUR TOPS

Retour à la maison Tamla Motown avec un des hymnes de Detroit par les Four Tops qui furent il y a 40 ans les meilleurs vendeurs de 45 tours souvent interchangeables il faut bien le dire.Mais ça bougeait quand même mieux que les copies françaises.Il faut s'y faire le rock s'accomodera toujours mieux de vocalises du côté de Detroit City que du moulin de Sammois.Par rock entendre soul ou rythm'n'blues ou ce que vous voulez,du moment que vous tapez dans les mains avec ce fabuleux groupe vocal,apanage de Motor City.

http://www.dailymotion.com/video/x14b2m_four-tops-reach-out-ill-be-thereEcoutez!

Posté par EEGUAB à 15:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2007

Une chanson:This town ain't big enough for both of us

Mael Intuition: The Best of Sparks 1974-1976

Le rock n'a pas si souvent fait preuve d'humour.Clownesques à souhait les frères Ron et Russell Mael ont fait un peu de tout dans leur carrière déjà longue y compris dans la mouvance disco qui m'indiffère prodigieusement.Mais grâce leur soit rendue pour l'inénarrable,pétillante,sautillante et inimitable cabriole dont le titre semble être sorti tout droit de l'univers de mes chers westerns (1973).Il faut avoir vu Ron et sa joviale dégaine d'organiste à l'inquiétante moustache pour ne pas mourir idiot.

http://www.youtube.com/watch?v=b8p8PYV86wo

Posté par EEGUAB à 20:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2006

Thank you Martin

Scorsese est exemplaire.Je ne parle pas du cinéaste dont l'éloge n'est plus à faire(mes préférés:Taxi driver,Les affranchis,After hours,A tombeau ouvert).Scorsese est exemplaire par la passion cinéphilique qu'il met à nous faire partager ses émotions de spectateur dans les deux fabuleux Voyages à l'intérieur des cinémas italien et américain.Il parle du néo-réalisme avec simplicité et sait nous faire toucher du doigt la beauté de ce cinéma-là.A recommander très fort à ceux qui voudraient s'initier à cette époque extraordinaire du plus beau cinéma du monde,ce cinéma de la rue en totale adéquation avec un pays,une histoire,un peuple.


Mais je veux parler du Scorsese passionné de musique,presque historien de la musique,qu'il nous restitue de différentes manières.Rappelons l'hommage à Broadway,NewYork,New York.Rappelons l'excellente captation du concert d'adieu de The Band:the Last Waltz avec ses prestigieux invités Dylan,Clapton,Young,Morrison,etc...



Rappelons aussi très récemment la belle collection de films sur le blues produite par Scorsese avec Clint Eastwood,Richard Pearce,Marc Levin.


Enfin No direction home:Bob Dylan,qui vient de sortir en DVD est un film à part entière de Martin Scorsese,évidemment un document de premier plan sur l'arrivée de Dylan dans le paysage musical américain et mondial.


Avec beaucoup de rigueur et des archives rares Scorsese resitue le phénomène Dylan au début des sixties,donnant la parole à Joan Baez,Pete Seeger,Liam Clancy,Allen Ginsberg et autres témoins ou complices du Robert Zimmerman acoustique de Blowin' in the wind,When the ship comes in,Mr.Tambourine Man,It ain't me babe et toutes les belles chansons de la première période.Les amateurs de Dylan comme les néophytes y découvriront  comment le petit gars du Minnesota s'est retrouvé sans vraiment le vouloir star du protest-song,puis pop-star internationale en ayant électrifié sa musique au grand dam de certains puristes criant à la trahison(images étonnantes de huées qui nous paraissent un peu ridicules aujourd'hui ,alors qu'un Springsteen peut à la fois passer une soirée de troubadour et une autre avec le E.Street Band).

Bob Dylan : Anthology Project - Édition 2 DVD

L'incompréhension entre Dylan et un certain public ne s'est jamais complètement démentie.Quarante ans plus tard Bob Dylan reste un mystère qui a su,voulu rester en dehors de toute véritable récupération y compris politiquement.Tout le monde connaît mal Dylan,un peu moins mal désormais grâce à Martin.Mais ce film se termine en 66.

A noter D.A.Pennebaker,ce génial documentariste apparaît dans No direction home.Il fut l'auteur en 67 de Don't look back,excellente analyse de Dylan sur scène lors de sa tournée anglaise de 65.

Posté par EEGUAB à 13:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,