30 mai 2013

Des mots,une histoire: Enfance escamotée

                    Pour cette édition 103 Olivia a hérité de ceci: pirate-bateau-Bigoudène-crêpe-chignon-perle-cristal-facette-prisme-polygone-soirée-crépuscule-déclin-fin-vigile.A propos il faudra m'expliquer comment le mot "polygone" peut inspirer le mot "soirée",du moins dans la logique du rapport des mots entre eux.Ceci n'est pas bien grave.

plumedesmotsunehistoire5

                  La petite bonne bigoudène,je l'aimais bien,du haut de mes six ans, et les soirées s'animaient, comme en fête lorsque, c'était elle qui nous gardait,les parents partis à l'opéra ou au restaurant.Son chignon,cet appendice supérieur,me faisait bien rire.Mon frère aussi,et notre petite soeur s'esclaffait,bavant de toutes ses jeunes dents en avalant goulument les crêpes de Marig-Morgane. Parfois, il me semble voir encore son tablier aux armoiries du Guilvinec,assorties d'un pavillon pirate que la petite montrait du doigt en criant d'une voix de cristal crissant. J'ignorais que s'annonçait le crépuscule,alors que d'évidence nous n'en étions même pas au lent déclin de l'aube de nos vies.

                  Nous n'avons jamais bien su si Laure-Claire avait avalé par mégarde une perle du collier que la jeune Bretonne lui avait imprudemment laissé en main.Je n'ai appris que vingt-cinq ans plus tard la fin volontaire d'une employée de maison,revenue en Armor,après un drame survenu lors de son placement parisien.Un bateau l'avait découverte en Baie des Trépassés,sans mystère.Mes parents depuis longtemps s'étaient séparés,mon père ruiné et ma mère en soins constants d'une assez sauvage psychiatrie d'époque,tout cela,au prisme de ma mémoire,revenait me hanter,vigile trop attentionné.Des différentes facettes de l'enfance poignardée,plus que toute autre chose,me poursuit le polygone vert et rose de ce cimetière finistérien,adjectif si précis qu'il cogne à mon coeur,encore.

Posté par EEGUAB à 20:17 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 mai 2013

Des mots,une histoire: Trois déchus de l'Olympe

Notre amie Olivia présente cette semaine la liste suivante:capturer-image-son-évasion-alarme-danger-rouge-coquelicot-homme-mesdames-messieurs-faiblesse-âme-gris-ombre-doute-métaphysique-collège-professeur.

plumedesmotsunehistoire5

Aucun des trois acolytes n'était capable d'aller plus loin.Plusieurs éternités déjà s'étaient enfuies depuis qu'ils étaient relégués pour deux d'entre eux dans le Tartare,capturés sur colère de Zeus et de ses sbires suite à d'obscures tractations entre hommes et dieux.Mais depuis qu'ils avaient établi une communication sans fil avec Prométhée,enchaîné loin à l'Est sur son Caucase, aux prises avec cet immonde vautour hépatophage,l'un comme l'autre caressaient sérieusement leur rêves d'évasion.Ils avaient somme toute fait preuve de faiblesse,trop longtemps.La révolte leur brûlait les tempes et ils voyaient rouge,un rouge vif qui comme la muleta de Cordoue,redoublerait leur fureur et leur détermination.

sisy

Lassé d'être sujet de métaphysique pour bacheliers acnéiques,Sisyphe cesserait bientôt de rouler sa pierreuse pelote et Camus pourrait bien ravaler son mythe.L'image du Titan remontant sans cesse cette métaphore du monde,lourde s'il en est, qui n'avait qu'une idée, arrivée au sommet,se faire la belle et filer se remettre à l'ombre dans la vallée,cette image ne survivrait plus.L' alarme entre Sisyphe et son voisin carcéral Tantale avait bien fonctionné et les professeurs de philo du futur pourraient aller se rhabiller. Depuis le temps qu'ils glosaient sur ce pauvre Tantale se desséchant devant une eau fraîche et crevant de faim alors que les plus beaux fruits lui frôlaient les doigts,ils allaient pouvoir raconter la cavale des mal-aimés, genre série noire dans les bas-fonds de l'Olympe.A redonner le goût de l'antique dans nos sacrés collèges.

le_supplice_de_tantale_photo

Loin là-bas en son sympathique Caucase Prométhée soignait son ictère à sa manière,la rapace-thérapie.Ce sont des soins de longue durée,mesdames et messieurs,qu'on se le dise,mais non dénués d'intérêt,pour peu que l'on soit très attaché aux chaînes de montagnes.Songeons-y donc,même si c'est plus souvent le doute qui nous ronge.

prom

Doute qui d'ailleurs fait plus que me ronger quant à la manière de me sortir de cette histoire sans queue ni tête et dont seul un déicide pourrait me délivrer.Du danger d'inventer n'importe quoi pour figurer dans la liste du jeudi soir de notre guide au prénom de paix.Comme un marin dont le coeur chavire etvire au gris entre Charybde et Scylla,fredonnant "Comme un p'tit coquelicot,mon âme, un tout p'tit coquelicot" me voila contraint de laisser ma belle oeuvre inachevée.C'est si beau parfois l'inachevé, Schubert, Flaubert, Kubrick.Mais là j'aurais probablement dû privilégier l'incommencé.Pour tout autre son de cloche,se référer aux autres auteurs semainiers.

Posté par EEGUAB à 20:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2013

Les plumes...by Asphodèle: Chronique littéraire

                   Asphodèle,cette diablesse exige de nous cet exercice de haute voltige,écrire une quatrième de couverture,avec les mots suivants: départ-salle-téléphone-heure-désir-impatience-minute-frustration-déçu-enfant-pandémonium-liste-angoisse-patience (facultatif)-espoir-stupeur-galop-gifle-gigantesque.

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

                  C'est l'occasion pour moi d'attirer l'attention sur un livre de toute beauté,qui ne semble pas promis hélas à un grand succès populaire,le nom de Pierre Kiroulnamaspamous restant scandaleusement méconnu de la critique française.

Picture 29

                 Quelques aficionados trop rares guettaient le nouveau livre de Pierre Kiroulnamaspamous.Leur impatience est enfin récompensée après la frustration d'un silence de dix ans.Quant à ceux qui ignorent tout de l'auteur,tant mieux.Qu'ils prennent le départ pour cette aventure romanesque gigantesque dont ils se souviendront.Dans son style minimaliste et après 270 pages blanches qui attisent le désir du lecteur,haletant,Histoire du Rien frappe très fort et nous scotche à notre chaise,tout de stupeur inouie,devant la violence de cette scène où le héros,Hans Bastiani,renverse son café au Bar du Téléphone,Gare San Parnasseo.

               Et c'est presque le début d'un voyage littéraire hors du commun,une gifle intellectuelle,dont on ne peut sortir déçu.Déçu, non,mais meurtri certes oui.Le pandémonium originel,celui des Enfers,a tout d'une pension de famille à l'heure des tisanes à côté du fleuve Histoire du Rien,objet écrit mal identifié charriant les horreurs et les tendresses d'une humanité percluse d'angoisse et lorgnant le moindre espoir avec véhémence.Songez,mais je ne veux pas dévoiler d'indice,que dès la page 712 on apprend que le café de la gare,salle des pas perdus, était décaféiné.

              La liste des influences sur le roman de P.K. est variée de Buzzati à Confucius en passant par Hergé.Heureux lecteur néophyte qui va découvrir ce livre inclassable qui,dans la brièveté de se 1500 pages,nous emporte au grand galop vers les hauteurs vertigineuses d'une littérature à couper le souffle,qui ne laisse pas une minute de répit,et qui fait du lecteur un enfant ébahi, émerveillé,stupéfait devant tant de maîtrise.

Edualc Eeguab

"Le Picard sait lire" du 20 avril 2013

Histoire du Rien, de Pierre Kiroulnamaspamous,traduit du kirghizo-bantou par Anna Kuneki-Peferssa, 1523,5 pages, Ed. Gaminard/Le Deuil.

Posté par EEGUAB à 06:32 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 avril 2013

Les plumes... by Asphodèle: Noir tourbillon

                             Je remercie Asphodèle qui a reçu dans son bissac les mots suivants: blancheur – doute – débauche – enfance – pureté – accuser – angélique – temps – diablotin – naïveté – mensonge – fredonner – fastueux – flaque.

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

                  Je cours dans la ville,ma ville,étouffé et en larmes.Je croise des visages,certains me sont connus,certains me sont amis.J'ai dérapé sur une flaque de gas-oil,je n'ai pas le temps de pester sur cette saloperie de voirie,ni d'en accuser les équipes municipales.Je cours mais je n'ai plus l'âge de courir ainsi.La flotte brouille ma vue,la tempête sous mon crâne culmine.Et le temps,le temps cet assassin aux mains toutes de blancheur et dont on ne perçoit pas les coups bas,le temps me happe et me fait vaciller. Pour en finir?

                Je sais que Catherine va mal,que ses maux sont de ceux sur lesquels les mensonges humains n'offrent plus aucune sédation.Je le sais,je n'ai pas la naïveté de m'illusionner.Et c'est Jules qui m'a fait appeler,balayant ses ultimes doutes.Mais as-tu jamais douté,Jules mon ami?Leur appartement m'a rarement semblé si éloigné.Pourtant ni eux ni moi n'avons quitté la ville.Nous modulions nos sorties urbaines,d'un commun accord,tacite mais efficace,pour éviter de reformer le fastueux trio de nos vingt-cinq ans.

              Le souvenir,ce diablotin facétieux nous guettait à chaque instant.Pas un bistrot où ne retentisse encore le rire de Catherine.Pas une ruelle où nous n'ayons jadis couru,à boire le vin frais de nos heures chaudes,à fredonner quelque air de caboulot. Plusieurs années que je ne l'ai vue,Catherine,et,haletant et la brume à mon regard,c'est une débauche d'images comme un film nouvelle vague.Elles m'assaillent, mêlant à ce maelstrom cette angoisse,crescendo d'inquiétude,comme un fragment d'une enfance orpheline.Je crois que je vais tomber.Enfin la rue Antoine Doinel,et,presque au bout,dans la pureté d'un halo sous la lune,la grande maison,où les douleurs la vrillent,Catherine,Catherine notre angélique,en partance. Epuisé,vieilli en un soir,il m'attend. Jules m'attend.Je me jette dans ses bras."C'est fini,Jim".

N.B.   Ceux qui décéleraient ci-dessus l'influence de H-P. R. et de F.T. auraient bien raison.Ces gens-là m'ont un peu bouleversé. Merci à eux. 

 

 

Posté par EEGUAB à 07:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

22 mars 2013

Des mots,une histoire: Riff ultime

              Cueillis par Olivia,toujours vaillante à collecter,les mots suivants: célèbre-attention-redoubler-bovin-apparaître-morceau-rigueur-opinion-force-mollet-notamment-intolérable-souhaiter.

plumedesmotsunehistoire5

             La plage était normande et des hommes,il y a sept décennies y avaient laissé leur peau,avant même de l'avoir foulée vraiment.De cette opération militaire,célèbre entre toutes,Cal Drogo n'avait que faire et sentait plus seul qu'un mutin de Pitcairn dans une intolérable attente en un Pacifique de cauchemar. Pourquoi,suite à ce message sur répondeur,sec et coupant,"Phil est mort,tu es le dernier",pourquoi donc ces sept mots dans la force de leur concision l'avaient-ils à ce point ébranlé? C'était si loin,si vieux,si longtemps, tout ça.Février mordait Juno Beach et pourtant il marchait,à la lisière,le ressac lui cinglait les mollets,et les goélands qui braillaient avaient autant de charme balnéaire que les bovins voisins du Pays d'Auge.

          Ces vacances là,ce devait être en 66,leurs premières libertés,en cyclomoteur bridé.Au golf minature de Houlgate Satisfaction était en train de changer leur vie à tous quatre.Lui,probablement le plus sensible,du moins à sa propre opinion,avait déjà compris l'important.A savoir qu'au moins pour cette génération,elle aurait beau redoubler d'expériences et d'artifices,et les filles les affoler et les meurtrir,et leur jeunesse conquérante se briser dans une chambre d'hôtel,rien,rien jamais ne serait beau comme le groupe rock d'un quatuor de gamins de dix-sept ans,qui en leur splendeur matinale,s'imaginaient apparaître jeunes dieux que l' attention,puis le délire des foules porteraient à l'apogée.

           Certes il n'en avait pas été ainsi.Même le binaire a ses rigueurs qu'ils avaient été bien incapables d'assumer.Non,ils avaient été tragiquement ordinaires,comme tous les autres.Les querelles et les alcools,les jalousies... et leurs vies s'étaient faites miasmes et petitesses.Restaient cependant,jusqu'à ce jour,quelques morceaux de souvenirs,notamment d'épiques vols de 45 tours qui les laissaient hilares autant qu'essoufflés.Et aujourd'hui Phil avait choisi la nuit, rejoignant Syd et Reg.Les yeux vers l'Angleterre, qui avait tant brillé pour eux,l'ancien organiste,seul survivant de Tulsa Train pleurait.Que demeurait-il qu'il puisse souhaiter?

N.B. Je donne rarement une explication à mes textes.Exceptionnellement je dois dire que le grand écrivain norvégien Lars Saabye Christensen est pour beaucoup dans la genèse de ces quelques lignes.De son dernier livre Obsèques je n'ai pourtant aimé que le dernier tiers.J'y reviendrai.

Posté par EEGUAB à 07:10 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 mars 2013

Les plumes...by Asphodèle: L'appel du New Hampshire

            Chez Asphodèle,maîtresse de céans que je remercie encore pour son sens de l'organisation,nous planchons cette semaine sur les mots suivants: liberté-fusée-nature-étoile-respiration-steppe-vital-étendue-océan-voiture-majestueux-claustrophobie-galaxie-infini-atmosphère-cosmos-euphorie-évidemment-éclipser.

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

                Je pars.C'est décidé,c'est probablement folie,mais un jour l'homme doit se conformer à ses voeux de jeunesse.Perdue,la jeunesse.Le temps nous est chichement imparti et la Nouvelle-Angleterre me manque.Trop de romans encombrent mes cellules,je dois impérativement,sous peine d'auto-dégoût,en finir avec celui de mon existence,et là bas,cet Atlantique là,qui n'est plus le nôtre, amplifiera ma respiration,ce sentiment d'un Ouest qui s'enoriente en un autre continent et regarde vers la vieille Europe,mater dolorosa, cette marche à l'étoile longtemps remise aux calendes grecques,il faut enfin m'y confronter.Ne vous leurrez pas sur ma lucidité,elle est totale,mais ici le minimum vital ne m'est plus acquis.La Côte Est d'un pays de l'Ouest me semble tout indiquée pour m'éclipser et là-bas il y a Nantucket,les souvenirs des baleiniers et l'omniprésente Moby Dick,un rêve de départ.Des oiseaux apeurés, néanmoins effrayants,m'y attendent,lisière de l'océan,à tire d'aile ils sillonnent les étendues saumâtres,la liberté d'un Jonathan Livingstone les berçant et m'enivrant.

            L'euphorie m'est étrangère et m'a toujours ignoré.Aucun alcool,aucun regard de femme n'a jamais été de nature à briser mon scepticisme.Aucune naissance non plus.Evidemment j'ai navigué comme tout un chacun,méandres et chausse-trappes furent notre lot à tous.Nulle originalité dans ma démarche hésitante et ce n'est pas majestueux que j'avance,loin de là,tout au sentiment d'impéritie d'un voyageur égaré dans une steppe asiate.Pourtant c'est adoubé que je cingle sur des flots presque infinis,l'écuyer a cessé depuis lontemps d'être un jouvenceau,et je me sens prêt à chevaucher le cosmos,mêlant dans une princière galaxie imaginaire et quotidien.Aux rêves fous de l'âge tendre,aux violences adolescentes,succèdent les atmosphères de mélancolie de l'automne qui sera donc entre Montagnes Blanches et Cape Cod,à déclamer Thoreau,à chanter les rubans de voitures du New Jersey Turnpike de Paul Simon.A considérer sternes et albatros,fusées maritimes au vol meurtrier de toute claustrophobie.Si j'osais.

Posté par EEGUAB à 06:58 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2013

Les plumes... by Asphodèle: Faut que j'vous raconte

                    Asphodèle la passionnée nous a concocté pour ce samedi la combinaison suivante:obsession-fruit-calvaire-égarement-film-érotique-feu-intense-gouffre-fusionnel-folie-rouge-vertige-fulgurance-danser-délicieux-dément.

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

                    Ben ouais(oui picard) faut que j'vous conte ça.J'avais promis un texte pour les plumes de notre chère Asphodèle et évidemment je n'avais pas la moindre idée.Faut vous dire que mon nègre est cette semaine à Morzine où vous le reconnaîtrez facilement.Sec comme un film de Bresson je m'appprêtais au forfait. Mais vraiment le hasard a bien fait les choses.Sûr,vous aurez du mal à me croire.J'ai été sollicité pour participer à un concours Cinéma et Littérature dont je vous livre les questions.

                  1/ Citez les Prix Goncourt 1916,1968,1996,2001.Une intense activité neuronale me permit de conclure au choix suivant.

le feu

imagesCA1ACYR4

 calvaire

imagesCACSN193

             2/ Citez les films que vous avez vus cette semaine.Ca tombait rudement bien,j'en avais vu un par jour.Et voilà lesquels. Vraiment j'ai eu de la chance.C'est dément une telle veine.*

obsession

egarement

comedie erotique

gouffre

kingeorge1

vertiges

dansé

               Et puis,là,d'un seul coup,le doute me vrille,une fulgurance.Si à force de jouer au plus fin ça me valait une suspension, voire une exclusion de cette belle confrérie que titille l'envie d'écrire? Profil bas,mon gars (ça,c'est moi).Tu ferais mieux de présenter tes excuses à l'Amphitryonne de ce défi hebdo pour ce billet plus cavalier que littéraire.Et ipso facto,de te remettre à la rédaction ton roman au si beau titre en forme d'oxymoron Le délicieux fusil de Lionel (?).**

Notes de la rédaction

        * Pour les films,je les ai réellement vus tous les sept (et aimé six d'entre eux) mais en trente ans plutôt qu'en sept jours (licence poétique d'une belle mais humble créativité).  

        ** L'histoire ne dit pas si j'ai été lauréat du Goncourt,pardon,du concours.Quant au Goncourt je fonde de grands  espoirs sur Le délicieux fusil de Lionel.

      

Posté par EEGUAB à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

17 janvier 2013

Des mots,une histoire: Texte plus émasculé que majuscule

                 Olivia a récolté cette semaine pour Des mots,une histoire 88: église-attendre-châtrer-midi-pauvre-chose-toujours-diable-alors-envie-décrire-accomplir-étal.

plumedesmotsunehistoire5

              Midi déjà,à force d'attendre je vais finir par finir par faire chou blanc mais vraiment le hasard cette semaine ne s'est pas foulé.Moi non plus,mon imagination se révélant bien pauvre avec ces vocables strictement fonctionnels et notamment deux adverbes tellement pâlots.Vraiment pas grand-chose à proposer.C'est toujours mieux que rien?Ben justement non,parfois le rien est préférable. Une seule envie me titille un peu,tirer un trait sur ces lignes sans intérêt.Alors je vais accomplir cet acte de salubrité publique, envoyer au diable ce texte de folliculaire et sortir lancer des boules de neige sur la Place de l'Eglise,me réchauffer coeur et âme à l'étal de viennoiserie voisin,et rentrer pester devant mon incapacité à décrire correctement l'art de châtrer les tomates,opuscule que m'a commandé la société horticole qui connait si bien mes vertes compétences.

Posté par EEGUAB à 19:23 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2013

Les plumes... by Asphodèle: L'or nuit au logis

                                  Asphodèle ouvre le bal 2013 avec: choix-devoir-se battre-crime-pingouin-amarres-divorce-étendard-vent-nuage-écrire-aspirer-s'envoler-s'évader-fraternité-cascade-clameur-chuchotement.J'ai voulu ce texte différent du précédent de façon on ne peut plus radicale.Qu'en pensez-vous?

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

                   Au très sérieux Comité pour la dignité des pingouins,ils n'étaient pas manchots.Depuis qu'ils se battaient pour faire disparaître du vocabulaire les horreurs telles qu' "avoir l'air d'un pingouin" ou "habillés en pingouins" ils touchaient finalement au but.Employer l'expression précédente serait à partir du 1er avril considéré comme un crime.Des années de lutte s'accomplissaient enfin et le Professeur MacAreux,non content d'être président du conseil d'administration de la Banque Ise au Terme,allait sûrement devenir citoyen de la Terre de Baffin, honneur auquel il aspirait depuis si longtemps.Il n'avait plus qu'à mettre la dernière main à l'ouvrage de sa vie,les mémoires apocryphes d'un palmipède arctique,qui devait être publié sous le titre Le journal d'un gorfou.Le choix du nom de l'ouvrage ne devait pas grand-chose à Gogol mais le professeur tenait pour certain qu'avec ce livre,écrit au long de quatre années d'hibernation en caisson hypobare dans des conditions extrêmes d'où il ne s'était évadé que pour de rares rafraîchissements,il atteindrait enfin la célébrité,brandissant l'étendard de la lutte contre le réchauffement.

20110503174142-20110503174124-petits-pingouins-crdits-tourisme-chaudire-appalaches-5

               Flamberge au vent tel un mousquetaire il avait tant mouliné,moderne Quichotte,contre le mépris dont on avait abreuvé ces oiseaux du froid.L'heure était-elle venue de la réhabilitation de ces volatiles qui jusque là n'avaient guère recueilli lors de leurs dandinements,hâtivement jugés grotesques,que chuchotements malveillants ou clameurs assassines?Le coeur apaisé,son douloureux divorce digéré(c'est vrai que son ex-épouse avait tout d'une bécasse,pire, d'une harpie),le grand savant allait faire son ultime devoir,sa communication à l'Académie des Belles Plumes,dont la secrétaire perpétuelle et néanmoins charmante était la vicomtesse Aspho d'Aile,pour laquelle le digne professeur cultivait un sentiment un peu au delà d'une fraternité d'armes.Jabot impeccable,queue-de-pie bien tombant,jolie cascade en noir et blanc,à l'estrade,un peu ému,il sentit sa mémoire s'envoler doucement,bégaya tel un oisillon chu,voire déchu.C'est ainsi que la raison du digne universitaire largua les amarres pour retrouver les nuages,les merveilleux nuages,ceux de Baudelaire probablement,et dans le sillage de L'albatros.

Posté par EEGUAB à 06:24 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

29 décembre 2012

Les plumes...by Asphodèle: Quand les mots viennent à manquer

                    Les plumes à thème by Asphodèle, pour la collecte de Noel, ça donne:roman-tunnel-secret-naissance-témoin-vie-niveau-lumière-automnal-purgatoire-bruissement-rite-tourbillonner-tranche-sous-bois-sagesse-extrait-aversion-basculer-baiser-baston.

logo-plumes2-lylouanne-tumblr-com

                          A l'évidence cette saloperie de crabe progressait là,quelque part aux entrailles,il continuait de creuser son tunnel, l'inexorable, dont on sait où il conduit,tout d'abord dans le secret des labos,alcôve de l'horreur,puis dans le bruissement des conversations  des hommes de l'art qui hésitent à en dire davantage.Puis enfin dans les désordres physiologiques et l'aversion de soi-même,à l'heure déjà tardive où les sous-bois de la vie,ceux qui furent si charmants parfois,ne reçoivent plus que la lumière voilée des sybillins messages d'une relative stabilité,celle qui ne fait qu'à peine entrouvrir la naissance de l'espérance,folle et inconstante.

                      Sur la rue d'Isle,comme un rite d'entre deux fêtes,tourbillonnaient les acheteurs retardataires,avant que ne glissent les calendriers.Il y avait donc comme un parfum d'immuable, témoin d'une pérennité, bastion solide qui tiendrait bon,pour presque tous. Pourtant son roman de l'intime,ce livre que l'on vit sans jamais l'écrire,mais qui cogne un homme au jour le jour,l'épuisant à le faire basculer, purgatoire déchirant, vers le grand néant,à peine une interrogation,était maintenant parvenu au stade que l'on voudrait empreint de la sagesse des décennies.Pour autant rien n'était moins sûr. A ce niveau l'itinéraire avait de quoi laisser perplexe.Et de cette gangue de sécheresse il lui semblait que ne surnageraient que quelques extraits vacillants, la tranche dorée de sa biographie disparaissant, poussière en devenir.

                     Il avait tant aimé les mots,à les faire valser,mais ces vieux amis capricieux le battaient un peu froid.Il les cherchait quand même et,ironie inquiète,il lui semblait qu'automnal ne convenait plus,s'éloignant comme le doux et cruel baiser de Lina-Maria,un soir d'été,en...

                 

Posté par EEGUAB à 06:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :