26 août 2013

Ol' Man River, de boue et de sang

 missi

                             Voilà un roman de type plutôt traditionnel qui a obtenu un vif succès en Amérique.Avec Hillary Jordan on retrouve le Sud,celui d'Erskine Caldwell bien que la vie évoquée soit ici un peu plus tardive. Sans la truculence paillarde du Petit arpent du bon Dieu ou de La route au tabac. Mais avec autant de racisme, de violence et de boue. Le titre original Mudbound est à ce titre plus explicite. Henry et Laura cultivent une petite ferme dans le Mississippi. Autour d'eux une famille de métayers noirs, les Jackson dont le fils Ronsel vient de rentrer de la guerre en Europe ainsi que Jamie, le frère de Henry,de presque vingt ans plus jeune,plus jeune d'une guerre on va dire.Et puis Pappy,leur père qui vit dans la très modeste maison,vieux grigou adepte du Klan.Et un monde souvent féroce pour les noirs dans ce Sud peu enclin au mélange des genres, féroce aussi pour ceux qui ne détestent pas assez les descendants d'esclaves.

                      Mississippi, classiquement, donne la parole alternativement aux principaux protagonistes. On a souvent vu ça. L'histoire se déroule, un peu trop attendue cependant, vers le drame inévitable, sans forcément trop de vraisemblance.Les retours de guerre sont difficiles,ça aussi c'est un passage à peu près obligé dans ces romans américains ruraux où la réadaptation est chose presque impossible. La traduction fait parler les noirs petit nègre. Je n'ai jamais aimé ça bien que ça soit logique dans ce type de récit .Ces inconvénients n'empêchent pas une histoire rondement menée à laquelle on peut prendre plaisir. Pourtant il me semble que Gérard Collard, le célèbre libraire qui donne son avis un peu partout et n'exprime que lui-même, il faut le dire et le redire, s'enflamme un peu beaucoup tout comme les jurys littéraires américains quand ils parlent d'un des romans de la décennie. Je n'irai pas si loin et Dédale de Biblioblog, lui ,va encore moins loin.

Robert Johnson - Dead Shrimp Blues

                          Dernière perfidie de ma part envers ce livre qui m'a pourtant plu mais ne laissera guère de traces:pour la vie dans le Delta n'importe quel vieux blues m'en conte beaucoup plus en trois minutes. Par exemple Robert Johnson avec ce Blues de la crevette morte.

http://www.biblioblog.fr/post/2010/08/02/Mississippi-Hillary-Jordan

Posté par EEGUAB à 07:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


10 août 2013

Géographie: Hot Springs, Arkansas

 hot springs arkansas vacation tourism welcome bill clinton

                           Bukka White,l'un de mes bluesmen chéris,chante la petite ville de Hot Springs,Arizona (35 000 habitants). Son parcours est très classique.Un gars du Sud,tout jeune sur les routes du Delta, petits boulots, débuts laborieux puis pénitencier de Parchman's Farm, quelques succès en un cercle très restreint.Tout fout le camp jusqu'à la la redécouverte par l'homme à qui l'on doit tant dans ce domaine,Alan Lomax,souvent cité ici.Et enfin avec le Blues Revival des Anglais, vers 1967-68,on s'intéresse à nouveau à Bukka White dont on dit qu'un de ses petits-cousins s'appelle B.B.King.Mais on dit tant de choses et dans la musique blues il y a  toujours le frère d'un neveu éloigné dont le voisin est prêt à jouer de la basse à vos côtés.

Bukka%20White%201

                       Hot Springs doit son nom aux sources chaudes connues depuis des siècles.Parmi les célébrités locales Bill Clinton qui a passé son enfance dans cette région.Et, plus curieusement,le souvenir de quelques  parrains légendaires du business du crime qui avaient choisi Hot Springs comme station de référence pour le jeu.Parmi ces lieux de perdition l'Arlington Hotel où Al Capone avait coutume de se reposer de son dur labeur.

http://www.deezer.com/track/1266243     Hot Springs,Arkansas    Bukka White

Hot_Springs_062    

 

 

Posté par EEGUAB à 07:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 juillet 2013

Le discret départ de J.J.

J.J. Cale- Don't Wait

                                         Don' wait for J.J.Cale no more! Parti le 26 juillet sur les terres promises où toutes les formes de blues ont droit de cité.Entre autres, Cocaine, ou After midnight, c'était lui.Des titres en pagaille,repris par Eric Clapton, Carlos Santana, Tony Joe White, Johnny Cash, and so on...

Posté par EEGUAB à 20:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juillet 2013

Géographie: St Paul, Minnesota

507px-Knute_Nelson_statue_capitol

                  La statue de Knute Nelson,émigrant norvégien qui finit sénateur et gouverneur du Minnesota,orne le capitole de St Paul,capitale d'état.Ca me semble un parfait symbole de l'histoire américaine car ce sont essentiellement les Scandinaves qui peuplèrent cet état du Nord,froid comme chez eux.C'est à pied que nous arrivons de Minneapolis,la cité jumelle,notre précédente étape.St Paul vit naître Scott Fitzgerald en 1896.

 Southern in my soul (2003)                

                Big George Jackson nous présente sa Northside woman,sa St Paul woman,sur des rythmes très Chicago blues.Envcore actuellement il travaille dans une raffinerie de Minneapolis depuis 26 ans. Sa journée terminée, il joue un blues profondément enraciné dans le delta du Mississippi avec des relents nordistes. Sa voix rappelle celle de John Lee Hooker à ses débuts et son jeu à l'harmonica, celui du légendaire Sonny Boy Williamson.J'ai honteusement piqué ces informations sur le Festival de Montreal. Maudit!

http://www.deezer.com/track/10850452    St Paul woman  Big George Jackson

 

Posté par EEGUAB à 07:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2013

Interruption...

pause

                   ...pas très longue,ça j'en suis à peu près incapable,mais cependant nécessaire,je crois.Il me semble qu'il faut se garder un peu d'une certaine blogorrhée.Alors disons quelques jours...

Picture 29

http://youtu.be/bpkHtXdufd4

 

Posté par EEGUAB à 12:37 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


28 mai 2013

Géographie: Minneapolis, Minnesota

minneapolis_web

http://youtu.be/mxVo5mjK4eg 

10947_192902978037_5831577_a

                   Spécialement pour le Bison qui appréciera.Oh si,ça,ça va lui plaire à ce cher ruminant de Le Ranch sans Nom.Ou alors j'arrête de bloguer et j'écoute de la techno.Tom Waits au piano et sa Carte de Noel d'une pute à Minneapolis.Laquelle Minneapolis est une des twin-sisters du Nord-est avec sa voisine St Paul. Minneapolis est joliment décrite par David Treuer dans son roman Comme un frère Là-bas au Minnesota. Les deux villes sont indissociables.St. Paul, capitale administrative de l'état du Minnesota, et Minneapolis la plus grande ville.Mais les deux sont intimement liées pour former l'une des plus importantes conurbations du Nord des Etats-Unis.

                 La plus froide parmi les grandes villes américaines,Minneapolis fut longtemps peuplée de descendants scandinaves ou allemands.Un court moment sous administration française comme beaucoup de territoires de la Louisiane au Canada,Minneapolis fut aussi le berceau de Prince et des frères Coen.

P.S.Pour le Bison ne rien déduire de ses fréquentations suite au titre de Tom Waits.Ou plutôt n'en déduire que ses goûts musicaux,au demeurant excellents.Pour le reste... cela ne nous ...regarde pas.

Posté par EEGUAB à 07:20 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 février 2013

Blues is here to stay

LIV717_BIG

           Vieux de 40 ans ce bouquin sort enfin en France.C'est,je pense,une référence pour les amoureux de cette musique si belle et si méconnue ici.Nous en sommes pas en présence d'une encyclopédie qui compilerait les innombrables musiciens qui ont participé de près ou de loin à la naissance et la croissance du blues,des blues,devrais-je écrire.Ce n'est pas non plus un traité de musique sur les gammes mineures,le shuffle I-IV-V,ou les paroles assez conventionnelles à base de road again et de feeling blue.Non,c'est plutôt un voyage sur les chemins du blues et du early rock qui s'attarde sur le destinées musicales de quelques musiciens,pas forcément les plus connus,à l'exception de Muddy Waters et Howlin' Wolf.

         Particulièrement intéressants sont les chapitres sur deux maisons de disques,mythiques s'il en est,Sun Records et Chess Records.Sun,sous l'influence de Sam Phillips,enregistra nombre de bluesmen régionaux à Memphis,puis un jour signa le disque 209,d'un jeune camionneur né à Tupelo.Ce disque devait changer le monde,et le label jaune nanti de onze rayons de soleil allait conquérir la planète. Sam Phillips venait de découvrir Elvis Presley,illustrant ainsi la grande cohérence beuglée dans bien des morceaux de blues "Blues had a son and his name is rock'n'roll".

thats-alright-record_thumb  

69673-004-032E4054

             Chess Records, Chicago, est le label des frères Leonard et Phil Chess. Exploitants de clubs jazz plus ou moins douteux où la musique n'était que l'activité la plus légale,ces businessmen créèrent Aristocrat qui devint Chess Records et signa,excusez, Muddy Waters, Howlin' Wolf, Sonny Boy Williamson, Buddy Guy,avec un son de plus en plus électrique.Puis les seuls rockers noirs, Bo Diddley et Chuck Berry.Avec l'omniprésent grand contrebassiste et compositeur de blues Willie Dixon,a qui l'on doit My babe, Hoochie coochie man, Spoonful, You can't judge  a book by the cover.Un certain Keith Richards,à la question "Vos influences?" répondait "Tout ce qui sortait de chez Chess". Avec cet astucieux logo jeux d'échecs.

           Alcool, errance, précarité, prison furent les principales cases du jeu de l'oie des bluesmen,parfaitement évoquée par Peter Guralnik.Pour quelques gloires,et encore furent-elles tardives comme Muddy, John Lee Hooker, B.B. King,combien de ces formidables musiciens sont-ils morts misérables et fauchés?Grâce à ce bouquin, quelques-uns parmi les plus ignorés auront-ils au moins un peu de reconnaissance. Par exemple les deux oubliés de tous,y compris de moi-même, Robert Pete Williams,un des maîtres du Delta Blues et Johnny Shines,un compagnon de route du diable en personne,Robert Johnson.La troisième vidéo,elle,est tout simplement considérée par la Faculté du Blues de Beale Street, Memphis, Tennessee, comme le panthéon du blues acoustique,catégorie artisanale.Qui a dit "très artisanale"?

        

Robert Pete Williams - Old Girl At My Door

 
 
 Picture 26  http://youtu.be/Jkz2jz2sxtE   Prison cell blues
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Posté par EEGUAB à 07:43 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 décembre 2012

De l'originalité,de l'idée,de la témérité...

         ...voilà tout ce que vous ne trouverez guère ici et maintenant.Ce qui ne m'empêche pas de vous souhaiter à tous,qui passez par chez moi,souvent ou à l'occasion,de jolies fêtes de Noel et de fin d'année.

5903241-sapin-arbre-noir--blanc-joyeux-noel-et-bonne-annee--illustration-vectorielle

          Enfin évidemment en cette occasion il s'agit si possible de personnaliser un peu.Comme ce n'est ni en cuisine, ni en travaux d'aiguille, ni en dessin que je peux le faire laissez-moi vous infliger deux créations musicales dont l'audace ne vous échappera pas.La troisième est plus classique, avec casquette, forcément.

http://youtu.be/o_GVdXXL__o

http://youtu.be/jVIbCvnM74U

Picture 23

http://youtu.be/9WvSkMQejoM

                 Joyeuses Fêtes à tous!

 

Posté par EEGUAB à 09:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 octobre 2012

Des mots,une histoire: Deep South Delta Blouse

     Floraison hebdo d'Olivia pour Des mots,une histoire 79:alchimie-blouse-histrion-carrosse-amélioration-sécurité-évidemment-poésie-don-chaste-convenance(s)-antienne-alternance-champion-romain-robe-poil-sphinx.

plumedesmotsunehistoire5

Oh yeah!

Je vois bien que rien ne va plus

Finie la douce alchimie

Je vois bien que rien ne va plus

Plus la moindre poésie

Il me faut rester chaste

Ne plus faire glisser ta robe

Je vois bien que rien ne va plus

D'amélioration?Non,plus question...

Oh yeah!

 

Oh yeah baby

Toi et moi,faut pas rêver

Au lit on était champion

Toi et moi,faut pas rêver

J'suis plus qu'un pauvre histrion

C'est foutu d'rouler carrosse

Et les bains à poil dans le delta

Toi et moi,faut pas rêver

On est sonné,évidemment

Oh yeah

 

Reste qu'une antienne,et c'est le blues

Et du sérieux pro de la santé

Faut pas rêver,j'ai plus qu'la blouse.

Oh yeah

delta-blues-musum-logo

 

Oh yeah baby!

Pourtant si on s'y remettait

J'boirais moins,juste à ta convenance

Hey baby,si on s'y remettait

On pratiquerait l'alternance

On va s'la jouer sécurité

Net et glabre comme un romain

Yeah,mama,on s'y remettrait

J'aurai la patience d'un sphinx

Dam di dam don

Oh yeah!

(Reprendre la troisième partie,ad libitum,tant qu'on ne vous pas resservi en bourbon)

       A ceux qui ne goûteraient guère ce texte je dirais qu'ils ont échappé au pire car j'aurais pu le jouer,ce qui eût été cruel,et le chanter,ce qui eût été barbare.Oh Yeah!

Posted from Biloxi,Mississippi, by Picardy White Eeguab

http://youtu.be/1sEfLlVgG2w Hideaway blues

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

  

 

Posté par EEGUAB à 20:02 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 octobre 2012

Des mots,une histoire: Ca s'castagne à Saskatoon

         Infatigable,Olivia a glané pour cette édition 77 les mots qui suivent:nuitée-zouk-cadenasser-blues-ventiler-vitreux-bigre-communauté-épice-s'abandonner-pénombre-antichoc-téton-escargot-érable-rancune-massage-détonation-rouler-évanoui.

plumedesmotsunehistoire5

               Paumé.Paumé,rien à rajouter.Là,dans ce bled du fin fond canadien,à l'Ouest,doublement si j'ose dire.Sa Ford Mustang ressemblait à la guimbarde d'un détective hard-boiled vieillissant et les protections antichocs ne relevaient plus que du pieux souvenir d'une nuitée dans un motel tristounet,agitée et imbibée.Une de ces nuits d'amertume relayées par des matins de vertige,qui depuis tant d'années avaient l'avantage de lui laver les neurones,pour trop peu de temps,lui laissant le regard vitreux d'un quinquagénaire aux futurs évanouis et au passé se floutant derrière les bruines alcoolisées.

              Savait-il seulement s'il était encore au Saskatchewan?Nulle feuille d'érable sur nul pavillon dans ce village hors du temps, comme figé,qui avait l'air d'attendre quelque éclaireur sang-mêlé précédant une brigade de chercheurs d'or ou une communauté de disciples de Joseph Smith dont les chariots au rythme d'escargot bringuebalant n'arriveraient jamais à destination.La matinée balbutiait encore mais la pénombre frisquette avait insensiblement laissé le champ libre à un soleil hésitant.Voûté sur son volant il anhélait quelque peu,c'était toujours comme ça les lendemains difficiles,presque tous les lendemains.De sa main gauche un massage de sa nuque contracturée, de sa main droite une cigarette virtuelle.Il était brillant comme c'est pas permis.

             Combien de temps avait-il roulé depuis sa fuite du motel?La musique antillaise,ce zouk qu'il détestait,cognait encore à ses tempes.Fort à propos son autoradio antédiluvien diffusait Smokestack lightnin',fabuleux blues version Howlin' Wolf et il se surprit à rythmer les basses.Au comble de la mouise il s'abandonnait toujours à ce bon vieux binaire douze mesures qui avait tant compté pour lui.Les types viendraient bien assez tôt.Car c'est sûr,ils viendraient,la rancune tenace,ces mecs-là.Il n'aurait peut-être pas le temps de voir leur mâchoire cadenassée,style Warner Bros. forties.Alors adieu le doux téton de Shirley et son parfum d'épice. C'était pas un début de délire,sa poésie à deux nickels?Comme au bord du malaise il entreprit de ventiler un peu sa tire.Bigre!Il saignait,ça faisait un peu mal.Il n'avait pas entendu de détonation,mais même sans,ça pourrait bien ressembler à la fin.

smokestack lightnin' - HOWLIN WOLF

http://www.youtube.com/watch?v=mXXq2a47h6Q&feature=share&list=ULmXXq2a47h6Q

Posté par EEGUAB à 21:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,