05 mars 2007

Ils sont morts droits dans leur bottes

Errol Flynn in Raoul Walsh's

Evidemment les films épiques de Walsh et Flynn peuvent être vus de deux manières.La plus simple:y voir un odieux bellicisme  avec la glorification des massacreurs de Peaux-Rouges et une réhabilitation de Custer et de sa modération(?).Cette vision ne m'intéresse pas,trop politiquement correcte comme on dit maintenant.

Bien plus intéressant il convient de replacer ce héros américain dans le contexte Guerre de Sécession et années suivantes.De même le film de Raoul Walsh(1941) fait-il lui aussi partie de l'Histoire maintenant comme est datée cette manie de traduire par un titre bien ronflant en français(La charge fantastique) cette oeuvre à l'appellation somme toute assez éloignée.Il faut dire qu'à l'époque on pensait que les spectateurs français avaient besoin de repéres simplistes(Chevauchée fantastique, Charge héroïque,Charge victorieuse,Poursuite infernale).Il fallait à l'évidence,du galop dans l'air.

Ce qui fait de La charge fantastique un classique c'est la parfaite aisance d'Errol Flynn au mieux de sa forme à mi-chemin entre le jeune officier rebelle et mauvais élève et la ganache,image que donnera de lui Custer,homme de l'Ouest, par exemple.Il émane de l'acteur une fougue et un charme qui font passer bien des turbulences.Raoul Walsh sait si bien utiliser chevaux et cavaliers et son sens de l'humour va de paire avec celui de l'action.Walsh a,rappelons,le une longue carrière derrière lui.Il a notamment retenu les leçons de Griffith.Alors,de grâce,prenons cette évocation de Custer comme une page de la légende sans s'arrêter à des convenances et au néo-conformisme ambiant qui oublie toujours,et je l'ai souvent répété,qu'un film "est" sa propre époque.

Silver River

Le vaillant ciné-club de France 3,très nocturne,a en outre proposé Gentleman Jim et La rivière d'argent du même Walsh avecle même Flynn.Truculence et ambition donc pour cette "anthotrilogie".

Posté par EEGUAB à 09:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


27 octobre 2006

Les implacables

Raoul Walsh,maître de l'action tambour battant,a vécu plusieurs vies et fréquenté entre autres David Wark Griffith,Erich von Stroheim et Pancho Villa.Autant dire que Walsh n'est pas un cinéaste de salon mais un buriné qui avait perdu un oeil sur le tournage de In old Oklahoma.Son complice préféré était Errol Flynn comme lui très à l'aise dans différentes activités  comme les femmes,la bagarre et le whisky.Mais c'est Clark Gable qui est le héros des Implacables(54).Gable n'est pas un héros westernien comme Wayne ou Stewart.Il vient plus de la comédie de séduction et n'est plus un jeune homme au milieu des années cinquante.

   Les implacables édité en DVD bénéficie d'un très beau scope restauré et l'on a grand plaisir à chevaucher près du grand troupeau de Robert Ryan que convoie Clark Gable en pays Sioux plein d'embûches.Le film est parcouru de pas mal de notes d'humour car la rivalité entre les deux homme n'a,elle,rien d'implacable.Jane Russell,égérie d'Howard Hughes,a ce qu'il fait d'appâts et de vulgarité chatoyante pour enchanter(au sens propre)le voyage.Le sévère homme d'affaires succombera en fait à une certaine admiration pour ce baroudeur de Gable:"Il est le seul homme que j'aie admiré,que tout gamin rêve de devenir et tout vieillard d'avoir été".Le personnage de Ben Allison que joue Gable rêve encore mais plus pour très longtemps.Bentôt ce sera l'ultime cow-boy,contemporain celui-là,des Misfits.A noter sur cette édition une présentation de Tavernier en petite forme et l'histoire de l'amitié entre Walsh et Flynn,sympathique et turbulente.

Posté par EEGUAB à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 octobre 2006

Le noir lui va si bien

High SierraOui le noir lui va vraiment bien au cinoche et je crois que je me serais encore plus ennuyé sans ces durs à cuire du roman américain, Hammett, Chandler, Cain et tant d'autres. Aujourd'hui gros plan sur William Riley Burnett.Pas le plus connu mais du tempérament,le gaillard.Comme beaucoup d'autres W.R.Burnett a fini par traîner ses guêtres à Hollywood qui a  adapté nombre de ses romans.Lui-même fut scénariste et on discerne parfois mal dans son oeuvre les vrais romans des scénarios parfois simples ébauches. Faulkner, Chandler, Fante, Fitzgerald ont connu la même mésaventure.

    En 1930 Mervyn LeRoy signe Le petit Cesar où Edward G.Robinson campe un saisissant gangster que l'on suit de son ascension à sa chute.C'est l'un des premiers films noirs du parlant et il marquera une  date et ouvrira la voie pour un certain Scarface de Howard Hawks dont l'un des scénaristes est  justement William Riley Burnett.

   Roy Earle lui est un truand en fin de course et souhaite se ranger des voitures.Ceci est extrêmement difficile au cinéma.Bogart incarne à la perfection cet homme traqué dont la fuite dans les montagnes ne peut qu'être fatale. C'est la dernière fois que Bogart n'est pas en tête d'affiche(derrière Ida Lupino). Raoul Walsh s'y connaît en films d'action et Huston est ici scénariste.On le voit,rien que du beau monde pour High Sierra dont le titre français est peu usité pour cause d'homonymie(La grande évasion).

    En 1950 le même John Huston réalise Quand la ville dort(The asphalt jungle) quintessence du sous-genre du film noir "casse qui ,tourne mal" où excelleront aussi Dassin et Kubrick.Construit très rigoureusement Quand la ville dort met en scène pour the ultimate knock over Sterling Hayden,Louis Calhern,Sam Jaffe et d'autres,des gueules de l'emploi comme c'est nécessaire dans le polar à l'américaine.Je vous laisse imaginer la chute sans oublier de citer une certaine Marylin dans tois furtives apparitions. Déjà une femme enfant à vous attirer des ennuis.

King ColeCes trois réussites du grand écran ne doivent pas faire oublier l'écrivain qui avait son talent bien à lui.King Cole notamment est une oeuvre majeure qui raconte la campagne électorale d'un candidat républicain ou démocrate et nous éclaire sur la démocratie-démagogie  qui est loin d'être un monopole des années trente et des Etats-Unis.Relations ambigües avec la presse,l'industrie,le commerce.Rien de nouveau sur le soleil mais raconté par Burnett c'est du solide.Avec ce qu'il faut de cigares,de pépées,de pots-de-vin...La vie quoi!

Posté par EEGUAB à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,