02 juin 2007

L'attractif traquenard tracassant de Track of the cat

    Pratiquement inédit,on se demande bien pourquoi,Track of the cat((54) est un northwestern.J'appelle northwestern un western neigeux.Ils sont plus rares que les autres mais on compte quelques réussites fabuleuses que le blanc des cimes et les blizzards ont magnifiés dans le froid et la solitude.Voir Jeremiah Johnson,La dernière chasse,John McCabe.Dans Track of the cat,adapté du très fin auteur de romans de l'Ouest Walter Van Tilburg Clark les ingrédients sont réunis pour une histoire tragique,une histoire de famille doublée d'une quête.

   Dans la famille Bridges propriètaire d'un ranch Curt(Robert Mitchum)est le patron et ses frères Arthur et Harold doivent s'effacer.Mais l'irruption d'une panthère noire peut-être,maléfique sûrement va changer la donne.Les trois frères vont la poursuivre à tour de rôle.A noter que ce fauve n'apparaît jamais dans le film ce qui le mythifie davantage encore.On ne peut pas ne pas penser à la nature hostile du grand maître des lettres américaines Melville et à Moby Dick.La forêt est très cinégénique et William A.Wellman,cet auteur resté dans l'ombre sait jouer des couleurs et de l'espace(le manteau rouge de Mitchum par exemple).La partition musicale est un peu envahissante conférant un côté oratorio,funèbre évidemment qui aurait pu être atténué.

      Mais le tableau de famille est tout aussi réussi que cette chasse à la fois spirituelle et bien réelle.C'est que la famille Bridges pourrait être parente de Tennesse Williams,un Tennessee qui aurait quitté New Orleans pour le Nord-Ouest.Le vieux père est alcoolique,la soeur frustrée et la mère,très veuve sicilienne de noir vêtue avant même d'être veuve.Wellman campe des plans superbes: l'enterrement d'Arthur,le brasier final et les incantations de Joe Sam le viel indien car là-dessous bien sûr se cachent d'immémoriaux secrets et légendes.Vous savez bien que dans l'Ouest on imprime la légende... William Wellman est aussi l'auteur d'autres bons films dont L'étrange incident,du même Van Tilburg Clark et un honnête Buffalo Bill.Voir    Une corde,un colt Pour le snowestern voir   Blanche neige et les vilains

trackofthecat.jpg

Posté par EEGUAB à 19:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 mai 2007

Histoires d'hommes

HOMME DES HAUTES PLAINES, L' 

    Il peut venir des hautes plaines,de l'Ouest,de la plaine tout simplement,,de la sierra,des vallées perdues,de la rivière d'argent.Il peut aussi venir de l'Arizona ou du Kentucky.Peut-être a-t-il tué Liberty Valance et depuis erre-t-il sans frontières,cet homme qui n 'a pas d'étoile.A moins qu'il ne soit nommé cheval,traqué ou lui-même homme de la loi.

l_homme_de_la_sierra-   

   Peut-être sont ils plusieurs  deux dans l'ouest,sept à abattre.Ou alors il vient du désert,ou de nulle part.Et s'il était aux abois malgré ses colts d'or...

 

  Quoiqu'il en soit et malgré leur fureur tous ces hommes sans foi ni loi ne peuvent que s'incliner devant le personnage le plus fort que le western aie quasiment déifié.

deux hommes  La Fureur des hommes     Recto L'HOMME DE LA RIVIERE D'ARGENT (27Ko)

  Eh oui dans ce monde si loin de la parité le plus beau caractère restera...Vienna(Joan Crawford) dans le film qui malgré tout porte le nom d'un homme,Johnny Guitar. http://www.youtube.com/watch?v=1JPragZeLGU

Posté par EEGUAB à 21:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

12 mai 2007

J'ai trouvé ça pas malle

L'Attaque De La Malle Poste

      Le western en noir et blanc me frustre souvent un peu.Les grands espaces sont en couleurs et autant le thriller s'accomode de l'esthétique urbaine du noir et blanc type filatures sous la pluie et imper bogartien,autant l'Ouest réclame son dû de soleil couchant et de sable ocre avec éventuellement squelette de bétail.Mais j'aime bien Tyrone Power,acteur célèbre mais qu'on a beaucoup négligé depuis,qui fut Zorro,Jesse James,mais aussi Ferdinand de Lesseps ou Axel de Fersen.Très bon dans les rôles à panache Tyrone Power fut ainsi corsaire, conquistador, officier de l'Armée des Indes.

     Sous la houlette de Henry Hathaway,remarquable metteur en scène polyvalent(le magique Peter Ibbetson pour n'en citer qu'un),Tyrone Power campe un modeste convoyeur de diligence qui lors d'un huis clos bien orchestré,se révélera digne de défendre la veuve et l'orphelin.Modeste,ce film présente quelques originalités et même une audace pour 1951,à savoir la mise en joue d'un enfant par l'arme d'un bandit de grand chemin.Tout se terminera bien,rassurez-vous.L'attaque de la malle-poste constitue une pierre honorable de notre grande Histoire du Western,catégorie otages et ultimatum.

Posté par EEGUAB à 19:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

08 mai 2007

"J'ai perdu Tom,j'ai perdu Charley,je ne sais pas lire"

belgianstrangersonatraibs8

            Ce sont les presque dernières paroles de Billy le Kid dans Le gaucher d'Arthur Penn(58).Je les trouve très belles,au souffle tragique de la jeunesse et de l'ignorance fauchées.Je viens de voir ce film pour la première fois et trouve qu'Arthur Penn fait preuve de pas mal d'audace pour son premier western.On a souvent vu au cinéma la figure légendaire de Billy the Kid mais la composition de Paul Newman,particulièrement proche de James Dean (nous sommes au milieu des fifties),restera inoubliable.Dans la défroque de William Bonney Newman est un chien fou,une sorte de racaille qui une fois sur son chemin a trouvé quelqu'un qui croit en lui.Cet homme abattu,il ne lui reste plus d'espoir et l'ignorance,cette horreur qui est mon cinquième cavalier de l'Apocalypse reprendra possession de Billy avec ses corollaires de haine,violence,vengeance et trahison.

   Billy,déjà pas une lumière,va s'avilir et presque livrer ses deux amis dans un engrenage baroque de cruauté qui préfigure Peckinpah par exemple.Il faut voir Paul Newman,tout jeune homme,passer ses nerfs sur une corde,équilibriste de beauté comme un ange égaré.Il faut le voir aussi,figure martyre voire christique les bras tendus marchant vers la mort programmée,programmée quasiment par lui-même.

         Autre élément important dans Le gaucher:l'irruption d'une certaine presse,sorte de Gang Academy, avec le personnage du colporteur-journaliste,joué par Hurd Hadfield,déjà le symbole d'un média débutant et se régalant de charognes.A noter aussi que Penn a en fait adapté la pièce de Gore Vidal qui devait valoir son pesant de névrose.Parmi les films sur Billy citons Billy the Kid de King Vidor en 30,Le banni de Howard Hughes en 43 où le personnage principal est plutôt le décolleté de Jane Russell,Le réfractaire de David Miller en 41,Le Kid du Texas de Kurt Neumann en 50,les deux variations de Young guns  1 et 2 en 88 et 90.Il va de soi que la plus intéressante version est celle de Peckinpah en 73,Pat Garrett et Billy le Kid avec Kris Kristofferson,James Coburn et Bob Dylan,film nanti de la célébrissime chanson Knockin' on Heaven's door.

      

Posté par EEGUAB à 19:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

05 mars 2007

Ils sont morts droits dans leur bottes

Errol Flynn in Raoul Walsh's

Evidemment les films épiques de Walsh et Flynn peuvent être vus de deux manières.La plus simple:y voir un odieux bellicisme  avec la glorification des massacreurs de Peaux-Rouges et une réhabilitation de Custer et de sa modération(?).Cette vision ne m'intéresse pas,trop politiquement correcte comme on dit maintenant.

Bien plus intéressant il convient de replacer ce héros américain dans le contexte Guerre de Sécession et années suivantes.De même le film de Raoul Walsh(1941) fait-il lui aussi partie de l'Histoire maintenant comme est datée cette manie de traduire par un titre bien ronflant en français(La charge fantastique) cette oeuvre à l'appellation somme toute assez éloignée.Il faut dire qu'à l'époque on pensait que les spectateurs français avaient besoin de repéres simplistes(Chevauchée fantastique, Charge héroïque,Charge victorieuse,Poursuite infernale).Il fallait à l'évidence,du galop dans l'air.

Ce qui fait de La charge fantastique un classique c'est la parfaite aisance d'Errol Flynn au mieux de sa forme à mi-chemin entre le jeune officier rebelle et mauvais élève et la ganache,image que donnera de lui Custer,homme de l'Ouest, par exemple.Il émane de l'acteur une fougue et un charme qui font passer bien des turbulences.Raoul Walsh sait si bien utiliser chevaux et cavaliers et son sens de l'humour va de paire avec celui de l'action.Walsh a,rappelons,le une longue carrière derrière lui.Il a notamment retenu les leçons de Griffith.Alors,de grâce,prenons cette évocation de Custer comme une page de la légende sans s'arrêter à des convenances et au néo-conformisme ambiant qui oublie toujours,et je l'ai souvent répété,qu'un film "est" sa propre époque.

Silver River

Le vaillant ciné-club de France 3,très nocturne,a en outre proposé Gentleman Jim et La rivière d'argent du même Walsh avecle même Flynn.Truculence et ambition donc pour cette "anthotrilogie".

Posté par EEGUAB à 09:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


17 février 2007

Mann's Man

Click to Buy: - Man Of The WestGodard parle de sur-westerns pour quelques films sur l'Ouest et il cite parmi ceux-là L'homme de l'Ouest d'Anthony Mann où se dresse la haute silhouette vieillissante de Gary Cooper pour l'un de ses derniers rôles.C'est un film qui prend son temps avant d'installer ses personnages et de remettre en présence le gunfighter amendé et son vieux mentor,halluciné et limite folie,joué par l'impressionnant Lee J.Cobb.

En 1958 le western a vécu ses meilleures années.Très bientôt viendront les Italiens et les westerns crépusculaires.Anthony Mann a choisi Cooper plutôt que James Stewart(cinq westerns ensemble) pour incarner le solitaire même pas tenté par une rechute et le grand Gary y est criant de présence,conférant au moindre geste une inquiétude et une fièvre inouïes.Dans ce remarquable DVD en plus de Godard Bertrand Tavernier et Pierre Rissient apportent leur conviction à défendre ce grand film d'un immense auteur de films,discret et qui reste à redécouvrir.

Il faudrait faire une thèse sur le train dans les westerns pour y inclure L'homme de l'Ouest,si solide mais un  peu effrayé  par les jets de vapeur de la locomotive.A signaler le réglement de comptes final dans une ville fantôme magistralement cadrée par Anthony Mann et Julie London,élément féminin qui ne se contente pas d'être un stéréotype.

Posté par EEGUAB à 19:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

01 janvier 2007

Une corde,un colt

AF-05777.jpgWilliam A.Wellman est certes moins connu que John Ford,Anthony Mann ou Delmer Daves.Il n'a réalisé que quelques westerns.L'étrange incident(1942),parfois titré l'Aube fatale(The Ox Bow incident), raconte l'histoire d'un lynchage,souvent survolé dans de nombreux westerns.Ici la justice sommaire est au coeur du film dès le début et Wellman mène l'action dans toute sa cruelle cohérence jusqu'à son terme, inéluctable,effrayant dans toute sa sécheresse.Wellman ne cherche ni à plaider,ni à adoucir.Il témoigne et c'est terrible d'efficacité.Henry Fonda est l'honnête homme qui ne pourra changer les choses et Anthony Quinn un Mexicain victime de l'air du temps.


Dans Buffalo Bill(1943) Joel McCrea incarne le célèbre William Frederick Cody et celui-ci n'est ni un héros sans aspérités ni une ganache telle qu'il a pu être décrit plus tard.En fait cette version de la vie de Buffalo Bill est probablement la moins tapageuse et la plus proche d'une certaine vérité.La fin notamment est assez émouvante et nous épargne le côté vieux cabotin au cirque simplement par une grande discrétion lors de ses adieux à la scène.Et puis Buffalo Bill par son propos plutôt proche des Indiens annonce des films bien ultérieurs,la Flèche brisée,Little Big Man,Soldat Bleu.Une fois de plus Anthony Quinn joue un rôle "ethnique",celui de l'Indien Mains Jaunes.Cet acteur aura été au long de sa carrière Indien, Mexicain, Arabe, Esquimau,Grec,Roumain,Espagnol,Italien,Juif et même...Hun.


AF-02025.jpg

Posté par EEGUAB à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 décembre 2006

Les colts des fans de Fritz Lang

Fritz Lang  dès son  arrivée aux Etats-Unis s'est passionné pour ce nouveau pays et c'est tout naturellement qu'il s'est frotté à la mythologie du Western,ce "cinéma" par excellence,ce "synonyme de cinéma".

Son premier western est une variation de plus sur la chanson de geste de l'Ouest la plus courue,qui contient à elle seule les thèmes éternels de la conquête et de la quête de ce Graal version grands espaces qu'est depuis toujours la ruée vers l'Ouest.Le retour de Frank James(1940) inscrit dans l'espace western le thème très langien de la vengeance,déjà très présent dans ses films allemands et qui le sera plus encore dans Chasse à l'homme,Réglements de compte.Frank James(Henry Fonda) sortira de sa retraite pour appliquer lui-même la sentence envers l'assassin de son frère Jesse.Très important aussi,le code de l'honneur qui dicte la conduite des trois héros des westerns de Lang,Henry Fonda,Randolph Scott et Arthur Kennedy.

Les pionniers de la Western Union(1941) exploite le filon du fil qui chante,le télégraphe,cette épopée de l'Amérique comme Pacific Express de De Mille raconte l'aventure du rail.L'esprit des pionniers passe tout à fait dans cette subtile recréation de l'avancement des lignes avec ses personnages portés à la fois par un idéalisme naïf et un individualisme très américain.Le caractère féminin est par contre dans ce film assez falot.Elle est une fois de plus soeur d'un héros,et aimée des deux autres.Vraiment rares sont les westerns où la femme est autre chose qu'un faire valoir.Parmi ces exceptions se trouve justement le troisième et dernier western de Fritz Lang,qui il est vrai bénéficie d'une certaine Marlène Dietrich qui n'avait pas l'habitude de jouer les utilités.

L"ange des maudits(Rancho notorious) est une oeuvre baroque avec flash-backs et chanson faisant fonction de choeur antique pour une tragédie.Là encore le cow-boy dont la fiancée a été assassinée chaussera les bottes du justicier avec l'aide de la reine du tripot.Un crime hors-champ,un enfant qui saute à cloche-pied.Un peu comme la petite Elsie Beckman de M.le Maudit.Seul Nicholas Ray campera avec Johnny Guitar et Joan Crawford un personnage de femme de l'Ouest plus inoubliable encore.Dans ce grand pays de Westernland que de gunfighters,sheriffs,barmen,coiffeurs,croquemorts,tricheurs aux cartes,prédicateurs,médecins alcooliques,etc...Une galerie faramineuse...Peu de femmes mais alors la Dietrich et la Crawford...

Il m'a toujours paru vain de dissocier les différentes périodes du grand cinéaste viennois.Il a mis toutes ses obsessions et ses craintes dans chacun de ses films des Araignées(1919) au Diabolique Dr.Mabuse(une vieille connaissance,1960).

"Pour moi,le cinéma est un vice.Je l'aime beaucoup,infiniment.J'ai souvent écrit qu'il est l'art de notre siècle.Et il doit être critique."

Posté par EEGUAB à 13:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

03 novembre 2006

Blanche neige et les vilains.

   Vu hier  Le grand silence qui ne m'a que peu inspiré. Une curiosité tout au plus, Trintignant dans un rôle de muet  face à l'incontournable Klaus Kinski dont seul Werner Herzog saura la démesure. Une fin un peu étonnante quand même, conditionnés que nous sommes par le happy end de rigueur dans la plupart des westerns.   

   Je ne suis pas un zélateur du spaghetti-western,ni un amateur bien que les films de Sergio Leone soient  maintenant au patrimoine, mais Leone est bien au-delà de ce simple sous-genre.Mais, diable, que de neige dans Le grand silence,une neige westernienne qui m'a relancé tout schuss sur la piste de de deux grands moments de blancheur d'une tout autre qualité.Il est vrai que Sergio Corbucci n'est ni Pollack ni Altman.      

   Les ballades de Leonard Cohen,que j'adore mais qui ne sont pas vraiment primesautières rythment ce western du crépuscule qu'est John McCabe(71) de Robert Altman.Tardif et donc comme la plupart des films sur l'Ouest se déroulant relativement tard,très désenchanté.Une ville se construit  mais l'homme n'y trouvera jamais l'équilibre.Cette société entre le bordel et l'Eglise Presbytérienne, entre l'Union Minière et les pauvres hères exploités, est vouée à l'échec, stupidement, autant que ces duels dans la neige qui sont en fait eux-mêmes des erreurs.Et comme les grands manteaux dans la neige sont cinégéniques. Même la mort semble belle, parée de blanc. 

La mort est aussi omniprésente dans le merveilleux Jeremiah Johnson(72),de Sydney Pollack avec Robert Redford au meilleur de sa forme.    La longue scène de la traversée du cimetière indien témoigne de l'intérêt et de la complicité de Redford et Pollack(au moins 7 films ensemble). Souvent qualifié de western écologique, ce qui ne signifie rien, Jeremiah Johnson est une parabole sur le destin et la quête,plus encore sur l'intrusion du monde civilisé dans le monde sauvage,et l'impossiblité pour Johnson,d'échapper totalement à son milieu culturel. Techniquement très soigné. Jeremiah Johnson a aussi bénéficié de conseillers techniques très pointus. L'Indien n'y est jamais "singé". Il me semble qu'y plane un peu l'ombre de Jack London..

Posté par EEGUAB à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 octobre 2006

Les implacables

Raoul Walsh,maître de l'action tambour battant,a vécu plusieurs vies et fréquenté entre autres David Wark Griffith,Erich von Stroheim et Pancho Villa.Autant dire que Walsh n'est pas un cinéaste de salon mais un buriné qui avait perdu un oeil sur le tournage de In old Oklahoma.Son complice préféré était Errol Flynn comme lui très à l'aise dans différentes activités  comme les femmes,la bagarre et le whisky.Mais c'est Clark Gable qui est le héros des Implacables(54).Gable n'est pas un héros westernien comme Wayne ou Stewart.Il vient plus de la comédie de séduction et n'est plus un jeune homme au milieu des années cinquante.

   Les implacables édité en DVD bénéficie d'un très beau scope restauré et l'on a grand plaisir à chevaucher près du grand troupeau de Robert Ryan que convoie Clark Gable en pays Sioux plein d'embûches.Le film est parcouru de pas mal de notes d'humour car la rivalité entre les deux homme n'a,elle,rien d'implacable.Jane Russell,égérie d'Howard Hughes,a ce qu'il fait d'appâts et de vulgarité chatoyante pour enchanter(au sens propre)le voyage.Le sévère homme d'affaires succombera en fait à une certaine admiration pour ce baroudeur de Gable:"Il est le seul homme que j'aie admiré,que tout gamin rêve de devenir et tout vieillard d'avoir été".Le personnage de Ben Allison que joue Gable rêve encore mais plus pour très longtemps.Bentôt ce sera l'ultime cow-boy,contemporain celui-là,des Misfits.A noter sur cette édition une présentation de Tavernier en petite forme et l'histoire de l'amitié entre Walsh et Flynn,sympathique et turbulente.

Posté par EEGUAB à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,